Conseil des ministres du 4 avril 2007. La revalorisation de la médecine générale. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 4 avril 2007. La revalorisation de la médecine générale.

Personnalité, fonction : BAS Philippe.

FRANCE. Ministre de la santé et des solidarités

ti : Le ministre de la santé et des solidarités a présenté une communication relative à la revalorisation de la médecine générale.

L'action du Gouvernement s'est traduite par une évolution profonde du rôle, du statut et de la rémunération des médecins généralistes.

S'agissant de leur rôle, la réforme de l'assurance maladie replace le généraliste au centre de notre système de soins, en lui confiant la tâche d'orienter le malade, de veiller à la continuité des soins, à la prévention et à la sécurité des traitements. Du point de vue du statut, la médecine générale devient une spécialité à part entière avec la création d'une véritable filière universitaire. Les étudiants qui achèvent leur internat cet automne constitueront la première promotion de spécialistes de médecine générale ; un arrêté publié cette semaine définira la procédure de qualification des médecins en exercice. Le tarif de la consultation passera à 22 euros le 1er août, puis devrait passer à 23 euros en 2008 à la suite de l'accord signé par les partenaires conventionnels le 29 mars.

Avec le plan de démographie médicale, une dynamique s'est engagée pour garantir la qualité des soins sur tout le territoire. Le numerus clausus a été augmenté de 50 % depuis 2002 et sera maintenu à ce niveau jusqu'à 2010. Plusieurs mesures ont été prises pour faciliter l'installation des jeunes médecins dans les zones où l'offre est déficitaire, accorder à ceux qui exercent en cabinet de groupe une aide forfaitaire correspondant à 20 % de leur activité, ou donner la possibilité aux collectivités territoriales d'accorder des aides aux étudiants qui s'engagent à y exercer pendant une période donnée. Ces bourses pourront être abondées par l'assurance maladie.

La permanence des soins est un enjeu majeur pour l'égalité d'accès aux soins de nos concitoyens. Malgré les progrès accomplis ces dernières années, certaines zones demeurent confrontées à des difficultés chroniques. Le ministre de la santé et des solidarités souhaite réunir rapidement les préfets et les présidents de conseils départementaux de l'Ordre des médecins afin d'étudier les moyens d'améliorer rapidement cette situation. Il a désigné M. Jean-Yves Grall comme médiateur, en le chargeant de faciliter la mise en place des formules locales les plus adaptées et de rédiger avant le 15 novembre prochain un rapport pour apporter des réponses concrètes et durables à cet enjeu.

Rechercher