Déclaration de M. Xavier Darcos, ministre de l'éducation nationale, sur les disciplines scolaires, le concours général et l'excellence scolaire, Paris le 4 juillet 2007. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Xavier Darcos, ministre de l'éducation nationale, sur les disciplines scolaires, le concours général et l'excellence scolaire, Paris le 4 juillet 2007.

Personnalité, fonction : DARCOS Xavier.

FRANCE. Ministre de l'éducation nationale

Circonstances : Remise des prix du concours général en Sorbonne, le 4 juillet 2007

ti :


La remise des prix du concours général dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne est l'un des rites qui marquent le terme de l'année scolaire. Il est de tradition que le ministre de l'Education nationale y assiste et prenne la parole pour féliciter les lauréats.

Cette tradition républicaine, je m'y conforme d'autant plus volontiers que j'attache beaucoup d'importance à ce vénérable concours qui rassemble, dans toutes les disciplines, les meilleurs lycéens de France.

Institué en 1744 par l'Université de Paris, pour distinguer les meilleurs d'entre ses élèves, le concours général incarne à la fois l'excellence scolaire et la tradition méritocratique. Surtout, il a su s'adapter à toutes les évolutions de notre école.

Réservé à l'origine aux garçons, il est aujourd'hui ouvert à l'ensemble des lycéennes et des lycéens de France, quelles que soient les filières qu'ils ont choisies, quelles que soient les disciplines dans lesquelles ils excellent ! Aujourd'hui, c'est donc l'ensemble des talents de nos élèves qui sont reconnus et récompensés.

Depuis le début des années 1980, des épreuves spécifiques sont proposées aux lycéens des filières techniques. Plus récemment, en 1995, le concours général s'est également ouvert aux lycéens de l'enseignement professionnel avec la création du concours général des métiers. Cette dernière innovation a contribué à ancrer dans les esprits un principe qui me tient particulièrement à coeur : l'égale dignité des filières d'enseignement.

Les sujets et exercices qui sont proposés aux candidats s'inscrivent pleinement dans les programmes des classes de première et de terminale. Pour autant, ils sont d'une difficulté rare et font appel à des qualités de réflexion, d'analyse, de savoir-faire et de maturité hors du commun.

Cette année, plus de 12 000 candidats se sont présentés aux différentes épreuves du concours général des lycées, près de 2 000 à celles du concours général des métiers. Ils ont concouru dans quelques 54 disciplines. Au total, les examinateurs ont décerné 147 prix, ainsi que de nombreux accessits et mentions.

Le palmarès est frappant et désarme bien des préjugés : certains lauréats souffrent de handicaps, plusieurs sont scolarisés en zone d'éducation prioritaire et des jeunes filles sont primées dans des disciplines techniques. Les lycéens récompensés viennent de toute la France, des grandes villes comme des petites communes, des illustres lycées généraux du centre de Paris comme d'établissements professionnels ou techniques plus récents. Toute la richesse et la diversité de la France sont représentées dans ce palmarès. Je vois dans cette diversité le signe que chaque élève, de chaque filière et de chaque région, est aujourd'hui en mesure d'incarner l'excellence scolaire.

Les brillants lycéens qui sont reçus cette année ont des prédécesseurs fameux et je leur souhaite de marcher sur les traces de leurs glorieux aînés, qu'ils se nomment Jacqueline de Romilly, Victor Hugo, Jean Jaurès, Georges Pompidou, Charles Baudelaire, Louis Pasteur, Léon Blum ou Marcellin Berthelot.

Aux âmes bien nées, dit-on, la valeur n'attend pas le nombre des années. La qualité des devoirs qui ont été réalisés par nos jeunes lauréats cette année suffit à le prouver.

C'est donc avec beaucoup de plaisir que je veux féliciter chaleureusement l'ensemble les lauréats, quelles que soient les distinctions qu'ils ont reçues, quelles que soient les disciplines dans lesquelles ils ont concouru, quelles que soient les filières dans lesquelles ils sont scolarisés, car ils font l'honneur du système scolaire et la fierté de la République.


Source http://www.education.gouv.fr, le 5 juillet 2007

Rechercher