Conférence de presse de Mme Nadine Morano, secrétaire d'Etat à la famille, sur l'addiction sur internet et la mise en place d'une signalétique jeunesse et l'éducation face aux médias, Paris le 19 novembre 2008. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conférence de presse de Mme Nadine Morano, secrétaire d'Etat à la famille, sur l'addiction sur internet et la mise en place d'une signalétique jeunesse et l'éducation face aux médias, Paris le 19 novembre 2008.

Personnalité, fonction : MORANO Nadine.

FRANCE. Secrétaire d'Etat à la famille

Circonstances : Lancement de la campagne 2008 sur la signalétique Jeunesse sur internet à Paris le 19 novembre 2008

ti :

Monsieur le Président, Madame la Défenseure des Enfants, chère Dominique, chère Agnès VINCENT-DERAY, Mme la Défenseure des enfants me dit que j'ai un message politique à délivrer... D'abord je voudrais dire que c'est une volonté commune que nous avons ici, entre le CSA et la Défenseure des enfants, sans doute vous et aussi sans doute beaucoup de parents, parce que lorsque l'on voit la pratique de nos enfants face aux écrans... On sait que les enfants passent 900 heures à l'école et 1 200 heures devant les écrans, tous écrans confondus.

Et lorsque je me déplace dans certaines écoles, notamment dans le cadre de l'opération qui avait été faite « 10 jours sans écran » à Strasbourg, dans le quartier du Neuhof, j'ai été impressionnée quand au cours de cette opération, j'ai interrogé les enfants de la classe sur le nombre d'écrans qui étaient chez eux... Je l'ai refait à de multiples déplacements, parce que je trouve toujours intéressant de voir comment évoluent la société et la façon de vivre dans les familles. En moyenne, ils disposent de six écrans chez eux, tous écrans confondus, télévision, ordinateur, console de jeu.

Vous voyez bien que nous sommes confrontés à une nouvelle éducation qui est l'éducation face aux médias et qui, au regard de l'éducation que donnent les parents, n'est pas celle que nous donnaient nos propres parents voire nos grands-parents. Alors que le danger était à l'extérieur de la maison, le danger est aujourd'hui à l'intérieur de la maison.

Il peut être à travers des pratiques abusives, je pense notamment à l'addiction sur Internet. Il peut être aussi par rapport aux images qui peuvent être vues par les enfants. Avec l'enquête qui a été réalisée par l'entreprise CALLISTO en lien avec l'Education Nationale, on sait qu'aujourd'hui 90 % des enfants ont été confrontés à des images choquantes, violentes, voire pornographiques sur Internet. 90 % ! Ceci démontre que c'est énorme.

Cette éducation aux images et les clips qui vont vous être présentés par le CSA vont dans ce sens de la protection de l'enfance, chère à Agnès VINCENT-DERAY ici présente, avec qui j'ai travaillé et avec qui je souhaite continuer à collaborer pour bénéficier de son expérience à travers le CSA, parce qu'à travers les autres médias et notamment Internet, nous avons à mener des expérimentations.

Non seulement nous intervenons concernant le blocage des sites pédo-pornographiques et aussi grâce au filtrage du système de contrôle parental, mais nous allons avoir un système de vigilance encore plus accru.

L'expérience du CSA est pour moi importante et c'est pourquoi j'ai bien évidemment accepté votre invitation, et je vous remercie de me recevoir dans vos locaux au moment du lancement de ce clip. Cela montre une volonté politique commune du Défenseure des enfants, chère Dominique, du CSA, du Ministère de la Famille, afin de répondre vraiment à une nouvelle éducation aux médias.

C'est une action de sensibilisation, d'information, de responsabilisation : on ne laisse pas un enfant devant n'importe quel film. On voit bien que des images, de télévision comme des images d'Internet, peuvent être choquantes, voire peuvent avoir une influence sur le comportement des enfants les plus fragilisés.

On l'a vu avec des actes, qui heureusement sont restés marginaux, mais qui néanmoins se sont produit suite à des films vus, d'une extrême violence, qui ont poussé certains adolescents à commettre des assassinats.

On voit bien aussi quelles sont les réactions de certains jeunes qui vous disent : « On a vu des voitures brûler, on avait envie de faire mieux ! » On l'a entendu très concrètement à la télévision. Il nous faut donc une vigilance absolue pour bien guider les parents à travers les programmes qu'ils pourront laisser voir à leurs enfants.

Avant que nous puissions voir ce clip, j'aimerais d'abord vous féliciter ensemble de ces actions que vous menez, et vous apporter tout mon soutien.

Nous aurons nous-mêmes à informer les parents à travers aussi une campagne de sensibilisation sur laquelle nous sommes en train de travailler, et que je souhaite parvenir à mettre en place d'ici avant la fin du mois de décembre, au moment où les familles achètent le plus d'ordinateurs, afin de bien, là aussi, les sensibiliser sur ce qu'ils pourront voir sur Internet.

Ce combat est commun, je me devais d'être là et je vous remercie pour votre invitation.


Source http://www.csa.fr, le 19 décembre 2008

Rechercher