Déclaration de M. Christian Poncelet, président du Sénat, sur les partenariats public-privé pour la lutte contre la discrimination sociale dont sont victimes les jeunes créateurs d'entreprises dans les cités, Paris le 20 octobre 2007. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Christian Poncelet, président du Sénat, sur les partenariats public-privé pour la lutte contre la discrimination sociale dont sont victimes les jeunes créateurs d'entreprises dans les cités, Paris le 20 octobre 2007.

Personnalité, fonction : PONCELET Christian.

FRANCE. Sénat, président ; FRANCE. UMP, sénateur

Circonstances : Remise des prix "Talents des cités" à Paris le 20 octobre 2007

ti : Madame la Ministre,
Mes chers collègues,
Chers jeunes amis,


Je suis particulièrement heureux d'être à nouveau à vos côtés, aujourd'hui, pour partager avec les sénatrices et les sénateurs la joie de siéger avec vous dans un hémicycle aux couleurs d'une France qui va résolument de l'avant !

Le Président de la République a lui aussi souhaité former un Gouvernement à ces mêmes couleurs de la France, avec Rachida DATI, avec Fadela AMARA, et avec Rama YADE - bien connue dans cette Maison depuis de longues années !

Mais le Sénat aura, là encore, été précurseur, avec en particulier notre collègue la sénatrice Bariza KHIARI, à qui j'ai demandé, depuis plusieurs années, de me représenter au quotidien dans « Talents des Cités », et que je remercie pour sa disponibilité et son efficacité.

Il nous reste, sur le terrain, à faire disparaître les ghettos qui tiennent encore nombre de nos compatriotes à distance d'une formation efficace, à distance du marché du travail, à distance d'un cadre de vie digne, et à distance d'une vie heureuse à laquelle chacune et chacun d'entre nous aspire légitimement.

C'est la cinquième année consécutive que le Sénat co-organise cette belle opération républicaine.

Cinq ans, c'est le temps d'un quinquennat, le temps de la maturité et du bilan permettant de mieux se projeter dans l'avenir.

Les sénatrices et les sénateurs se sont résolument engagés dans Talents des Cités parce que le racisme économique, dont trop de Français sont victimes, est une faute morale et un crime contre l'efficacité économique de notre pays.

Je parle de crime contre l'efficacité économique, cet autre visage des discriminations encore à l'oeuvre dans la société française, parce qu'il y a dans nos quartiers des femmes et des hommes qui constituent - par leur diversité et par leur potentiel d'énergie - un formidable gisement de dynamisme et de croissance économique.

Vous, les jeunes Talents des Cités, avez beaucoup à nous dire :

- Vous venez des quartiers et connaissez la vraie vie.

- Vous avez envie de vous battre et vous avez les mains dans le cambouis.

- Vous participez à la création de richesses en ayant le courage de créer votre entreprise dans les quartiers.

Soyez les bienvenus dans cette Maison de la République, qui se réjouit d'accueillir votre énergie, votre dynamisme, votre confiance dans un avenir commun.

Avec vous, chers jeunes amis, puisqu'est aussi venu le temps des premiers bilans, je veux aussi remercier les nombreux partenaires de Talents des Cités qui vous accompagnent et vous conseillent dans vos projets de développement, et que je vous demande d'applaudir :

la Caisse des Dépôts et Consignations, SUEZ, la Fondation RATP pour la Citoyenneté, CASINO, l'Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine, le Groupe des Caisses d'Épargne, les Boutiques de Gestion, la Fondation SFR, Schneider Electric, VINCI, l'Agence Nationale pour la Cohésion Sociale et l'Égalité des Chances, TALAN, le Syndicat de la Presse Quotidienne Régionale, HEC, le Club du 21ème siècle et FINANCITES, Public Sénat et France Télévisions.

Mon premier bilan est simple : « Talents des Cités », ça marche, parce qu'a été mise en oeuvre par le Sénat et les ministres successifs, Claude BARTOLONE, Jean-Louis BOORLOO et Christine BOUTIN, une stratégie subtile et efficace de partenariats privé-public.

Deuxième élément de bilan : « Talents des Cités », ça marche, parce que tout le plan de communication est délibérément mis au service des seuls lauréats. A aucun moment, le Président du Sénat et les ministres n'en ont fait un élément de communication politique personnelle.

Et vous mesurerez très vite, chers lauréats de « Talents des Cités », combien votre présence dans la presse régionale ou nationale est un facteur d'efficacité, susceptible de vous apporter de nouveaux contacts, de nouveaux marchés.

Et, enfin, dernier élément de bilan : « Talents des Cités » ça marche puisque, depuis 2002, 220 porteurs de projets ont été accompagnés et que 70% d'entre eux sont toujours en activité.

C'est pour toutes ces raisons que j'ai souhaité que le Premier ministre nous rejoigne à la fin de cette cérémonie, parce que nous sommes collectivement fiers de « Talents des Cités ».

Je souhaite de tout coeur que le Premier ministre y trouvera plusieurs motifs d'inspiration : une opération ni de droite ni de gauche, efficace économiquement et qui entraîne chaque année une mobilisation toujours plus importante des médias qui ont compris que « Talents des Cités », ça marche !

Et maintenant, je déclare ouverte la cérémonie nationale 2007 de remise des trophées de Talents des Cités.

Cher Pierre Sled : à vous de jouer, en direct sur Public Sénat !


Source http://www.senat.fr, le 23 octobre 2007

Rechercher