Déclaration de Mme Christine Lagarde, ministre de l'économie, des finances et de l'emploi, sur les contrats signés en Chine lors du dernier voyage de Nicolas Sarkozy, Paris le 28 novembre 2007. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Christine Lagarde, ministre de l'économie, des finances et de l'emploi, sur les contrats signés en Chine lors du dernier voyage de Nicolas Sarkozy, Paris le 28 novembre 2007.

Personnalité, fonction : LAGARDE Christine.

FRANCE. Ministre de l'économie, des finances et de l'emploi

Circonstances : Question d'actualité à l'Assemblée nationale à Paris le 28 novembre 2007

ti : Toute la représentation nationale aurait été fière de la France et du rôle joué par le gouvernement. Tous les sujets que vous avez évoqués ont été abordés dans la transparence et dans un esprit de responsabilité et de réciprocité. Vous avez raison de souligner que la Chine est un pays émergent. Jugeons-en plutôt : 1,3 milliard d'habitants, 25 millions d'emplois créés chaque année dans le pays, 15 millions de nouveaux habitants chaque année. Dans ce contexte, le voyage du président de la République et des membres du gouvernement qui l'accompagnaient a répondu à deux objectifs, l'un économique et l'autre lié aux enjeux et aux défis auxquels nous sommes confrontés.

En ce qui concerne les aspects économiques du voyage, vous avez rappelé que des contrats ont été conclus pour un montant de 20 milliards d'euros. Avec la vente de deux EPR, pour 8 milliards d'euros, c'est la filière électronique française, écartée voici un an au profit de la filière électronique américaine, qui a été vendue à la Chine et c'est l'équipe de France tout entière qui a gagné. Ce sont, avec AREVA et EDF comme opérateurs, 250 petites et moyennes entreprises françaises qui contribueront aux travaux. Cela représente, au seul titre du maître d'oeuvre, 10 000 emplois créés en France pour les petites et moyennes entreprises. Ça, c'est un succès !

Deuxième aspect de ces contrats : Airbus, qui, avec la vente de 160 avions - 110 A310 et 50 A340 -, contribue également au développement de la filière aéronautique française, 40 % de la valeur ajoutée étant produite en France.

Enfin, sur le plan des principes, il a été question de réciprocité et de responsabilité. Le président de la République a rappelé la Chine à ses trois engagements - monétaire, environnemental et économique - et, dans ces trois domaines, a rappelé le principe de la réciprocité et de la responsabilité.

Mesdames et Messieurs les Députés, vous auriez été fiers de ce voyage.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 3 décembre 2007

Rechercher