Déclaration de M. Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères et européennes, lors du point de presse conjoint avec M. Murray Mac Cully, ministre néo-zélandais des affaires étrangères, sur les relations entre la France et la Nouvelle-Zélande et les questions d'actualité internationale, notamment le futur sommet du G20, la situation en Afghanistan, aux îles Fidji et au Proche-Orient et la Coupe du Monde de rugby, Paris le 6 mars 2009. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères et européennes, lors du point de presse conjoint avec M. Murray Mac Cully, ministre néo-zélandais des affaires étrangères, sur les relations entre la France et la Nouvelle-Zélande et les questions d'actualité internationale, notamment le futur sommet du G20, la situation en Afghanistan, aux îles Fidji et au Proche-Orient et la Coupe du Monde de rugby, Paris le 6 mars 2009.

Personnalité, fonction : KOUCHNER Bernard.

FRANCE. Ministre des affaires étrangères et européennes

Circonstances : Visite en France de Murray Mac Cully, ministre néo-zélandais des Affaires étrangères et des Sports, à Paris le 6 mars 2009

ti : Je suis heureux d'avoir reçu le ministre des Affaires étrangères de Nouvelle-Zélande, M. Murray Mac Cully. Je suis également heureux de saluer M. Daniel Lequertier qui est le futur président du groupe d'amitié entre la France et la Nouvelle-Zélande.

Il est plaisant de penser que nous avons des amis de l'autre côté du monde, des amis que nous connaissons et que nous avons eu souvent l'occasion de rencontrer dans des épisodes très précis de l'histoire. Nous apprécions fortement cette amitié. Nous avons décidé d'une visite en Nouvelle-Zélande qui, je l'espère, devrait avoir lieu au mois de mai. Ce sera la première fois que je me rendrai dans ce pays. Il y a peu de pays du monde où je ne suis pas allé et je voulais réparer cette faute.

Nous avons évoqué un certain nombre de points précis. Nous avons parlé de la situation aux îles Fidji, et plus généralement de la situation dans cette partie du monde. Nous avons abordé la question de la situation en Afghanistan, qui a fait l'objet d'une discussion hier au Conseil atlantique dont j'ai fait part à M. Mac Cully. Nous avons également évoqué la situation au Moyen-Orient.

Nous nous sommes entretenus sur nos relations, sur les espoirs que nous fondions quant à un certain nombre d'appels d'offres en Nouvelle-Zélande, en liaison avec la Coupe du Monde de rugby qui se déroulera en 2011. Le ministre des Affaires étrangères, également ministre des Sports, est chargé de ce dossier, ce qui nous donnera peut-être l'occasion de retourner une nouvelle fois en Nouvelle-Zélande.

Nous avons parlé des relations commerciales, des investissements futurs mais également de la crise économique et sociale qui frappe à des degrés divers tous les pays du monde. J'ai apprécié la façon dont mon collègue rendait compte de la solidité du système bancaire et du système d'assurances en Nouvelle-Zélande. Nous avons échangé, à ce propos, les perspectives qui se dessineront, nous l'espérons pour une régulation mondiale, lors de la rencontre du G20, prévue à Londres le 2 avril.

Je souhaite, une fois de plus, à mon collègue, à sa délégation et à l'ambassadeur, la bienvenue en France. M. Mac Cully s'est déjà entretenu avec M. Laporte et M. Jégo, j'étais très content de pouvoir le rencontrer aujourd'hui.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 10 mars 2009

Rechercher