Déclaration de M. Eric Besson, ministre de l'immigration, de l'intégration, de l'identité nationale et du développement solidaire, sur l'importance de la mission du service des visas pour la gestion des flux migratoires et sur les nouvelles procédures d'établissement des visas, Rezé le 20 avril 2009. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Eric Besson, ministre de l'immigration, de l'intégration, de l'identité nationale et du développement solidaire, sur l'importance de la mission du service des visas pour la gestion des flux migratoires et sur les nouvelles procédures d'établissement des visas, Rezé le 20 avril 2009.

Personnalité, fonction : BESSON Eric.

FRANCE. Ministre de l'immigration, de l'intégration, de l'identité nationale et du développement solidaire

Circonstances : Visite de la sous-direction des visas (SDV)à Rezé (Loire-Atlantique) le 20 avril 2009

ti : Monsieur le Directeur,
Mesdames, Messieurs,


J'ai voulu me rendre aujourd'hui auprès de vous, à Rezé, pour venir à la rencontre des femmes et des hommes de notre ministère et je tiens à vous exprimer ma satisfaction d'être ici, avec vous.

Notre ministère se trouve dans une situation singulière, puisque 40% de ses personnels exercent en province. Je voudrais dire à toutes celles et à tous ceux qui participent à la mise en oeuvre de la politique que je conduis, quel que soit le lieu où ils exercent leur activité, qu'ils sont tous réunis par la même mission, par la même ambition : celle du Service Public.

Je tiens à rendre hommage à votre action, à la mission de Service Public que, quotidiennement, vous assurez avec professionnalisme et dévouement. Je connais, soyez-en assurés, le rôle essentiel que la sous-direction des visas joue dans la politique française de l'immigration.

Parce que la France, contrairement à l'image que certains veulent lui donner, n'est pas un pays fermé à l'immigration. Elle accueille légalement près de 200.000 étrangers par an, ce qui la place, avec l'Espagne, l'Italie, l'Allemagne et le Royaume-Uni, au premier rang des pays européens d'accueil de l'immigration. Elle a le nombre de demandes d'asile, et le taux d'acceptation de ces demandes, les plus élevés d'Europe. Elle intègre une grande part des étrangers qui s'y installent : Plus de 100.000 étrangers acquièrent chaque année la nationalité française, soit 4,4% de la population étrangère, contre 2,2% en Espagne et 1,6% en Allemagne. La France reste donc fidèle à sa tradition d'accueil et d'intégration.

Je sais que votre tâche est immense : 100 agents pour gérer près de 2 400 000 demandes de visas émanant de 202 postes consulaires à travers le monde. Nous disposons d'un réseau unique, le plus important de toute l'Europe. C'est assurément, parce que nous disposons de ce réseau, étendu, solide, compétent, que nous sommes aussi crédibles.

La tâche est immense, je le répète, mais la cause vaut les efforts qui nous inscrivent à la première place des pays de l'Union Européenne.

Notre ministère a la chance de bénéficier de l'expérience acquise par beaucoup d'entre vous en postes diplomatiques et consulaires, lieux où les ressortissants étrangers nouent un premier contact, un premier échange avec la France. L'administration centrale se trouve enrichie de cette expérience de terrain, parfois difficile, je le sais. Je pense ici en particulier aux refus de délivrance de visas, refus souvent ressentis comme une privation.

A la sous-direction des visas, cette pression ressentie sur le terrain se répercute, directement et lourdement. J'ai conscience du travail que vous accomplissez par le traitement de masse des dossiers qui vous sont adressés. Les chiffres que je viens d'évoquer sont éloquents.

J'ai conscience de l'importance capitale de votre activité, qui constitue un élément essentiel de la maîtrise des flux migratoires, sans laquelle l'intégration républicaine ne serait qu'illusion. Vous participez par là même à l'affirmation de l'Etat de droit.

J'ai également conscience du travail que vous accomplissez dans la cadre d'une législation en constante évolution, notamment sous l'effet du droit de l'Union européenne et je tiens à saluer votre capacité d'adaptation.

Cette capacité d'adaptation est fondamentale dans le cadre du déploiement de la biométrie dans nos postes diplomatiques et consulaires. Aujourd'hui, plus de la moitié de nos consulats sont équipés et opérationnels.

Le déploiement intégral de la biométrie constitue un enjeu majeur et un défi considérable à l'approche du démarrage, le 20 décembre de cette année, du système européen VIS, fondé sur la mise en commun des données biométriques recueillies par les postes consulaires. Nous avons, dès 2005, été les pionniers en Europe dans ce domaine. Nous devons rester en tête et je place ma confiance en vous pour cela.

Il convient également d'explorer des voies nouvelles pour la modernisation de notre réseau. Externalisation du recueil des demandes de visas là où c'est nécessaire, mais aussi recherche d'une mutualisation avec nos partenaires de l'Union européenne, au sein de nos réseaux, pour mettre en commun nos ressources humaines, nos locaux, nos personnels et nos systèmes informatiques.

Grâce à l'arrivée prochaine du nouveau télégramme diplomatique « Schuman », la diffusion de l'information va gagner en performance, y compris entre Paris et Nantes, en facilitant l'élaboration et l'envoi des télégrammes diplomatiques.

N'oubliez pas qu'une plus grande confiance dans notre politique des visas, reposant en particulier sur la généralisation de la biométrie, est l'une des conditions de développement de l'immigration circulaire, qui doit permettre aux étrangers d'effectuer des séjours successifs en France, de manière simplifiée. Ce renforcement de la confiance dans les visas et les titres de séjour est un des éléments clés de notre politique de maîtrise des flux migratoires.

J'évoquerai à présent vos conditions de travail, qui me paraissent adaptées à l'exercice satisfaisant de vos missions. Sachez que dans un contexte budgétaire contraint, je m'efforce de tout mettre en oeuvre pour contribuer à ce que vous puissiez bénéficier d'un environnement professionnel de qualité.

J'ajoute que si le regroupement en cours des services parisiens sur un site unique, rue Barbet de Jouy, constitue une nécessité, je puis vous assurer que cette nouvelle organisation, limitée aux services situés dans la capitale, est sans incidence aucune sur les sites nantais. Je tiens à vous le dire très clairement.

Le Président de la République et le Premier ministre m'ont assuré, dans la lettre de mission qu'ils m'ont adressée le 31 mars dernier, que la création de notre ministère a constitué un réel succès. Sachez que ce succès, que cette réussite, sont également les vôtres. Je tenais à vous le dire solennellement. Votre contribution à porter sur les fonts baptismaux ce nouveau ministère a été déterminante.

Je vous remercie à nouveau chaleureusement pour l'engagement de chacune et de chacun d'entre vous. Sachez que le sens de ma visite, aujourd'hui, parmi vous à Nantes, est le témoignage, tant de la confiance que je place en vous, que de ma reconnaissance.


Merci pour votre attention.


Source http://www.immigration.gouv.fr, le 22 avril 2009

Rechercher