Interview de Mme Michèle Alliot-Marie, ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales, à France 2 le 23 septembre 2007, sur ses propositions de réglementation sur les chiens dangereux après des accidents ayant entraîné la mort d'enfants. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Michèle Alliot-Marie, ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales, à France 2 le 23 septembre 2007, sur ses propositions de réglementation sur les chiens dangereux après des accidents ayant entraîné la mort d'enfants.

Personnalité, fonction : ALLIOT-MARIE Michèle.

FRANCE. Ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales

ti : LAURENT DELAHOUSSE
On le voit bien ce soir, les questions ne manquent pas. Certains chiens peuvent tout simplement s'avérer dangereux alors qu'ils n'appartiennent pas à la liste actuellement définie. Chacun s'interroge sur les mesures efficaces à prendre, et la personne qui va devoir réagir, c'est vous Michèle ALLIOT-MARIE.Bonsoir. Est-ce que concrètement...

MICHELE ALLIOT-MARIE, MINISTRE DE L'INTERIEUR
Bonsoir.

LAURENT DELAHOUSSE
... vous allez devoir élargir cette liste des chiens dits dangereux ?

MICHELE ALLIOT-MARIE
Non, il ne s'agit pas d'élargir la liste des chiens dits dangereux. La première des choses à faire c'est effectivement de s'occuper des chiens dangereux pour limiter les risques. J'avais réuni le 27 août dernier à la suite d'accidents qui se sont produits cet été, les services des ministères concernés, c'est-à-dire l'Intérieur et l'Agriculture, la SPA, l'Association des Maires de France. Nous avions à cette occasion vu quelles pouvaient être un certain nombre de lacunes des lois qui ont été prises jusqu'à présent, et nous avons envisagé des mesures. Dans ces mesures, il y en a un certain nombre qui exige une habilitation législative. Depuis nous avons travaillé, le texte est prêt à être proposé au Parlement. Et ce que je souhaite également, c'est que nous allions vite, c'est-à-dire au-delà de l'habilitation législative, il y a des mesures très concrètes à prendre. Et donc dès la semaine prochaine...

LAURENT DELAHOUSSE
Alors justement...

MICHELE ALLIOT-MARIE
... nous allons réunir toutes les personnes qui souhaitent y participer, la SPA, mais également Trente millions d'amis, les vétérinaires qui ont déjà travaillé avec nous pour prendre ces mesures concrètes. Ces mesures concrètes...

LAURENT DELAHOUSSE
Alors vous avez...

MICHELE ALLIOT-MARIE
... quelles sont-elles ? C'est ça ?

LAURENT DELAHOUSSE
Oui. Quelles sont-elles ?

MICHELE ALLIOT-MARIE
Alors dans les mesures concrètes, la première des choses, c'est en ce qui concerne les chiens dangereux, nous allons exiger une formation des maîtres, c'est-à-dire des propriétaires ou de ceux qui les détiennent. Deuxièmement, nous allons également exiger un certificat de vétérinaire au moment où ces chiens sont déclarés à la Mairie. Enfin, je veux mettre un contrôle beaucoup plus strict à l'importation. En effet, nous avons le sentiment qu'il y a une importation, notamment de pays de l'Est d'un certain nombre de chiens qui ont été déclarés en extinction, c'est-à-dire notamment les chiens de la catégorie un. Et de la même façon, je veux empêcher que l'on puisse comme le disait très justement la représentante de la SPA tourner la loi interdisant un certain nombre de chiens par des croisements qui peuvent être faits. Donc les gens ne vont plus élever spécifiquement ces chiens, sauf à frauder mais ils peuvent aussi amener par des croisements à reconstituer des catégories qui correspondent à ces chiens interdits. Enfin, si vous permettez, il y a une chose que je voudrais surtout dire, c'est qu'avoir un chien, certes c'est un plaisir, mais c'est aussi une responsabilité. Et je voudrais en appeler à la responsabilité des propriétaires et des possesseurs d'un certain nombre de chiens en leur disant qu'ils doivent être vigilants. Vous savez il y a des chiens réputés dangereux qui de leur vie ne feront jamais de mal à personne. Et puis vous pouvez avoir des chiens qui ne sont pas dans ces catégories, et c'est ce qui s'est passé avec cette petite fille, et qui brusquement, parce qu'il y a des circonstances particulières, ou parce qu'ils ont le sentiment d'être agressés vont faire du mal, vont blesser, voire vont tuer. Là il faut à la fois que les parents notamment de jeunes enfants mais également les propriétaires se disent qu'ils ont une responsabilité. La loi, la réglementation ne peut pas tout faire. Il faut aussi que chacun se sente responsable et vigilant, notamment dans des cas comme ceci.

LAURENT DELAHOUSSE
Merci madame la ministre. Alors prenons la direction maintenant de l'Allemagne. Les chiffres parlent d'eux-mêmes là-bas. Aucun incident depuis 2004. Les propriétaires doivent verser un impôt et passer un permis, des éléments qui finalement les responsabilisent. Reportage sur place, Jérôme BONY et Brice BOUSSOUAR.

JEROME BONY
En Allemagne, tout chien classé dangereux, comme ce pit-bull de six ans, doit obtenir un passeport auprès d'un dresseur agréé. Mais ce n'est pas tout. Sa maîtresse doit passer un permis de chiens, après des cours de dressage et un test d'évaluation de l'obéissance de l'animal, y compris en milieu urbain. Tous les deux sont confrontés aux provocations de la vie quotidienne. Pour le dresseur, ce permis ne devrait pas se limiter au propriétaire de chiens d'attaque.

ANDRE WUNDERLICH, DRESSEUR AGREE, TRADUCTION
Pour l'avenir, le mieux ce serait que chaque propriétaire d'un grand chien soit aussi obligé de passer le permis. C'est mon avis.

JEROME BONY
Au bord de ce lac berlinois, réservé aux chiens, beaucoup sont de grande taille, comme ce dogue allemand. Dans leur cas, un bon dressage est d'autant plus difficile.

PROPRIETAIRE D'UN DOGUE ALLEMAND, TRADUCTION
Ce sont des chiens redoutables. Ils sont dix fois plus gros, ils sont plus redoutables car qu'ils ont plus de force. Ils sont durs à dresser.

JEROME BONY
Selon les spécialistes, leur grande taille elle-même peut les rendre plus dangereux.

DOCTEUR BETTINA KALISCH, VETERINAIRE
Particulièrement parce qu'ils mettent plus facilement un enfant à terre. Ils se retrouvent alors dans une position dominante, au-dessus de l'enfant, ce qui peut déclencher un autre instinct, celui de mordre.

JEROME BONY
En tous cas, l'arsenal juridique allemand a fait ses preuves puisque ici depuis l'an 2000, il y a eu quatre fois moins d'attaques de chiens ayant entraîné mort d'homme en France.


Source http://www.interieur.gouv.fr, le 27 septembre 2007

Rechercher