Conférence de presse de M. Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères et européennes, sur la promotion du français à l'occasion de la coupe du monde de rugby et le lancement de l'opération "Oui, je parle rugby", Paris le 24 juillet 2007. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conférence de presse de M. Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères et européennes, sur la promotion du français à l'occasion de la coupe du monde de rugby et le lancement de l'opération "Oui, je parle rugby", Paris le 24 juillet 2007.

Personnalité, fonction : KOUCHNER Bernard.

FRANCE. Ministre des affaires étrangères et européennes

ti : Madame la Ministre de la Santé et des Sports,
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs, Chers Amis,


C'est un bonheur de vous accueillir. Ce n'est pas l'habitude que l'on parle rugby sous de tels ors. Parce que le sport et la diplomatie ont certes des rapports mais la diplomatie est un sport très particulier, vous le savez. Soyez donc tous les bienvenus au Quai d'Orsay et particulièrement Mme Bachelot.

Nous allons parler rugby et je me réjouis que bientôt notre pays soit l'endroit vers lequel se tourneront tous les regards du monde en matière de rugby, les amateurs de ce sport et les joueurs eux-mêmes que l'on vient d'entendre pour la première fois. J'ai beaucoup de bonheur à vous dire que 450.000 supporteurs étrangers sont attendus en France à l'automne pour soutenir leur équipe. Auprès d'eux, comme auprès de tous les passionnés de rugby qui la suivront à la télévision, la Coupe du monde est une occasion formidable de promouvoir la langue française.

J'ai toujours dit que pour promouvoir le français, il fallait avoir des idées françaises, que pour attirer les gens vers le français, il fallait avoir des images françaises, que pour faire parler français et réfléchir en français, il fallait avoir des idées à proposer, que le français comme langue ne suffisait pas, il fallait que le français soit porteur d'idées nouvelles ou anciennes. Je suis très heureux qu'à propos de ce sport, on constate enfin qu'il n'y a pas que les anglophones qui jouent au rugby. Il y a des Français depuis très longtemps. Il y a mêmes des Italiens, des Argentins et beaucoup d'autres aux antipodes.

C'est donc une très belle occasion d'utiliser le français pour promouvoir quelque chose de solidement français, le rugby. C'est la première fois que notre pays organise la Coupe du monde. C'est l'occasion de nous interroger sur ce qui fait la spécificité de la Francophonie par rapport à l'anglais, pas forcément sous l'angle d'une compétition, mais au contraire sous l'angle plus prometteur du bilinguisme.

La Francophonie, ce n'est pas seulement le français, ce sont les gens qui parlent, qui aiment, qui raisonnent en français. La Coupe du monde est pour nous l'occasion de mettre en valeur la diversité de notre langue et la diversité des gens qui la pratiquent. Bientôt, je l'espère, nous aurons un véhicule très particulier qui sera une grande chaîne internationale en français qui pourra porter ces images, cette pensée. C'est un peu prétentieux, cette manière de voir le monde, puisque nous souhaitons que ce ministère soit le ministère de la Mondialisation. Nous souhaitons avoir bientôt une chaîne de télévision qui pourra le représenter. Il y en a déjà plusieurs. Nous espérons les renforcer.

La langue française est bien sûr la langue de la France, de la patrie des Droits de l'Homme et des philosophes des Lumières. Mais ce n'est pas que ça. La langue française, c'est aussi la langue de la solidarité et du développement dans les pays du sud et un vecteur de rayonnement, de créativité et d'invention dans les pays du Nord.

La Coupe du Monde de Rugby est l'occasion de le prouver : l'ambiance des stades n'est pas celle des salons mondains. C'est une ambiance très particulière que connaît bien la ministre des Sports et qui associe cette idée de fraternité à des idées de sport, de virilité et de dépassement de soi, sans que cela soit incompatible.

Nous avons décidé de faire de cette fête de la Coupe du monde le moment où nous envisagerons de lancer l'idée des grands opérateurs de la francophonie (TV5 Monde, Radio France Internationale et l'Alliance française de Paris). C'est une bonne occasion de parler de la Francophonie et du rugby. "Oui, je parle rugby" aura beaucoup de succès dans notre pays.

Il y a une série de portraits de 12 grands joueurs étrangers évoluant dans le championnat de France. Ils témoignent, chacun à leur manière, de leur rapport avec notre langue : souvent, ce sont les étrangers qui parlent de notre langue de la meilleure manière et de notre culture avec le plus de passion.

Je voudrais remercier ici les clubs qui nous ont ouvert leurs portes pour réaliser ce film : le Stade Français, le Stade Toulousain, l'ASM Clermont Auvergne et l'USAP Perpignan. Je voudrais également remercier la Fédération française de Rugby, son président Bernard Lapasset et son directeur général Jean-Louis Barthès.

"Oui, je parle rugby", c'est aussi un "Kit de survie en français" pour aider les supporteurs étrangers à communiquer pendant leur séjour en France : 250 phrases indispensables en français traduites en anglais et en espagnol, le calendrier des matchs, une présentation des villes hôtes, une liste de numéros utiles et des illustrations humoristiques de Roger Blachon. Il sera diffusé au moment de la compétition à l'entrée des stades, dans les aéroports et les offices de tourisme, dans les points rencontres des gares SNCF des villes hôtes et en gare de Waterloo, à Londres, grâce à notre nouveau partenariat avec Eurostar.

Je vais laisser la parole à Mme Roseline Bachelot, mais apprendre le français via le rugby, cela me paraît formidable. Aller à contre courant des idées reçues, ce serait une preuve formidable de la vivacité de notre langue. Pour nous, au ministère des Affaires étrangères et européennes, cette opération s'inscrit dans le cadre plus large du partenariat que nous avons conclu avec le comité d'organisation de la Coupe du monde de rugby présidé par Bernard Lapasset :

- sur le plan logistique : mise à disposition d'un responsable chargé de la gestion des officiels et du protocole - et nous savons ce qu'est le protocole ; visas aux délégations et aux officiels ; transformation du centre de conférences internationales en centre principal des médias pendant toute la durée de la compétition.

- sur le plan de la coopération internationale : effort en faveur du développement du rugby dans plusieurs pays où il est peu pratiqué et soutien à "Jeune planète Rugby", sélection mondiale de jeunes issus du réseau des établissements scolaires français à l'étranger soutenus par l'Agence pour l'Enseignement français à l'Etranger (AEFE).

- sur le plan de la communication : invitation en France de 16 journalistes sportifs pendant une semaine en mai dernier ; organisation de nombreux événements dans les ambassades, alliances françaises et centres culturels ; mobilisation de ce ministère durant les phases finales pour profiter de la venue de nombreux décideurs politiques, économiques et culturels qui viendront assister aux matchs que nous suivrons tous avec passion.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 25 juillet 2007

Rechercher