Interview de M. Yves Jégo, secrétaire d'Etat chargé de l'outre-mer, dans "L'Express" du 13 juin 2008, sur la gestion du transport aérien vers l'outre-mer. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Yves Jégo, secrétaire d'Etat chargé de l'outre-mer, dans "L'Express" du 13 juin 2008, sur la gestion du transport aérien vers l'outre-mer.

Personnalité, fonction : JEGO Yves.

FRANCE. Secrétaire d'Etat à l'outre-mer

ti : L'Express : Les tarifs des billets d'avion pour l'Outre-Mer sont un vieux dossier. Quelle analyse faites-vous de la situation actuelle ?

Yves Jégo : La desserte aérienne est vitale pour ensemble de l'Outre-mer, tant pour le développement économique, que pour garantir le respect de l'équité. Dans ce domaine, ce sont les principes de libre concurrence et de liberté tarifaire, qui régissent les dessertes aériennes au sein de Union Européenne. c'est là que résident les principales difficultés de ce sujet. Il convient de noter que ces dernières années, la concurrence entre compagnies desservant l'Outre-Mer a permis une baisse relative des tarifs, une multiplication de l'offre et une amélioration de la qualité de services. Cependant, la hausse forte du prix des carburants n'est pas sans conséquence sur les tarifs appliqués, et désormais, le kérosène représente plus du tiers du prix du billet d'avion. De même, l'extrême variabilité de la demande, conduit à une saturation des capacités offertes en période de pointe et une élévation des tarifs durant cette période. Enfin, il faut veiller aussi à ne pas déstabiliser l'équilibre économique des compagnies en place qui pourrait conduire à la disparition de certaines d'entre elles comme cela s'est déjà produit dans le passé. C'est donc un sujet complexe, mais sur lequel je travaille activement depuis mon arrivée il y a 3 mois conformément aux engagements pris par le Président de la République

L'Express : Quelles solutions préconisez-vous ? L'Etat dispose-t-il d'une réelle marge de manoeuvre face aux compagnies aériennes ?

Yves Jégo : Le fait que le transport aérien soit l'un des secteurs les plus libéralisés ne nous prive pas pour autant de moyens d'actions. Dans un premier temps, les actions engagées ont porté vers le desserrement des freins pouvant subsister à l'arrivée de nouvelles compagnies sur ces lignes, et vers l'instauration d'une plus grande concurrence. L'allègement des obligations de service public entre la métropole et les , en est la première traduction concrète. Avec cet allègement, la desserte intercontinentale des départements d'Outre-Mer est ouverte à toute nouvelle compagnie, y compris celles opérant des vols en charters secs. En acceptant par exemple récemment le principe de défiscalisation d'un avion sur la ligne Paris Cayenne, il sera mis fin à un monopole de fait sur cette destination permettant une baisse significative du prix du billet. L'amélioration des infrastructures est également un facteur permettant de favoriser l'arrivée de nouvelles compagnies. L'Etat a ainsi prévu par exemple l'allongement de la piste de l'aéroport de Mayotte. J'ai aussi entamé un cycle de négociations avec les compagnies aériennes dont j'espère qu' il sortira une politique tarifaire spéciale continuité territoriale. Enfin j'ai réuni le 9 juin tous les ministres européens concernés par l'Outre-Mer afin d'engager un travail pour que l'Europe toute entière fasse pression sur les compagnies aériennes. A cette occasion j'ai d'ailleurs constaté que sur certaines destination comme Saint Martin le tarif depuis la France était 30% moins cher que depuis les Pays Bas !

L'Express : Quelles mesures la LODOM que vous préparez retiendra-t-elle ? Faut-il s'attendre à une réforme des congés bonifiés, de la dotation de continuité territoriale, du passeport mobilité, des OSP ?

Yves Jégo : Il faut en effet s'attendre à des réformes sur la gestion des crédit destiné a diminuer le prix des billets d'avion pour les habitants de l'Outre-Mer. La cour des comptes, dans un récent rapport, a sévèrement critiqué la gestion de ces moyens d'Etat par certaines régions. Nous devons aussi revoir les moyens de mobilité pour les étudiants ou les stagiaires de la formation professionnelle. Aujourd'hui les crédits sont trop dispersés et j'ai la volonté d'accroître l'effort de l'Etat en faveur de ces politiques d'égalité y compris en finançant une aide aux dessertes intérieures a certains territoires ou entre territoires d'Outre-Mer.

Mais la future loi se fixe aussi comme objectif de faire reculer le chômage en particulier en dynamisant certains secteurs comme celui du tourisme. Plus de touristes à terme cela veut dire plus d'avions et de concurrences et donc des prix en baisse.

Quant à une réforme des congés bonifiés, le délégué interministériel pour l'égalité des chances des français d'Outre-Mer formulera ses propositions au gouvernement dans les prochaines semaines, comme cela est prévu dans sa lettre de mission.


Source http://www.outre-mer.gouv.fr, le 18 août 2008

Rechercher