Déclaration de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur le rôle de l'organisation UNITAID dans la lutte contre les maladies infectieuses dans le monde, à Cannes le 16 février 2007. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur le rôle de l'organisation UNITAID dans la lutte contre les maladies infectieuses dans le monde, à Cannes le 16 février 2007.

Personnalité, fonction : CHIRAC Jacques.

FRANCE. Président de la République

Circonstances : Cérémonie d'adhésion à UNITAID, à Cannes (Alpes Maritimes) le 16 février 2007

ti : Messieurs les Chefs d'Etat,
Messieurs les Ministres,
Mesdames, Messieurs,


La lutte contre les maladies infectieuses est l'un des combats les plus urgents et les plus nécessaires de notre temps.

Il incarne cette exigence de dignité humaine qui doit absolument nous animer à l'heure de la mondialisation.

Depuis longtemps déjà, nous dénonçons le scandale de maladies dont les victimes sont au Sud et les médicaments au Nord.

Ces dernières années, des progrès ont été accomplis pour mobiliser des financements, pour faire baisser les coûts des médicaments, pour construire des systèmes de santé. Mais il faut aller beaucoup plus loin, beaucoup plus vite si nous voulons sauver les millions de vies menacées par la tuberculose, le paludisme ou le sida.

Je me réjouis beaucoup que notre Sommet s'achève par l'adhésion de dix-huit pays africains à UNITAID. Je les salue et je les remercie

En participant à ce projet, ils manifestent leur conviction que la lutte contre ces pandémies passe par la mobilisation nationale et par la solidarité internationale. Ils adressent, en vérité, un message d'espoir à leurs peuples et au monde.

UNITAID, c'est l'accès des plus démunis à des médicaments de qualité, y compris les génériques, ainsi qu'aux moyens de diagnostic du sida, de la tuberculose et du paludisme, aux prix les plus bas.

UNITAID, c'est un financement moderne, fondé sur des contributions pérennes, stables et pluriannuelles. Elle disposera de 300 millions d'euros dès cette année 2007, pour des projets dans 50 pays.

Déjà, la France lui verse le produit du prélèvement sur les billets d'avions qu'elle a créé en juillet dernier. Sans que cela ait provoqué, je le dis pour d'autres pays notamment des pays développés ; la moindre perturbation dans le trafic international. Cela préfigure ces financements innovants qu'impose l'exigence de solidarité à l'heure de la mondialisation : affecter à la réalisation des objectifs du millénaire une part infime, mais suffisante, des immenses richesses créées par l'accélération des échanges et l'augmentation des richesses internationales.

UNITAID, c'est une garantie d'efficacité, grâce à l'appui de l'OMS, et sous son contrôle, grâce au partenariat avec des fondations, comme la Fondation Clinton et avec le Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Je remercie le Président du Conseil d'administration d'UNITAID, M. Philippe DOUSTE-BLAZY, pour son action dans ce domaine.

J'adresse toute ma gratitude aux pays qui s'engagent, chacun avec ses moyens, comme acteur, donateur et bénéficiaire.

Car c'est en rassemblant nos forces que nous gagnerons ce combat contre des fléaux qui dévastent des populations entières.

Je forme le voeu que votre décision, Messieurs les chefs d'Etat, inspire la communauté internationale entière et, notamment, les pays riches.

C'est un acte de solidarité et de confiance.

C'est un acte politique pour un monde plus juste, en un mot, c'est un acte et un geste d'humanité.


Je vous remercie.


Rechercher