Déclaration de Mme Christine Albanel, ministre de la culture et de la communication, sur les Francofolies de La Rochelle, la musique et la chanson, l'éducation artistique et culturelle, La Rochelle le 11 juillet 2007. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Christine Albanel, ministre de la culture et de la communication, sur les Francofolies de La Rochelle, la musique et la chanson, l'éducation artistique et culturelle, La Rochelle le 11 juillet 2007.

Personnalité, fonction : ALBANEL Christine.

FRANCE. Ministre de la culture et de la communication

Circonstances : Lancement du festival des Franco folies de la Rochelle le 11 juillet 2007

ti :

C'est un très grand plaisir pour moi d'ouvrir aujourd'hui à vos côtés ce Festival qui porte haut et loin les couleurs de la chanson française et francophone. Cela fait plus de 20 ans que La Rochelle célèbre, tous les étés, la belle et grande diversité de nos musiques, de la variété au rock, en passant par la soul, la folk, le jazz, la musique tsigane, le rap, et tous les genres dans lesquels nos artistes excellent.

Les Francofolies, c'est la rencontre des plus grands noms et des jeunes talents avec un public passionné, dans un cadre de rêve. C'est l'émotion de retrouver toutes celles et tous ceux qui nous font rêver, nous accompagnent, nous émeuvent, et aussi de découvrir les nouveaux visages de la chanson française.

Et à en juger par le programme de cette nouvelle édition, et notamment celui de cette soirée d'ouverture, les Franco folies vont, une fois encore, relever le gant. Ce soir, le charme et la simplicité envoûtante d'Ayo côtoieront le magicien des mots et des rythmes, Abd Al Malik. Sous l'oeil bienveillant de leurs aînés, le grand Miossec, au verbe écorché et fiévreux, et le chantre urbain, Renaud, pour lequel j'ai une très grande admiration.

Je crois que c'est cela, la magie des Franco folies. Le croisement d'univers, de sensibilités, d'écritures, la folie de Philippe Katerine, la poésie sombre de Jean-Louis Murat, les envolées tsiganes de Bratsch, le nouveau rock de Mademoiselle K ou de Superbus, la « nouvelle chanson française » d'Ours et de Loïc Lantoine, les métissages de Nosfell, les couleurs de Yannick Noah, la féérie enfantine d'Olivia Ruiz, et je ne peux pas tous les citer ! Sur ces scènes, se frôlent les poètes des petits riens et des tranches de vie, les chanteurs engagés, les hérauts ou les pourfendeurs de l'amour, pour le plus grand bonheur d'un public aussi divers que ses idoles.

C'est une grande fierté pour la France, c'est un grand bonheur pour moi, en tant que Ministre de la culture, de voir ce vivier de talents, de voir aussi que la relève est assurée, et que cette relève porte de très belles promesses, pour l'avenir de notre musique.

Pour l'avenir de notre création également, et je me réjouis que les Franco folies lui réservent une large place cette année, avec de très belles exclusivités. La Grande Sophie, enfant du Festival, mêlera, le 14 juillet, ses mélodies et ses accords de guitare aux sons des Harmonies de Lille-Fives et de La Rochelle. Le matin-même, les enfants auront pu découvrir un spectacle concocté spécialement pour l'occasion par les Têtes Raides et leurs invités. Un vent d'innovation, d'originalité et de liberté souffle sur cette édition 2007, et je voudrais dire à tous les artistes qui en sont à l'origine mon admiration et ma sympathie.
Quelle chance pour la ville de La Rochelle d'accueillir, chaque année, cette Pléiade de talents, de battre, chaque été, aux rythmes de nos plus grands musiciens ! Événement fédérateur, populaire, au sens le plus noble du terme, le Festival est un atout immense pour le rayonnement et la vitalité de cette cité chargée d'histoire, et de son territoire.

Les entreprises et les commerces de la région ne s'y sont pas trompés, puisqu'ils sont une centaine à avoir rejoint son Club de partenaires. C'est le signe d'une très belle réussite, quand un territoire entier s'approprie véritablement un événement culturel, quand il l'intègre et le soutient comme un élément même de son développement, de son dynamisme, de son identité. C'est une force, et les Franco folies en sont une magnifique illustration.

Je tiens à féliciter toute l'équipe du Festival. Vous perpétuez aujourd'hui avec beaucoup d'enthousiasme l'esprit d'éclectisme et de découverte qui présida à la création de ce grand rendez-vous par Jean-Louis Foulquier. Dénicheur de talents, amoureux des artistes et de ce moment unique et merveilleux de leur rencontre avec le public, il a voulu leur offrir la plus belle scène qui soit, dans sa ville d'origine. Il a voulu que le public le plus large puisse partager ces moments, sur place, comme à la radio et à la télévision. Je salue les partenariats fidèles et féconds qui lient le Festival à France Inter, tout d'abord, qui fera entendre sur ses ondes, en direct, les spectacles de ce soir ; à France 3 Limousin Poitou-Charentes, ensuite, pour une émission spéciale, le 14 juillet ; et à France 4, enfin, qui invitera les artistes à l'affiche dans la désormais célèbre caravane de Ray Cokes. C'est vraiment la mission de l'audiovisuel public que de donner à entendre et à voir de tels événements.
Mais les Franco folies, ce sont aussi, je tiens à le souligner, des actions exemplaires de sensibilisation du jeune public, tout au long de l'année. Je salue les efforts déployés par ses équipes pour transmettre la passion de la musique aux élèves des écoles primaires et des collèges, à travers l'opération « Les enfants de la Zique ». Vous le savez, l'éducation artistique et culturelle est une priorité du gouvernement, et je suis très heureuse que le ministère de la Culture et de la Communication, le ministère de l'Education Nationale, le SCEREN-CNDP et la SACEM s'associent pour soutenir cette initiative remarquable.

Je n'oublie pas, bien sûr, « le Chantier des Francos », véritable pépinière de talents, qui forme, conseille, et accompagne, tout au long de l'année, de jeunes artistes dans leurs premiers pas devant le public. Je ne doute pas que la scène des « Premières Francos », qui s'installe cette année à l'encan, nous réservera de très belles surprises.

Maintenant, le temps est aux mots, aux rythmes, à la musique. Je vous souhaite, à tous, artistes et spectateurs, enfants et parents, fous de jazz, de rock, de rap ou de balades, de très belles Franco folies.


Source http://www.culture.gouv.fr, le 17 juillet 2007

Rechercher