Conseil des ministres du 28 février 2007. La politique ferroviaire. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 28 février 2007. La politique ferroviaire.

Personnalité, fonction : PERBEN Dominique.

FRANCE. Ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer

ti : Le ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer a présenté une communication relative à la politique ferroviaire.

1.- Le Gouvernement a mis en oeuvre, depuis 2002, un plan d'amélioration de la qualité du réseau ferroviaire. Rompant avec 25 années de sous-investissement, les ressources affectées au renouvellement du réseau seront augmentées de 1,8 milliard d'euros sur la période 2006-2010. Les investissements portant sur les lignes nouvelles sont relancés, avec l'ambition de mettre en service 900 km supplémentaires en dix ans. Deux grands chantiers ont été lancés en 2006 : la ligne à grande vitesse Rhin-Rhône et la ligne du Haut-Bugey.

La loi du 5 janvier 2006 permet le recours au partenariat public privé ; dans ce cadre seront réalisés la liaison « CDG Express », la ligne à grande vitesse Tours-Bordeaux et le contournement ferroviaire de Nîmes-Montpellier. La procédure de mise en concession de la ligne nouvelle Tours-Bordeaux est lancée aujourd'hui.

Avec près de trois milliards d'euros d'apport de l'État pour les transports ferroviaires et collectifs, soit le premier poste de dépenses, les contrats de projets État-régions 2007-2013 complètent la politique d'investissements en visant le développement des TER et des corridors de fret.

2.- La France demeure le premier pays au monde en matière de trains à grande vitesse. En labellisant « i-Trans » comme pôle de compétitivité à vocation mondiale, le Gouvernement s'est donné les moyens d'amplifier le succès industriel qui en découle.

En complément du succès actuel des trains régionaux, le Gouvernement a par ailleurs demandé à la SNCF de développer les trains Corail Intercités : 130 millions d'euros d'investissements sont programmés par la SNCF sur la période 2006-2009 pour rénover le matériel.

3.- Le développement du fret ferroviaire se situe également au coeur des préoccupations du Gouvernement. Alors que huit nouveaux opérateurs sont désormais présents sur le marché, le redressement de « Fret SNCF » est la première priorité de l'entreprise publique. Les résultats obtenus en matière de qualité de service pour le transport combiné sont encourageants.

Le Gouvernement a initié le développement d'un réseau cohérent d'autoroutes ferroviaires : le service Luxembourg-Perpignan démarrera ainsi au printemps.

Il encourage par ailleurs le regroupement des flux ferroviaires locaux par les opérateurs de proximité.

Rechercher