Déclaration de M. François Fillon, Premier ministre, sur la relance des relations bilatérales franco-roumaines ouverte par le partenariat stratégique et sur l'entrée de la Roumanie dans l'Union européenne, Paris le 22 avril 2008. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. François Fillon, Premier ministre, sur la relance des relations bilatérales franco-roumaines ouverte par le partenariat stratégique et sur l'entrée de la Roumanie dans l'Union européenne, Paris le 22 avril 2008.

Personnalité, fonction : FILLON François.

FRANCE. Premier ministre

Circonstances : Rencontre avec M. Calin Popescu-Tariceanu, Premier ministre roumain à Paris le 17 avril 2008

ti : En accueillant le Premier ministre Calin Popescu Tariceanu à Paris aujourd'hui, j'ai tenu à accueillir un ami de la France qui a démontré à de très nombreuses reprises son attachement à la relation privilégiée que notre pays entretient avec le sien depuis le milieu du XIXe siècle.

Aujourd'hui, Monsieur le Premier ministre, sous votre autorité et sous celle du Président Basescu, la Roumanie a fait son entrée en Europe, et le Parlement roumain a été l'un des tout premiers à ratifier avec enthousiasme, le Traité de Lisbonne.

La France a été à vos côtés lors des négociations précédant cette entrée, et elle le sera encore à l'avenir tant nous partageons sur la quasi-totalité des sujets la même identité de vue.

Notre dialogue politique sur les questions européenne est fructueux, et je me réjouis que sur un grand nombre de thèmes essentiels de la Présidence française, comme le pacte européen pour l'immigration, l'avenir de la politique agricole commune, le paquet énergie climat, la défense européenne, des convergences de vues apparaissent. Nos conversations ont permis de les faire progresser encore et je veux remercier le Premier ministre pour son soutien dans la perspective de cette présidence française.

La déclaration de partenariat stratégique que nos deux présidents ont conclue en février vise à renforcer nos relations bilatérales. Et cette visite nous permet aujourd'hui d'agréer les termes de la feuille de route qui découlent de ce partenariat et de lui donner concrètement les moyens de l'ambition que nos pays ont voulue.

Pourquoi un partenariat stratégique avec la Roumanie, le premier qui ait été signé à ce jour ? Pourquoi une feuille de route et qu'est ce que cela signifie ?

Nos relations économiques justifiaient ce partenariat économique puisque la France est le 3e partenaire commercial de la Roumanie et le 3e investisseur, avec un stock de pas moins de 5 milliards d'euros. Tout récemment, pour 350 millions d'euros, la société française Groupama vient de se hisser au statut de 3e assureur de Roumanie.

La francophonie qui nous rassemble permet d'entretenir un dialogue confiant, et je veux mettre l'accent sur votre volonté de promouvoir en Roumanie l'enseignement du français. La France accueille par ailleurs aujourd'hui 5000 étudiants roumains, qui figurent parmi les meilleurs. Nous avons l'intention de développer cet accueil dans les filières d'excellence.

La feuille de route qui a été mise au point par nos deux gouvernements en deux mois et demi seulement et que nous avons agréée aujourd'hui comporte beaucoup de mesures concrètes ; je souhaiterais en citer quelques-unes :

* Dans le domaine du dialogue politique, avec des échanges d'information et des transferts d'expérience,

* Dans le secteur de l'énergie et du développement durable, de la recherche scientifique, de l'agriculture dont la Roumanie fait à juste titre une priorité de son développement. Deux accords seront ainsi signés aujourd'hui : L'Institut roumain pour la recherche nucléaire et le CEA signeront un accord cadre sur la recherche dans le domaine de l'énergie nucléaire, le traitement des déchets radioactifs ainsiq eu du démantèlement des installations.

Le deuxième accord, entre l'Agence roumaine pour la conservation de l'énergie et l'ADEME, pour permettre le montage en commun de projets permettant d'améliorer l'efficacité énergétique.

* Dans le domaine de la justice et des affaires intérieures, nous avons une coopération bilatérale très étroite : nos deux pays signeront deux accords aujourd'hui, l'un sur la sécurité civile, l'autre sur la formation.

Nous avons aussi abordé le dossier de l'immigration, que nous traitons dans le respect des principes de la liberté de circulation des citoyens européens et des droits de l'Homme. Vous le savez, nous accueillons de nombreux ressortissants roumains sur le territoire français. Nous avons une politique d'ouverture maîtrisée du marché du travail et 150 métiers sont d'ores et déjà ouverts à l'immigration roumaine. Mais nous souhaitons aussi améliorer l'aide au retour des ressortissants roumains qui souhaitent revenir dans leur pays. L'Agence nationale de l'accueil des étrangers et des migrations et l'Agence roumaine pour les Roms signeront bientôt un accord de coopération dans ce but, et nous soutiendrons les initiatives européennes que vous avez appelées de vos voeux.

Vous le voyez, notre travail en commun est concret, très réaliste, très sérieux, très solide. Cette visite, qui est la seconde que Monsieur le Premier ministre accomplit en France depuis le début de son mandat, permet la relance des relations bilatérales ouverte par le partenariat stratégique. Nous n'en attendons pas simplement un bénéfice politique, mais aussi un véritable élan donné à nos échanges économiques, à la relation de deux pays qu'unissent des liens anciens, dans une Union européenne où la Roumanie est en train de prendre toute sa place, aux côtés de son amie de toujours, la France.

Cette rencontre qui est pour moi la première avec le Premier ministre M. Popescu Tariceanu est une rencontre qui symbolise par la simplicité des échanges et la profondeur du débat que nous avons eu l'excellence des relations entre la France et la Roumanie.


Source http://www.premier-ministre.gouv.fr, le 23 avril 2008

Rechercher