Conseil des ministres du 20 février 2008. Le plan « réussir en licence ». | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 20 février 2008. Le plan « réussir en licence ».

Personnalité, fonction : PECRESSE Valérie.

FRANCE. Ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche

ti : La ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche a présenté une communication relative au plan « réussir en licence ».

L'objectif de ce plan est de réduire de moitié en 5 ans le taux d'échec en première année universitaire (actuellement de 50 %), de faire de la licence un diplôme permettant une insertion professionnelle ou la poursuite d'études et d'atteindre en 2010 l'objectif de 50 % d'une classe d'âge diplômée de l'enseignement supérieur.

Ce plan repose sur trois piliers :

1. Le contenu de la licence à l'université sera rénové pour assurer une maîtrise progressive des connaissances et des compétences. Les années de licence s'organiseront ainsi :

- la première année garantira aux étudiants la maîtrise des savoirs fondamentaux et des compétences indispensables à l'insertion sociale et professionnelle ou à la poursuite d'études. Durant cette première année, les étudiants bénéficieront du soutien d'un enseignant référent auquel ils pourront s'adresser ;

- la deuxième année constituera l'étape d'entrée dans la spécialisation disciplinaire. L'étudiant y découvrira le monde professionnel. Le suivi de son projet personnel sera assuré au cours de cette année ;

- la troisième année sera une année de spécialisation permettant la finalisation du projet d'études. Tous les étudiants diplômés de licence disposeront au moins d'un stage validé dans le cursus.

2. Le plan prévoit de développer l'orientation et l'accompagnement des étudiants dans leur projet d'études et d'insertion.

Le concept d'orientation active recouvre le dispositif d'accompagnement des élèves du lycée jusqu'à l'université.

Les universités auront désormais la responsabilité de construire avec les élèves susceptibles de les rejoindre un parcours de formation en lien avec un projet d'insertion professionnelle. L'étudiant sera accompagné dès la prérentrée grâce à la signature d'un contrat de réussite contenant des engagements réciproques comme la mise en place d'un tutorat en cas de difficultés.

Une information plus complète des élèves et des familles sera organisée par l'affichage sur le site national d'orientation des places disponibles dans les établissements pour chaque filière, de leurs taux de réussite aux examens et de leurs taux d'insertion professionnelle.

Les possibilités de réorientation et de réaffectation dès la fin du premier semestre et en fin de première année seront renforcées.

3. Les filières professionnelles courtes seront enfin mobilisées pour la réussite de tous les étudiants. Des propositions prioritaires d'affectation dans les instituts universitaires de technologie (IUT) et les sections de technicien supérieur (STS) seront offertes aux bacheliers technologiques et professionnels. L'offre des IUT et STS sera élargie pour accueillir les étudiants en difficulté dans les formations généralistes.

Un groupe de travail sur la refonte de la carte des formations de STS et d'IUT sera par ailleurs lancé afin d'optimiser l'offre de formation professionnelle, en concertation avec les régions et les acteurs locaux.

Pour financer ce plan, l'État consentira un effort budgétaire pluriannuel considérable en investissant 730 millions d'euros sur cinq ans, ce qui équivaut à une hausse du budget dédié à la licence de 43 %. En 2008, la répartition des crédits budgétaires par université s'effectuera en fonction du nombre d'étudiants en première année pondéré par le nombre de bacheliers arrivant à l'université avec une ou plusieurs années de retard. Par la suite, les financements du plan seront attribués aux établissements en fonction de leur capacité à améliorer leurs taux de réussite et les taux d'insertion de leurs diplômés.

Les universités doivent présenter, pour le 1er mars 2008, leurs projets pour la nouvelle licence qui sera mise en place dès la prochaine rentrée. Ces projets seront évalués en fonction du cahier des charges national de la licence qui leur a été communiqué. Grâce aux moyens d'enseignement et de soutien pédagogique dégagés, les étudiants disposeront d'un renforcement des enseignements et d'un encadrement pédagogique plus soutenu. L'ensemble équivaut à un total de cinq heures enseignées de plus par étudiant et par semaine, pour chaque année de licence.

Rechercher