Déclaration de M. Dominique Perben, ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer, sur l'achèvement du chantier de la ligne à grande vitesse (LGV) Est, Paris le 15 mars 2007. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Dominique Perben, ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer, sur l'achèvement du chantier de la ligne à grande vitesse (LGV) Est, Paris le 15 mars 2007.

Personnalité, fonction : PERBEN Dominique.

FRANCE. Ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer

Circonstances : Inauguration de la ligne à grande vitesse Est européenne, à Paris le 15 mars 2007

ti : Monsieur le vice-président de la Commission européenne,
Monsieur le ministre du Luxembourg,
Monsieur le président du Sénat,
Madame et messieurs les ministres,
Mesdames et messieurs les présidents,
Messieurs les ambassadeurs,
Mesdames et Messieurs les élus,
Monsieur le président de Réseau Ferré de France,
Madame la présidente de la SNCF,
Mesdames et Messieurs,
Chers amis,


C'est avec un très grand plaisir que nous fêtons aujourd'hui l'achèvement de ce chantier immense, par ses dimensions, par ses effets considérables sur les déplacements de plusieurs dizaines de millions de personnes. Je remercie tout particulièrement les Lorrains pour leur accueil dans cette superbe Abbaye qui témoigne du passé à la fois riche et mouvementé de cette région.

Je salue également tous les partenaires du projet, les entreprises, les hommes et les femmes qui ont contribué à sa réalisation sur plus de 20 années.
Le président de la République a tenu à s'associer à cette manifestation en recevant aujourd'hui les financeurs du projet.

Un partenariat exemplaire :
Ce fut une première que ce partenariat avec 17 collectivités, le Grand Duché du Luxembourg, et l'Europe. Nul doute que sans cette volonté de se rassembler, cette réalisation, qui rappelons le était contestée par certains experts, n'aurait pas vu le jour.

Cet engagement a été notamment celui d'Adrien Zeller pendant plus de vingt ans. Je veux rendre hommage à son énergie et à ses qualités de visionnaire.
A combien de gens a-t-il fallu faire comprendre ce formidable outil d'aménagement du territoire qu'est la grande vitesse ferroviaire ?

Ces obstacles ont été levés le 7 novembre 2000, lorsque la convention de financement a été signée, par mon prédécesseur Jean-Claude Gayssot.

Les régions de l'Est de la France ne doivent plus être à l'extrémité d'une péninsule ferroviaire mais au contraire un lien stratégique avec nos voisins allemands, luxembourgeois et suisses. Avec cet équipement la France reconnaît son attachement à l'Europe, et donne à Strasbourg, tous les atours d'une grande capitale européenne.

La réalisation de cette ligne est un formidable trait d'union au coeur de l'Europe. Nous y verrons circuler des TGV aptes à rouler à 320 km/h et interropérables, puisqu'ils pourront prolonger leur parcours jusqu'à Munich, Luxembourg ou Zurich, mais aussi et pour la première fois des ICE Allemands en provenance de Frankfort.

Jacques Barrot et Peter Balasz, je voudrais vous remercier pour votre action et saluer l'engagement de la Commission européenne pour la réalisation du corridor Paris-Bratislava, qui est aussi et je m'en réjouis sans doute l'un des plus avancés.

J'ai présidé fin janvier à la signature du protocole de financement d'une étape essentielle pour la deuxième phase du TGV Est, qui mettra Strasbourg à 1h50 de Paris. D'un montant de 94 Meuros, ce protocole permettra d'achever les études et les travaux préparatoires du projet. Notre objectif est d'engager cette 2ème phase à partir de 2008.

Le Traité franco-allemand du nouveau pont de Kehl sur le Rhin, que j'avais signé avec mon homologue Wolfgang Tiefensee en 2006, a été ratifié par la France le 7 mars dernier. La réalisation de cet ouvrage pourra s'achever en 2010 comme prévu pour offrir une meilleure liaison entre les réseaux ferrés allemands et français.

La France confirme ainsi son engagement pour l'achèvement de la partie Française de ce grand axe européen.
L'engagement des collectivités du Grand Est, a également été le moteur du projet de ligne nouvelle Rhin-Rhône, entre Dijon et Belfort. Nous avons pu finaliser son financement en juillet dernier, et lancer le chantier qui se déroule dans de bonnes conditions.

Avec Perpignan-Figueras, 3 lignes nouvelles étaient en construction en 2006. 3 autres projets sont très avancés :
Le projet Sud Europe Atlantique, entre Tours et Bordeaux, sur lequel j'ai trouvé un accord de principe sur le financement avec les régions concernées fin janvier. La procédure de concession, la 1ère en France sur un tel ouvrage, a été lancée par RFF fin février ;
Le contournement de Nîmes et Montpellier pour lequel j'ai confié une mission sur le financement à l'ingénieur général Claude Liebermann ;
Enfin, le projet Bretagne-Pays de la Loire, dont nous préparons la déclaration d'utilité publique avant la fin de cette année 2007.

Par ailleurs, au cours des 2 dernières années, nous avons mené 4 grands débats publics, sur les projets de LGV Provence Cote d'Azur, et Bordeaux-Toulouse en 2005, sur les projets Poitiers-Limoges et Bordeaux-Espagne en 2006. RFF a d'ailleurs décidé de donner une suite positive à ces deux derniers projets le 8 mars dernier.

Nous avons ainsi inscrit la grande vitesse ferroviaire comme un des moyens privilégiés de se déplacer pour le XXIème siècle.

