Déclaration de M. Bernard Accoyer, président de l'Assemblée nationale, en hommage à Raymond Forni, ancien président de l'Assemblée nationale, Paris le 8 janvier 2008. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Bernard Accoyer, président de l'Assemblée nationale, en hommage à Raymond Forni, ancien président de l'Assemblée nationale, Paris le 8 janvier 2008.

Personnalité, fonction : ACCOYER Bernard.

FRANCE. Assemblée nationale, président ; FRANCE. UMP, député

Circonstances : Décès de M. Forni le 5 décembre 2008

ti : Madame,
Monsieur le Premier Ministre,
Mesdames, Messieurs les Ministres,
Monsieur le Président du Conseil constitutionnel,
Monsieur le Premier Président de la Cour des Comptes,
Mes chers collègues,


Samedi matin, un mal foudroyant emportait notre ancien collègue, celui qui, il y a peu de temps encore, occupait ce perchoir : Raymond Forni.

Cette disparition nous a tous profondément attristés. Raymond Forni était ici respecté, et bien au-delà de sa famille politique. L'hommage unanime qui lui est rendu depuis samedi matin est éloquent : il avait, ici à l'Assemblée, l'estime de tous.

Ce n'est que justice, tant Raymond Forni eut une vie et un parcours exemplaires. Modèle de promotion républicaine, il était un grand parlementaire et un homme de convictions.

Né le 20 mai 1941 à Belfort dans une famille d'immigrés italiens, Raymond Forni, orphelin de père à l'âge de onze ans, fut tôt confronté aux douleurs de l'existence. Issu d'un milieu modeste, longtemps étranger dans son propre pays - puisqu'il dût attendre ses dix-sept ans pour obtenir la nationalité française - , c'est par sa volonté, par son travail, que Raymond Forni a su construire son destin. Un autre destin que celui que lui réservait sa naissance, un destin remarquable ! Il aimait rappeler qu'il le devait à la France. Tous ici nous nous souvenons comment, et avec quels mots émouvants, pleins de gratitude, il avait, de cette tribune, rendu hommage à la République.

Celui qui occupa ce perchoir commença sa vie professionnelle, à 18 ans, ouvrier chez Peugeot. Sa ténacité eut raison des circonstances : jeune homme courageux, il passa, avec succès, son baccalauréat à 22 ans. Puis il fera des études de droit qui le conduiront à devenir avocat à 27 ans. De l'usine au barreau, déjà, quel parcours !

Très vite, il s'intéressera à la politique et, dès 1973, il est élu député du Territoire de Belfort. Il a 32 ans. Il sera réélu à cinq reprises, pour cinq législatures, jusqu'en 2002.

A l'Assemblée, en ces lieux, son talent de juriste et sa force de travail font vite sa réputation. En 1981, à quarante ans, il devient président de la prestigieuse commission des lois. Il y laissera l'empreinte d'un législateur éminent.

En 1985, il est nommé à la Haute Autorité de l'Audiovisuel. De retour à l'Assemblée en 1988. Il est élu le 29 mars 2000, président de l'Assemblée nationale. De l'usine au barreau, du barreau au Palais Bourbon et du Palais Bourbon à la Présidence de l'Assemblée nationale. Il est peu d'exemples d'une aussi remarquable ascension républicaine

Son premier discours de Président de l'Assemblée nationale est encore dans la mémoire de beaucoup d'entre nous. Il est l'un de ceux, parmi les très nombreux prononcés à cette tribune, qui ne s'oublient jamais. Son hommage vibrant, poignant, à la République qui, pour reprendre ses propres mots, « accueille, éduque, rassemble sans distinction de race, d'origine, de couleur, de religion » restera un des moments les plus forts et émouvants du coeur de la démocratie que constitue cet hémicycle.

Président de l'Assemblée nationale jusqu'en 2002 - huitième Président de l'Assemblée depuis 1958 de la Vème République - , Raymond Forni remplira ses fonctions dans un esprit républicain qui lui vaudra le respect de tous.

Il fut parmi nous un député assidu, engagé, convaincu, exigeant. Il fut et il restera pour nous tous un grand parlementaire.

Raymond Forni, c'était enfin un homme de convictions. Il avait des idées claires, un engagement ancien. Il ne transigeait pas. Cette fidélité à ses idées l'honore. Elle est exemplaire.

Ses convictions étaient aussi celles d'un humaniste. En 1981, il fut rapporteur d'un des plus grands textes débattus dans cet hémicycle : l'abolition de la peine de mort. L'homme, l'avocat et le député qu'il était, confessait volontiers que c'était son plus grand souvenir de parlementaire.

Ses convictions, c'était aussi cet attachement aux libertés publiques dont il fit preuve avec constance à la Haute Autorité de l'Audiovisuel, puis à la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés, qu'il avait lui-même contribué à créer et dont il fut vice-président plus de dix années durant.

L' « enfant de la République », le fils d'immigrés italiens naturalisé français à 17 ans, l'homme passionnément attaché à la France, qu'était Raymond Forni, avait les meilleures raisons d'être farouchement européen. Dans son discours du 29 mars 2000, il résumait son engagement européen par ces mots : « La France m'a tout donné, et c'est peut-être pour cela que, mon sang et mon coeur se mêlant, je crois à l'Europe par dessus tout. »

La solidité de ses convictions enfin, c'était sa volonté de servir la République, de servir les Français. Pour ce service, il s'engagera sans relâche au niveau national comme au niveau local, dans cette région de Franche-Comté où il avait grandi : maire de Delle, conseiller général du Territoire de Belfort et, enfin, président du conseil régional de Franche-Comté. Cette fidélité force l'admiration.

C'est un homme de très grande qualité dont nous saluons la mémoire.

A vous, Madame, à ses enfants, à ses amis politiques socialistes, j'adresse, au nom de tous les députés de l'Assemblée nationale et en mon nom personnel, mes condoléances particulièrement attristées.


Source http://www.assemblee-nationale.fr, le 14 janvier 2008

Rechercher