Entretien de M. Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères et européennes, avec Le Journal du Dimanche le 3 février 2008, sur la situation au Tchad et ses incidences sur le déploiement de l'EUFOR. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Entretien de M. Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères et européennes, avec Le Journal du Dimanche le 3 février 2008, sur la situation au Tchad et ses incidences sur le déploiement de l'EUFOR.

Personnalité, fonction : KOUCHNER Bernard.

FRANCE. Ministre des affaires étrangères et européennes

ti : Q - Quelle est la position de la France face à la situation ?

R - Le gouvernement tchadien, légitime et élu, est menacé par des attaques perpétrées par des groupes armés, également tchadiens, venus d'un pays voisin. La population civile est menacée. La position de la France, c'est donc l'arrêt des effusions de sang, la trêve et la négociation. Nous ne sommes en aucun cas favorables à une éventuelle prise du pouvoir brutale comme cela s'est fait plusieurs fois dans ce pays. Les troupes françaises ne participent pas aux combats entre Tchadiens, certains issus de la famille même d'Idriss Déby.

Q - Pourtant, il y a des accords de défense entre la France et le Tchad ?

R - Non, mais des accords de coopération militaire technique, qui ne prévoient en aucun cas que l'on puisse prendre partie dans un conflit entre Tchadiens.

Q - Mais la France ne se devait-elle pas de soutenir un allié ?

R - Nous avons condamné l'agression. La situation demeure incertaine. Nous avons appelé à l'arrêt des combats et à la reprise du dialogue politique, avec l'accord du président Déby. Nous avons travaillé avec lui hier, toute la nuit, et aujourd'hui en lui téléphonant souvent. Le président Sarkozy lui a parlé trois fois, hier soir encore. La demande du président Déby est de respecter notre accord, notamment en prenant en charge les blessés, ce que nous faisons. La décision a été prise: notre soutien aux autorités tchadiennes - qui demeure - ne passe pas par une participation directe aux combats.

Q - Quelle serait la légitimité d'un nouveau pouvoir ?

R - Nous soutenons le gouvernement légitime comme le fait l'Union africaine. Nous ne sommes cependant pas surpris par cette situation et nous voulons continuer à pouvoir protéger le demi-million de déplacés et réfugiés qui sont dans un état épouvantable dans l'Est du Tchad à cause de la situation du Darfour. C'est le sens et le mandat de la force européenne, l'Eufor, qu'il faut déployer.

Q - Cette attaque a-t-elle justement pour but de torpiller le déploiement prévu de l'Eufor ?

R - Peut-être. Elle a lieu au tout début de l'arrivée des premiers éléments de l'Eufor, alors ne soyons pas naïfs. Mais j'observe aussi les déclarations positives des chefs rebelles.

Q - Est-ce le Soudan qui a téléguidé cette opération?

R - Je ne sais pas dans quelle mesure, mais il est tout à fait certain que ces forces tchadiennes venaient du Soudan.

Q - Est-ce que cela compromet le déploiement de l'Eufor ?

R - Je ne le crois pas. Nous avons dû arrêter très provisoirement le départ des premiers soldats autrichiens et irlandais, mais nous savons que cette proposition française, devenue idée européenne, s'impose de plus en plus. Elle a fait l'objet d'une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies votée à l'unanimité. Car il est clair qu'il faut absolument protéger les populations.

Q - Nos alliés européens ne risquent-ils pas de se montrer plus réticents ?

R - Au contraire, je pense qu'ils nous comprendront mieux. Il y a déjà une vingtaine de pays dans l'Eufor, et les 27 pays de l'Union ont tous approuvé officiellement l'opération et fourni l'argent nécessaire.

Q - Qu'est-ce qui est prévu pour la protection des Français du Tchad ?

R - C'est la tâche essentielle de notre ambassade et de notre armée, qui s'y sont bien préparées. Nos forces sont là pour protéger nos concitoyens et les étrangers dans la capitale et sur tout le territoire. Elles le font très bien. Nous n'avons pas été pris de court du tout.


source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 11 février 2008

Rechercher