Je vous confirme qu'avec les projets ferroviaires inscrits aux contrats de projets 2007-2013, en augmentation de 50 % par rapport à la période précédente, et le plan de renouvellement du réseau classique auquel j'attache une grande importance, nous avons mobilisé des financements sans précédent pour le développement de ce mode de transport durable.

La LGV Est, un grand projet :
Cette magnifique réalisation technique est tout à l'honneur de Réseau Ferré de France et de ses équipes qui ont su, dès la création de l'établissement en 1997, prendre en charge la maîtrise d'ouvrage du chantier. C'est donc le 1er chantier de ligne à grande vitesse entièrement piloté par RFF que nous inaugurons. Je tiens à saluer ici M. Hubert du Mesnil qui nous accueille pour cette première réalisation complète de l'établissement qu'il préside.

RFF a fait appel aux plus grands maîtres d'oeuvre pour la réalisation des huit tronçons du projet et a confié à la SNCF la maîtrise d'oeuvre des équipements ferroviaires.

La SNCF a assuré la maîtrise d'ouvrage des gares et sera demain l'opérateur de référence avec la Deutsche Bahn dans le cadre d'un partenariat sur les liaisons internationales.
Je salue donc et je remercie toutes celles et tous ceux qui ont participé à ce projet, ouvriers, techniciens, agents de maîtrise, ingénieurs, cadres, architectes, les personnels de Réseau Ferré de France et de la SNCF, et celles et ceux de toutes les entreprises qui sont intervenues au cours de ces dernières années sur les 300 km du chantier.

Une nouvelle ligne de 300 km, parcourue commercialement à 320 km/h par 100 TGV quotidiennement contribue à démontrer les formidables atouts de la grande vitesse ferroviaire française.

Travaux titanesques de 300 km, la LGV Est européenne comporte plus d'un ouvrage d'art au kilomètre et de nombreuses innovations techniques ou dans le domaine de l'environnement.
Cette volonté d'innover s'est concrétisée par le programme d'excellence ferroviaire mis en place entre RFF, la SNCF et Alstom, pour faire évoluer la technologie de la voie et des trains aux très grandes vitesses. Les premiers essais nous laissent penser que le record de vitesse du TGV qui date de 1990 pourrait être battu le mois prochain. Je m'en réjouis et vous adresse mes souhaits de succès.

Un TGV pour tous :
Ces nouvelles opportunités offertes doivent être accessibles à tous, et c'est dans cet esprit qu'un programme de grande ampleur visant à aménager les accès aux quais pour les personnes à mobilité réduite a été conduit dans les 20 gares desservies par le TGV.

Plus de 11 millions de voyageurs sont attendus chaque année sur cette nouvelle ligne, soit 60 % de plus qu'aujourd'hui.

L'arrivée du TGV c'est aussi la mise en place d'une tarification nouvelle, adaptée aux besoins de tous les publics.

Le TGV c'est à la fois un low cost, avec des tarifs Prem's à 15 euros sur Paris - Reims ou 25 euros sur Paris-Strasbourg et Mulhouse, mais c'est aussi la possibilité pour des professionnels de voyager dans de très bonnes conditions, avec une excellente desserte de coeur de ville à coeur de ville.
La SNCF propose donc une gamme de tarifs plus large qu'auparavant, pour mieux correspondre à la diversité des publics et réduire l'affluence aux heures de pointe. La SNCF estime que 75 % des voyageurs bénéficient d'une réduction.

Une ligne nouvelle pour tous, c'est aussi assurer une diffusion des effets de la grande vitesse profondément dans le territoire.
Avec 20 gares desservies, et 8 branches, c'est une desserte très complète qui est prévue ; je voudrais souligner le travail très important de concertation qui a présidé à leur définition. C'est aussi assurer des dessertes TER en correspondance.
L'Etat apportera près de 42 Meuros aux régions chaque année pour leur permettre de financer les services de substitution aux anciens Corail. C'est très important ; cela représente l'équivalent d'une subvention de plus d'un milliard d'euros si elle était versée en une fois.

Ce TGV sera donc ouvert au plus grand nombre, et en cela il reflète bien l'esprit que vous avez voulu lui donner Mme Idrac : un produit moderne, qui vit avec son époque et s'adapte aux attentes des voyageurs. Vous travaillez d'ailleurs déjà à l'extension de la formule IDTGV sur Paris Strasbourg et Paris-Mulhouse.

Nul doute que le succès de ce produit sur d'autres lignes sera présent ici aussi.

En conclusion, je voudrais rendre hommage à toutes celles et tous ceux qui ont contribué à la réussite de ce grand projet. Un tel projet c'est d'abord une grande aventure humaine, faite de rencontres, de débats, de passion. Plus encore sur cette LGV Est, c'est la solidarité de 4 grandes régions qui s'est concrétisée comme rarement cela avait été le cas auparavant.

C'est le fruit d'une volonté politique forte pour préparer l'avenir. Cette volonté politique s'est traduite ici au plan européen, au plan national, et au plan local.

Cette réussite est aussi le symbole de notre savoir faire, de la qualité de nos services publics, et de nos entreprises. Cette LGV Est Européenne est le symbole d'une France qui sait relever de grands défis, l'illustration de notre capacité à travailler ensemble pour l'avenir, dans une Europe qui va de l'avant.

Je vous remercie de votre attention et vous souhaite une très belle soirée.

Rechercher