Interview de M. Jean-François Copé, président du groupe parlementaire UMP à l'Assemblée nationale, à France 2 le 2 juillet 2008, sur l'implication du Parlement dans la politique européenne sous présidence française et sur l'avenir et le financement de la télévision publique. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Jean-François Copé, président du groupe parlementaire UMP à l'Assemblée nationale, à France 2 le 2 juillet 2008, sur l'implication du Parlement dans la politique européenne sous présidence française et sur l'avenir et le financement de la télévision publique.

Personnalité, fonction : COPE Jean-François, SICARD Roland.

FRANCE. UMP, président du groupe parlementaire à l'Assemblée nationale ; FRANCE. UMP, député;

ti : R. Sicard.-  La Présidence française de l'Union européenne a commencé

hier  avec deux fausses notes. La première est venue de Pologne ; le 

Président polonais refuse de ratifier le Traité de Lisbonne sur les 

institutions. Après le non des Irlandais, ce Traité aujourd'hui on 

peut dire qu'il est mort et enterré. 
 
Enfin, en tout cas il va falloir aussi rajouter cela dans les petites 

difficultés que nous avons pour démarrer cette Présidence française

qui  devient d'ailleurs encore plus intéressante. C'est un point dont

on va  parler aujourd'hui, nous, à l'Assemblée. Vous savez, au groupe

UMP à  l'Assemblée nationale, il se passe tous les jours quelque chose.

Une  fois, on parle des institutions, une fois on parle des 35 heures.

Mais là,  ce matin, on va parler d'Europe puisque j'accueille avec mes

amis  députés les 27 présidents de groupe, les 26 autres présidents de

groupe  des 27 Etats membres mais des Parlements nationaux de droite et

de  centre droit. 
 
Alors vous allez parler avec le représentant polonais. Vous allez lui 

expliquer... Qu'est-ce que vous allez lui dire ? 
 
Bien sûr. D'abord, je ne vais rien lui expliquer. Je vais juste essayer

de  comprendre comment est-ce qu'on peut avoir envie de rester sur  l'

ancien système du Traité de Nice, alors que nos nouvelles institutions 

elles sont bien meilleures, celles qu'a proposées N. Sarkozy. 
 
Mais ce que disent les Polonais, c'est que puisqu'il y a eu un "non" 

irlandais, il n'y a plus de Traité. 
 
Je vais vous dire, la vérité de tout cela c'est que la question qu'on

se  pose tous, ceux qui comme moi sont partisans de l'Europe, à fond,

on  se dit combien de référendums va-t-il encore falloir qu'on perde

avant  de comprendre qu'en réalité il y a un décalage abyssal entre le

projet  européen qu'on porte et ce qu'en perçoivent les citoyens de

tous les  pays d'Europe. On les perd tous, les référendums les uns

après les  autres. Si bien que quelque part, ce décalage il faut qu'on

le prenne en  compte. Donc, l'un des messages majeurs que nous allons

développer  aujourd'hui en installant ce club des 27, c'est de dire :

c'est aberrant  que la construction européenne se fasse depuis tant d'

années sans  jamais y associer les députés nationaux. C'est-à-dire qu'

il y a des gens  qui voient des électeurs toute la journée. Je crois

qu'il y a un moment  où tout cela est proprement fou que de penser qu'

on ne nous associe à  rien. Qu'est-ce qu'on a décidé ? Désormais, à

chaque fois que la  Commission européenne commence à penser, à penser à

un règlement  ou à une directive, on sera à Bruxelles, pour commencer,

déjà, nous les  députés nationaux, à prendre des positions publiques.

La directive  Bolkestein, qui a fait couler tant d'encre sur les

services il y a deux ans,  on l'a découverte seulement le jour... 
 
C'était sur le plombier polonais... 
 
Oui, on l'a découverte quasiment le jour où on devait la transposer.

Les  OGM, vous vous souvenez du psychodrame. Il y a eu une fois une 

directive sur le chocolat, qui nous fait toute une histoire ! C'est là

où on  se dit il faut vraiment... 
 
L'Europe marche de travers, c'est cela que vous dites. 
 
En tout cas, il va falloir que sur ces sujets, on comprenne que l'

Europe  elle doit incarner des solutions et pas simplement des

problèmes. Et de  ce point de vue, je trouve que N. Sarkozy a très bien

installé la  Présidence française. Que sur des sujets concrets : l'

énergie, la sécurité,  l'immigration... 
 
