Déclaration filmée de M. Alain Joyandet, secrétaire d'Etat à la coopération et à la francophonie, sur les efforts en faveur de la Francophonie, le 21 juillet 2008. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration filmée de M. Alain Joyandet, secrétaire d'Etat à la coopération et à la francophonie, sur les efforts en faveur de la Francophonie, le 21 juillet 2008.

Personnalité, fonction : JOYANDET Alain.

FRANCE. Secrétaire d'Etat à la coopération et à la francophonie

Circonstances : XIIème congrès mondial de la Fédération internationale des professeurs de français (FIPF), à Québec le 21 juillet 2008

ti : Cher(e)s ami(e)s francophones,


En ce 21 juillet, au moment même où je vous parle, les deux chambres du Parlement français se réunissent à Versailles pour réviser solennellement la constitution française et y introduire, notamment, la notion de Francophonie.

Vous êtes, vous les professeurs de français venus des 5 continents, les meilleurs ambassadeurs de notre langue et des cultures francophones. Vous me permettrez de saluer tout particulièrement les professeurs qui vous rejoignent pour la 1ère fois, venant d'Afghanistan et d'Irak. Vous êtes toutes et tous des passeurs de civilisation. Vous êtes des acteurs fondamentaux du rayonnement de la Francophonie.

Sans votre talent, votre passion et votre dévouement pour l'enseignement du français, quel pourrait être l'avenir de notre langue partagée ?

A chacun de mes déplacements, je le constate. La demande de français est réelle, souvent même en progression, en particulier dans des territoires anglophones, hispanophones et lusophones d'Afrique où le français est perçu comme un vecteur important d'échanges. La France fait de son mieux pour mettre son réseau d'établissements scolaires à programme français au service de toute la communauté francophone.

Votre travail au quotidien concoure à la diversité de ce monde et votre fédération agit sur un périmètre bien plus étendu que celui de la Francophonie institutionnelle. Vous êtes les fantassins de territoires nouveaux à conquérir !

Comme vous, je pense que tous les États de la planète ont vocation à s'intéresser à la Francophonie. C'est la raison pour laquelle je suis favorable à une réforme du statut d'observateur de l'Organisation Internationale de la Francophonie qui permette d'accueillir tout territoire montrant son attachement - par exemple par un pacte- à l'apprentissage de notre langue et à nos valeurs communes que sont la démocratie, le respect des droits de l'Homme, la tolérance, la diversité culturelle et linguistique, la protection de notre planète, la fraternité et la solidarité.

En revanche, la France considère que l'OIF a probablement atteint son nombre maximal de membres, en dehors de deux adhésions majeures que constitueraient celles de l'Algérie avec ses 17 millions de francophones et d'Israël avec ses 700000 francophones. Car la langue française, Mesdames et Messieurs, est aussi facteur de paix. L'Union pour la Méditerranée qui vient de naître la semaine dernière s'inscrit parfaitement dans cet esprit.

Comme je l'ai fait dans la dernière livraison de la revue « le français dans le monde », permettez-moi aussi de formuler le voeu, que la FIPF puisse être mieux associée à l'OIF, tant les synergies paraissent évidentes, les complémentarités naturelles. Vous pourriez ainsi acquérir un statut de partenaire privilégié de l'OIF.

Mesdames et Messieurs, je tiens à remercier les organisateurs québécois de leur invitation. Le ministère français des affaires étrangères et européennes, se réjouit d'avoir pu vous aider à organiser cette manifestation, notamment par le précieux concours de ses représentations à l'étranger.

La Francophonie moderne n'a de sens que si elle est partagée. Ainsi, tout en maintenant son effort financier, la France souhaiterait que les financements de la Francophonie soient plus diversifiés. Je sais que cette problématique touche aussi votre fédération et je suis convaincu qu'il vous sera possible d'y apporter des réponses satisfaisantes.

Enfin je ne pouvais vous quitter sans vous dire un mot sur la fantastique opportunité des nouvelles technologies, car le numérique peut constituer une véritable force de frappe de la francophonie. C'est la raison pour laquelle nous travaillons actuellement à la création d'un portail francophone, une véritable passerelle entre les continents, ouverte sur le monde et la diversité de ses cultures afin de créer un réflexe de francophonie sur la planète. Votre site internet y aura naturellement toute sa place !


Je vous souhaite un beau congrès mondial.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 5 août 2008

Rechercher