Point de presse de M. François Fillon, Premier ministre, relatif au Comité interministériel des villes et du développement social urbain, Meaux le 20 juin 2008. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Point de presse de M. François Fillon, Premier ministre, relatif au Comité interministériel des villes et du développement social urbain, Meaux le 20 juin 2008.

Personnalité, fonction : FILLON François.

FRANCE. Premier ministre

Circonstances : Réunion du Comité interministériel des villes à Meaux le 20 juin 2008

ti : Nous avons choisi de tenir le premier Comité interministériel des Villes, après l'annonce du Plan banlieues faite par le président de la République, à Meaux. Nous avons décidé de le faire parce que, les réalisations qui ont été faites, ici, à Meaux, sont des réalisations exemplaires. Je veux en féliciter Jean-François Copé et son équipe municipale. Et je veux indiquer que, à l'entrée de cette réunion, Jean-François Copé, à juste titre, a rendu hommage à Jean-Louis Borloo, qui a été à l'origine du plan le plus important de rénovation urbaine qui ait été initié dans notre pays, et qui donne aujourd'hui ses pleins résultats, comme on l'a vu tout à l'heure en visitant un quartier de Meaux.

Je voudrais féliciter Fadela Amara qui, sous l'autorité de Christine Boutin, a conduit avec beaucoup d'efficacité la préparation de ce Comité. L'objectif de ce Comité, comme des prochains, c'est-à-dire de celui qui se tiendra à l'automne, c'est de mettre en oeuvre le Plan "Espoir banlieues". C'est de vérifier, jour après jour, que les engagements qui ont été pris par le Président de la République sont tenus. C'est de vérifier jour après jour, que les politiques qu'on conduit sont des politiques qui réussissent, et lorsqu'elles ne réussissent pas, le Comité est un lieu de débat entre les membres du Gouvernement pour pouvoir faire évoluer ces politiques, les réorienter, les modifier, de manière à ce que nous soyons complètement dans la culture de l'évaluation et du résultat qui est la nôtre.

Alors, nous avons fait le point de la mise en oeuvre des objectifs du Président de la République sur le Plan "Espoir banlieues". D'abord, nous avons constaté que les 215 quartiers qui avaient été choisis pour concentrer les moyens de ce Plan avaient été identifiés. Que la politique en matière d'emploi était en train de se mettre en oeuvre, avec en particulier le point essentiel du "contrat autonomie". Le premier contrat autonomie sera signé au tout début du mois de juillet, donc dans quelques jours. Et ce contrat autonomie qui est, avec un objectif de 45.000, un pilier de la priorité de la Politique de la ville en matière d'emploi, viendra compléter l'aide à la création d'entreprises qui est déjà opérationnelle, ou encore le développement des "opérations deuxième chance".

Nous avons fait le point de la mise en oeuvre des engagements en matière d'éducation, c'est un des volets les plus importants du Plan "Espoir Banlieues". Il s'agit d'abord d'adapter notre système éducatif pour qu'il soit en mesure d'apporter un soutien aux élèves qui sont en situation de décrochage. Au fond, il faut passer d'un système où on essaye d'imposer à tous le même moule, la même méthode, le même rythme, les mêmes horaires, à un système beaucoup plus individualisé. C'est la lutte contre le décrochage scolaire ; c'est la mise en place d'un accompagnement individualisé. Mais c'est aussi, la mise en place des "internats de réussite éducative", des "sites d'excellence", la montée en puissance de l'accès aux classes préparatoires dans les établissements situés dans les quartiers. Le ministère de l'Education nationale a dégagé sur ces moyens 200 millions d'euros supplémentaires pour la politique qui est conduite dans le cadre de la Politique de la ville et qui monte en puissance.

Le troisième sujet, c'est le désenclavement des quartiers, qui est un point essentiel du Plan "Espoir banlieues". Nous avons mis en place des mesures immédiates à hauteur de 60 millions d'euros pour venir en aide à des systèmes de transport qui sont défaillants, qui ont besoin d'être complétés ou d'être modernisés. Nous avons validé le protocole d'accord entre l'Etat, la région Ile-de-France et le STIF qui est prêt, et qui engage l'Etat à hauteur de 220 millions d'euros. Jean-Louis Borloo, a également évoqué la réforme du permis de conduire, la mise en place d'un système adapté en matière de financement du permis de conduire, qui sera réalisé en liaison avec la Caisse des Dépôts.

Le quatrième volet, c'est celui de la sécurité. Il est d'ailleurs intéressant de voir que ce volet nous le mettons au quatrième rang et non plus au premier, parce que des progrès considérables ont été faits dans ce domaine. Même s'il en reste beaucoup à faire. Le ministère de l'Intérieur doit mettre en place 100 Unités territoriales de quartiers ; trois sont expérimentales depuis le mois d'avril, huit seront définitivement créées dans le courant de l'année 2008, et 30 devront l'être en 2009. De la même façon, nous allons mettre en place en 2009, 15 compagnies de sécurisation, 4.000 policiers supplémentaires seront recrutés spécifiquement pour les quartiers difficiles. Et enfin, nous mettons en place un dispositif de "délégués à la cohésion police-population", dont les premières nominations auront lieu en septembre.

Enfin, la création des "350 délégués du préfet" dans les quartiers, c'est-à-dire la mise en place d'une personne représentant l'ensemble des Services de l'Etat et habitants, résidants, travaillant dans les quartiers, a commencé à se réaliser.

Chaque ministère a fait ensuite le point des programmes triennaux d'actions en faveur des quartiers. Jean-Louis Borloo a par exemple évoqué les 500 millions d'euros qui vont être affectés au désenclavement des quartiers, cette fois-ci, de façon structurelle. Ou encore, nous avons évoqué la fusion de l'ANPE et de l'Unedic qui est une réforme essentielle pour créer l'accompagnement sur mesure, individualisé, qui permettra de réduire le chômage dans notre pays, d'atteindre le plein emploi et pour lequel l'effort principal devra porter sur les quartiers puisque c'est là qu'il y a les difficultés les plus grandes.

Voilà, je pourrais continuer avec la politique d'accès aux soins et les engagements qui ont été pris par le ministère de la Santé de créer des "Maisons de santé" pluriprofessionnelles : il y en aura cent dans toute la France, et sur les 100, il y en aura 30 qui seront situées dans les 215 quartiers prioritaires. Je pourrais vous parler du sport, et puis, naturellement, du logement, Christine Boutin, ayant évoqué l'accélération du programme national de rénovation urbaine.

Voilà, Mesdames et Messieurs, le contenu de ce Comité interministériel des villes. Le prochain se tiendra à l'automne et nous permettra d'aller plus loin dans la mesure des progrès réalisés, par rapport à des indicateurs qu'on met en place. Et j'en terminerai par là : avec Martin Hirsch, nous mettons en place des indicateurs de réduction de la pauvreté extrêmement précis, et qui nous permettront, là aussi, de mesurer la réussite des politiques que nous sommes en train de conduire.

Nous sommes à votre disposition pour répondre à vos questions, si vous en avez.


Source http://www.premier-ministre.gouv.fr, le 24 juin 2008

Rechercher