Déclaration de M. Christian Poncelet, président du Sénat, sur la construction d'un pont pour piétons et cyclistes entre la France, l'Allemagne et la Suisse, Huningue le 30 juin 2007. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Christian Poncelet, président du Sénat, sur la construction d'un pont pour piétons et cyclistes entre la France, l'Allemagne et la Suisse, Huningue le 30 juin 2007.

Personnalité, fonction : PONCELET Christian.

FRANCE. Sénat, président ; FRANCE. UMP, sénateur

Circonstances : Inauguration de la "passerelle des trois pays" à Huningue (Haut-Rhin), le 30 juin 2007

ti : Monsieur le Ministre du Land de Bade-Wurtemberg, cher Günter OETTINGER,
Monsieur le Président de la Communauté de communes des Trois Frontières, cher Roland IGERSHEIM,
Monsieur le Maire de Weil am Rhein, cher Wolfgang DIETZ,
Monsieur le Maire de Huningue, cher René MOEBEL,
Mesdames et Messieurs les Sénateurs, chers collègues,
Monsieur le Préfet,
Chers amis,


Permettez-moi de vous dire le plaisir qui est le mien de vous retrouver aujourd'hui à Huningue, dans ce beau département du Haut-Rhin, pour inaugurer la « Passerelle des Trois Pays ».

Quel bonheur de célébrer ensemble cet événement qui renforce les liens entre nos trois nations : l'Allemagne, la Suisse et la France !

Quel bonheur de participer à cette grande fête populaire entouré d'une foule aussi chaleureuse qu'accueillante !

Sans attendre, je voudrais féliciter Roland Igersheim et Wolfgang Dietz, les heureux initiateurs et promoteurs de cet ouvrage.

Ils ont oeuvré sans relâche, pendant de nombreuses années, pour concrétiser cet ambitieux projet qui relie les deux rives du Rhin.

Je veux également saluer la présence, à mes côtés, de mes collègues sénateurs. C'est, en effet, pour moi l'occasion de leur témoigner une nouvelle fois toute mon amitié et toute ma reconnaissance pour leur travail parlementaire exemplaire.

Enfin, cher Günter Oettinger, je suis particulièrement fier et heureux de partager, avec vous, ces moments intenses de fraternité et de solidarité entre nos deux pays.

Mes chers amis, il ne s'agit pas aujourd'hui d'inaugurer un « énième » pont qui complèterait la liste, déjà longue, de ceux qui traversent le Rhin.

En effet, la « Passerelle des Trois Pays » est, à coup sûr, un ouvrage d'art unique.

Elle est, à la fois, une réalisation d'une qualité exceptionnelle, un lieu de rencontres original et un symbole marquant de la coopération transfrontalière.

- La « Passerelle des Trois Pays » est d'abord le mariage réussi entre une technologie de pointe et une architecture moderne.

Ainsi, la construction de la passerelle d'une seule portée et sur une longueur de 230 mètres est, vous me l'accorderez, une incroyable performance. Il s'agit, tout simplement, d'un record du monde.

A la prouesse technologique, vous ajoutez un choix architectural particulièrement audacieux et parfaitement harmonieux. A l'évidence, sa structure en acier et sa forme en arc-en-ciel donnent, à cet ouvrage, un caractère exceptionnel.

Mais j'entends déjà la voix de quelques « grincheux » s'élever pour me rappeler qu'un tel projet a un coût...

En tant que Président du Sénat, assemblée parlementaire à part entière dotée d'un bonus de représentant constitutionnel des collectivités locales, je suis, bien sûr, très attentif à la bonne utilisation et à la meilleure gestion des deniers publics.

A cet égard, permettez-moi de souligner ici l'exemplarité de ce projet. Je pense bien sûr à l'accord de cofinancement entre la Communauté de communes des Trois Frontières et la ville de Weil am Rhein, auquel s'ajoute la participation de l'Europe, du Conseil régional d'Alsace et du Conseil général du Haut-Rhin.

Je me réjouis de cette collaboration aussi efficace que fructueuse.

- La « Passerelle des Trois Pays » constitue aussi un véritable espace de rencontres et de convivialité.

Le choix déterminé de dédier la passerelle aux seuls piétons et cyclistes permet, à l'évidence, de favoriser et de renforcer les échanges entre les populations de part et d'autre du Rhin.

- La « Passerelle des Trois Pays » est enfin, et surtout, le symbole marquant de l'alliance et de l'entente entre les peuples suisse, allemand et français.

Depuis une décennie, les responsables de la Communauté de communes des Trois Frontières et de la ville de Weil am Rhein ont fait preuve d'une détermination sans faille et d'un engagement exemplaire pour donner davantage de consistance à la coopération entre les deux collectivités.

Une liaison qui enjambe le fleuve pour rapprocher les peuples frontaliers est rapidement apparue, aux yeux des décideurs locaux, comme une nécessité.

Au final, nul ne me contredira : l'ouvrage est à la hauteur des ambitions escomptées. Il constitue un symbole fort et concret de l'amitié qui unit nos trois nations.

Mes chers amis, avant de lever le verre à l'amitié, je veux, une nouvelle fois, vous dire l'immense honneur qui a été le mien d'inaugurer aujourd'hui, avec vous, la « Passerelle des Trois Pays », entouré des habitants et des élus d'Allemagne, de Suisse et de France.

C'est un moment très solennel qui restera, à l'évidence, gravé dans nos mémoires. Et, en tout cas, soyez-en assuré, dans la mienne !

Je vous remercie.


Source http://www.senat.fr, le 3 juillet 2007

Rechercher