Déclaration de M. Brice Hortefeux, ministre de l'immigration, de l'intégration, de l'identité nationale et du codéveloppement, sur la gestion concertée des flux migratoires et les actions de codéveloppement en matière de santé et de formation professionnelle des personnels de santé du Bénin, Cotonou, le 28 novembre 2007. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Brice Hortefeux, ministre de l'immigration, de l'intégration, de l'identité nationale et du codéveloppement, sur la gestion concertée des flux migratoires et les actions de codéveloppement en matière de santé et de formation professionnelle des personnels de santé du Bénin, Cotonou, le 28 novembre 2007.

Personnalité, fonction : HORTEFEUX Brice.

FRANCE. Ministre de l'immigration, de l'intégration, de l'identité nationale et du codéveloppement

Circonstances : Visite au Bénin de Brice Hortefeux - Discours prononcé à l'occasion de la remise d'équipements médicaux au Centre national hospitalier de Cotonou, le 28 novembre 2007

ti : Monsieur le Ministre,
Monsieur le Directeur,
Monsieur l'Ambassadeur,
Mesdames et messieurs,

Les migrations internationales doivent être traitées aujourd'hui dans l'ensemble de leurs aspects, que ce soit la gestion concertée des flux migratoires avec les pays sources d'immigration, l'aide au développement de ces pays, la facilitation de la vie des immigrants dans les pays d'accueil et l'implication de ceux-ci et des diasporas qui le souhaitent dans le décollage économique de leur pays d'origine.

J'ai le plaisir de confirmer que mon ministère consacrera 3 millions d'euros par an entre 2008 et 2011 aux actions de codéveloppement en matière de santé et de formation professionnelle des personnels de santé, qui sont définies dans l'accord de gestion concertée des flux migratoires et de codéveloppement que nous signons aujourd'hui.

Nos deux pays vont se concerter dans le cadre du nouveau programme codéveloppement de mon ministère, pour encourager le retour des boursiers diplômés de santé, faciliter le travail alterné des médecins et professionnels de santé béninois et améliorer leurs conditions de travail au Bénin afin qu'ils s'y installent, s'ils le souhaitent.

Notre idée est de mobiliser les associations professionnelles de la diaspora béninoise. Mes services m'ont indiqué l'existence d'organisations telles que le Haut conseil des Béninois de France (HCBF), le Conseil des Béninois de l'extérieur (CBE) et l'Union des Professionnels et agents de santé (UPAS) et d'opérateurs tels que Coopération92 et l'AFD, ainsi que d'ONG de la diaspora en France qui disposent d'un savoir faire plus spécifique telles que Afrique Caraïbe Santé Développement et Santé sans frontières.

Cela nous permettra d'être plus efficaces pour faciliter les conditions de travail des professionnels de santé béninois. Car nous souhaitons financer la formation complémentaire et le matériel d'installation et mettre en place un système de garanties d'emprunts ou de prêts, qui intéressera à la fois une centaine de jeunes médecins, de 8 à 15 spécialistes, des paramédicaux et un nombre aussi important que possible de professionnels qui souhaiteront revenir s'installer.

Nous souhaitons aussi lancer une mutuelle dédiée aux 4000 professionnels de santé du Bénin, et à laquelle pourront s'associer ceux qui souhaitent revenir s'installer. Bien entendu cela se fera de manière progressive avec le soutien dans la durée de mon ministère.

Enfin, mon ministère souhaite mobiliser, avec le ministère de la santé béninois, les associations de pharmaciens et de médecins ouest-africains, dont les béninois, le secteur privé pharmaceutique comme Sanofi-Aventis et les fondations spécialisées pour créer un centre pilote de lutte intégrée contre le paludisme, coordonnée avec la politique déjà menée au Bénin dans ce domaine. En effet vos services, Monsieur le Ministre, ont indiqué que de 50 â 60% de l'activité des centres de soins du Bénin était mobilisé par la lutte contre le paludisme. L'action de mon ministère si elle couronnée de succès, permettra donc â vos services de se consacrer aussi à d'autres malades.

Par ailleurs, comme votre ministère le souhaite, nous soutiendrons le recyclage du matériel médical et les équipements hospitaliers pour équiper les centres de santé et hôpitaux régionaux du Bénin, comme vous l'avez vu au Cameroun. Bien entendu des formations à l'entretien de ces équipements seront prévues.

Enfin, Monsieur le Ministre, j'ai entendu votre souhait que puisse être progressivement construit au Bénin un pôle d'excellence en matière de santé qui ait une vocation sous-régionale. Je défendrai ce projet auprès de M. Kouchner qui gère avec M. Bockel les crédits de la coopération et je m'en ferai également l'avocat auprès de l'Union européenne. Dans l'immédiat, notre accord prévoit la participation financière de mon ministère au lancement d'une « banque d'équipements médicotechniques » et d'une école de formation à la maintenance de ces équipements.

Lorsque nous nous sommes rencontrés le 21 juin dernier, nous nous sommes promis de faire beaucoup ensemble et de revenir mesurer nos efforts. Cinq mois après, nos efforts sont méritoires et peuvent déjà se mesurer.

Enfin, j'ai le plaisir de vous remettre comme promis ce matériel médical en provenance des CHU de Caen et de Nancy dont l'acheminement a été permis par notre ambassade. J'ai bien noté que ces matériels sont aussi destinés à des hôpitaux de l'intérieur du pays. Je souhaite donc que les deux tables d'opérations et leurs deux systèmes d'éclairage (pm. appelés scialytiques), un échographe (exploration non intrusive, pe de la femme enceinte) et deux moniteurs qui permettront le suivi du rythme cardiaque des femmes enceintes et de leur enfant avant la naissance, servent â soigner de nombreux béninois, grâce à notre action conjointe et concertée.

Source http://www.ambafrance-bj.org, le 11 mars 2008

Rechercher