Déclarations de M. Philippe Douste-Blazy, ministre des affaires étrangères, sur la libération du deuxième otage français des Talibans en Afghanistan, le 11 mai à Paris et le 12 mai à Villacoublay. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclarations de M. Philippe Douste-Blazy, ministre des affaires étrangères, sur la libération du deuxième otage français des Talibans en Afghanistan, le 11 mai à Paris et le 12 mai à Villacoublay.

Personnalité, fonction : DOUSTE-BLAZY Philippe.

FRANCE. Ministre des affaires étrangères

Circonstances : Libération du deuxième otage français en Afghanistan, Eric Damfreville : annonce de sa libération le 11 mai 2007 à Paris et accueil à l'aéroport de Villacoublay le 12

ti : Je suis heureux de vous confirmer la libération du deuxième otage français, Eric Damfreville, qui vient d'être libéré par ses ravisseurs cet après-midi et vient d'être recueilli par des représentants de l'ambassade de France en Afghanistan.

Il va regagner la France le plus tôt possible après, vous le comprendrez, un premier examen médical.

Je voudrais ici remercier tous ceux qui ont contribué à sa libération à Paris, à Kaboul mais aussi dans différentes capitales.

Je voudrais également rendre un hommage appuyé à la dignité et au sens des responsabilités des responsables de l'association Terre d'enfance mais aussi à toutes les familles des otages, tout au long de cette épreuve qui a été dure pour eux.

Et enfin je voudrais ici vous dire combien les autorités françaises restent fortement mobilisées pour obtenir la libération des trois autres otages afghans, libération des otages sains et saufs que nous souhaitons.

Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 15 mai 2007

Je suis venu, au nom du président de la République et au nom du président de la République nouvellement élu, Nicolas Sarkozy, accueillir ici, à Villacoublay, Eric Damfreville, notre compatriote de retour d'Afghanistan.

Bien sûr, Eric vient de subir une longue épreuve. Sa libération est un soulagement pour nous tous, à commencer par sa famille, par ses proches, par ses collègues de l'association Terre d'Enfance. Il va maintenant se reposer parce qu'il a besoin de repos, il va retrouver ses proches. Je voudrais simplement dire que les autorités françaises vont continuer à se mobiliser pour obtenir la libération des trois otages afghans qui restent encore aux mains des ravisseurs. Nous ne devons pas les oublier.

Comme vient de le dire le président de Terre d'Enfance, nous avons trois otages afghans qui sont, aujourd'hui encore, entre les mains des ravisseurs. Et vous comprendrez que, comme depuis le début de cette affaire, c'est avec beaucoup de discrétion et un certain degré de confidentialité qu'il faut mener ce dossier jusqu'à son terme. Et nous ne serons heureux que lorsque les trois otages qui restent seront sortis, le plus rapidement possible, et naturellement sains et saufs. J'ai eu l'occasion hier de saluer à la fois la dignité et le sens des responsabilités de l'association Terre d'enfance, des familles des otages avec lesquelles nous avons pu nous entretenir, et puis aussi de remercier tous ceux qui ont pu, à Paris, à Kaboul ou dans d'autres capitales, participer à cette libération.

Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 15 mai 2007

Rechercher