Tout cela, cela ne va pas changer en six mois de Présidence  française


 
Non, mais vous avez raison ! Mais en revanche, si on peut pendant ces 

six mois impulser une nouvelle méthode par rapport à tout cela, et

puis  surtout cette idée que les sujets qu'on choisit ça doit être des

sujets  concrets, sur lesquels les gens attendent des solutions grâce à

l'Europe  et pas des nouveaux problèmes, voilà ce sur quoi il faut qu'

on travaille. 
 
La deuxième fausse note, c'est la polémique entre N. Sarkozy et le 

commissaire européen au commerce, P. Mandelson. N. Sarkozy l'a 

critiqué, il a dit qu'il sacrifiait les intérêts de l'agriculture

française  et européenne à la négociation de l'Organisation mondiale

du  commerce. Résultat, le commissaire a séché le dîner d'hier soir à 

l'Elysée. En termes diplomatiques, c'est un coup de gueule ? 
 
Oui, en même temps, c'est vrai qu'on est inquiet quoi. Il faut quand 

même comprendre que l'agriculture ce n'est pas un sujet second. Voilà 

des années que... 
 
Mais il n'y est pas allé un petit peu fort, N. Sarkozy ? 
 
Je n'en sais rien. Je n'ai pas été présent au moment des déclarations 

qu'il a pu faire. La seule que je peux vous dire, c'est qu'on était

très  nombreux à exprimer des inquiétudes et pas qu'en France. Qu'est-

ce  qu'il y a derrière cela ? Il faut qu'on préserve notre politique

agricole.  C'est aussi important d'avoir l'indépendance alimentaire, au

moins  aussi important d'avoir l'indépendance alimentaire en Europe

que  l'indépendance dans d'autres domaines, le nucléaire par exemple. 

Donc, on voit bien sur ces sujets qu'il faut quand même regarder ce

qui  se passe dans les autres continents au moment de l'organisation

de  l'OMC. A Chaque fois, on nous demande de nouvelles exigences, de 

nouveaux renoncements sans contreparties. Donc, il faut qu'on soit

très  durs là-dessus dans les négociations à l'OMC. 
 
Sur un autre sujet, le drame de Carcassonne, le chef de l'armée de 

terre a donné sa démission. On dit que cela reflète aussi un malaise 

entre N. Sarkozy et l'armée, notamment après la publication du  livre

blanc. 
 
Moi je ne suis pas au Gouvernement, je ne peux pas témoigner de tout 

cela en temps réel. Vous me posez des questions qui ne relèvent pas 

tout à fait de ma compétence. La seule chose que je peux vous dire, 

c'est que ce plan - le Livre blanc pour la défense - est extrêmement 

ambitieux, qu'il est indispensable, que nous les députés nous l'

approuvions, et que je pense que c'est une grande chance pour l'armée 

française, pour nos armées que d'avoir ainsi une réponse aux grands 

enjeux de demain à travers de nouveaux investissements. 
 
Ce qui relève de votre compétence, c'est la discussion au Parlement 

sur les 35 heures. Elle a commencé hier. Est-ce que c'est la fin des 

35 heures ? 
 
Non, ce n'est pas comme cela qu'il faut le voir. On est simplement en 

train de décider une chose fondamentale, parce que cela fait des

années  et des années qu'on constate que les 35 heures c'est une

catastrophe  économique. Donc, on a dit... 
 
Alors, pourquoi ne pas les supprimer purement et simplement ? 
 
Parce que cela désorganiserait une nouvelle fois l'économie française. 

Donc, l'idée qu'est-ce qu'on fait ? On dit : on garde la durée légale, 

mais on met tellement de souplesse que désormais c'est au niveau de 

l'entreprise que cela se décide et non plus au niveau de Paris. Et c'

est  beaucoup mieux ainsi. Les partenaires sociaux dans l'entreprise 

décideront de la meilleure organisation du travail possible. 
 
Sur la télévision publique, c'est vous qui présidiez la commission de 

réflexion sur la modernisation. Il y a huit membres de la  commission

hier qui ont signé un communiqué pour dire : "on a  deux inquiétudes,

c'est sur la nomination du président de la télé  publique et c'est

surtout peut-être sur le financement de la télé  publique". Est-ce que

sur cette question du financement, il n'y a  pas une vraie incertitude

parce qu'au fond taxer les opérateurs  télécoms, taxer les opérateurs

Internet, ce n'est pas une vraie  garantie ? 
 
Si, c'est même la meilleure qu'on puisse trouver. Je vous le dis, nous

en  avons beaucoup parlé au sein de notre commission et c'est vrai qu'

il y a  un moment où il faut quand même retomber sur terre. Les

fournisseurs  d'accès, les téléphones mobiles diffusent aujourd'hui,

aujourd'hui, de  l'image sans jamais la payer, y compris, l'image de

télévision publique.  Il y a un moment il faut quand même faire rentrer

ces acteurs-là dans le  jeu. Et, encore une fois, je veux redire ici

que l'Europe n'a pas vocation  à l'interdire, ce n'est pas de sa

compétence. Je comprends que tel ou  tel... 
 
La commissaire européenne V. Reding, dit que c'est la plus  mauvaise

solution, que c'est la pire des solutions. 
 
Je m'en suis expliqué avec elle. Encore une fois, j'entends son point

de  vue, il est respectable. Ce serait vrai si la taxe était très

importante. Elle  est d'un taux faible. Et derrière cela, il faut bien

voir que ceux qui  aujourd'hui fournissent les tuyaux, les fournisseurs

d'accès au  téléphone mobile et qui diffusent du contenu sans payer, il

y a un  moment où il faut quand même qu'on soit cohérent. Et surtout

que  l'idée qui est derrière c'est que jamais aucun abonné n'aura à en

payer  le prix. Parce que ... 
 
Ce n'est pas ce que disent les fournisseurs ! 
 
Non, non, mais justement c'est pour cela que je leur réponds. Pour une 

raison très simple et ils le savent, c'est une offre très

concurrentielle. Le  triple play à 29,90 euros c'est très

concurrentiel. S'il y en a un qui  commence à répercuter sur l'abonné

cette toute petite taxe, qu'est-ce  qui va se passer ? Les autres à ce

moment-là en concurrence vont dire :  si c'est cela, eh bah nous on

reste plus bas. Voilà. Donc, en réalité, il ne  faut pas s'inquiété sur

cette question de financement. La raison  première d'ailleurs pourquoi

il ne faut pas s'inquiéter, c'est que moi je  vais être rapporteur du

texte de loi. Je vais suivre cela de très près,  parce que je suis

garant du respect des engagements qui ont été pris par  notre

commission et auxquels le président de la République a donné une 

approbation sans réserve. 
 
Donc ce matin, vous prenez l'engagement de dire que le  financement de

la télé publique il sera garanti exactement à  l'identique de ce qu'il

est aujourd'hui. 
 
Et il sera même amélioré, parce que non seulement nous allons trouver 

des ressources pour compenser les pertes de recettes de publicité,

mais  on a même trouver des moyens pour financer le développement de 

France télé. Je vais vous dire : ce rapport il est fantastique. Il y a

dedans  tout ce qui va permettre de faire une télé publique française

moderne,  qui peut être un modèle pour l'Europe. Il y a juste un truc :

maintenant,  il faut y aller. Je comprends, on a débattu, on a discuté,

etc. Maintenant,  il est prêt. La saison 1 est terminée, on a fait le

rapport. La saison 2,  c'est la rédaction du texte de loi. Je vais voir

C. Albanel dans les  prochains jours pour lui dire précisément comment

nous allons  travailler ensemble pour rédiger ce texte de loi. Bien

sûr, parce qu'il  doit être le prolongement de la commission. Et puis

derrière, le texte on  va en débattre à l'Assemblée et croyez-moi, sur

ces sujets ce sera  respecté à la lettre. Moi je n'ai pas pour habitude

ni de reculer ni de  changer de point de vue. Sur ces sujets, on a

beaucoup travaillé. Je suis  garant devant mes 30 autres collègues de

la réussite de la commission  de télévision publique, de la réussite et

de la mise ne oeuvre de cette  réforme à laquelle je crois profondément

et qui va faire très plaisir aux  téléspectateurs français qui vont

commencer grâce à cela à voir la télé à  20h30, les programmes, puis

ensuite à 22 heures, 22 heures 15,  beaucoup plus tôt, ce qui fait que

les excellentes émissions de la télé  publique on les verra sans être

épuisé de fatigue tellement elles sont  diffusées tard. C'est bien, non


 
Merci, J.-F. Copé. 
 
Source : Premier ministre, Service d'Information du Gouvernement, le 2

juillet 2008

Rechercher