Interview de M. François Bayrou, président du Mouvement démocrate (MoDem), dans "La Dordogne libre" le 14 mai 2009, sur sa campagne pour les élections européennes. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. François Bayrou, président du Mouvement démocrate (MoDem), dans "La Dordogne libre" le 14 mai 2009, sur sa campagne pour les élections européennes.

Personnalité, fonction : BAYROU François.

FRANCE. UDF - Mouvement démocrate, président

ti : Dordogne Libre : êtes-vous inquiet du peu d'intérêt qu'ont l'air de porter les Français aux Européennes ?

François Bayrou : Moi je ne crois pas que les Français vont s'abstenir de voter dans de telles proportions (ndlr : aux environs de 60 % selon certains sondages). Ils vont saisir l'opportunité de prendre un bulletin pour dire ce qu'ils pensent du destin de leur pays, pour choisir des députés européens.

Dordogne Libre : Le souci c'est que souvent ils ne savent pas qui sont ces élus et comment fonctionne l'Europe ?

C'est normal : ces institutions européennes sont très complexes et jamais expliquées ! Pourtant c'est explicable, j'avais proposé que l'on fasse d'ailleurs de l'instruction civique sur ce sujet.

Il faut savoir que les décisions sont proposées par la Commission européenne, puis prises par les gouvernements et le Parlement (ndlr où siègent les députés à élire le 7 juin). Et il faut les deux avis pour que ce soit adopté. Là encore on pourrait intéresser les gens :

- premièrement, en obligeant que les propositions soient annoncées au moins trois mois avant d'être présentées aux citoyens par voie de presse

- deuxièmement en filmant les débats pour éviter que les gouvernements qui ont voté oui disent ensuite « ce n'est pas nous, c'est la commission ».

Dordogne Libre : Est-ce dans ce souci de pédagogie qu'en ce moment vous labourez vous-même le terrain en personnalisant cette campagne ?

Oui je pense que la responsabilité du politique est de donner de soi-même. La politique doit être incarnée !

Dordogne Libre : Dans le même temps vous reprochez à Nicolas Sarkozy de trop l'« incarner » ?

Non avec lui elle est monopolistique ! Regardez ce qui se passe avec la loi sur l'hôpital, un pseudo vote d'urgence : le parlement est mis de côté, le gouvernement n'existe plus. Et les ministres qui ne sont pas en partance ne sont pas consultés non plus!

Dordogne Libre : A ce sujet vous venez dans l'ex-ville de Xavier Darcos c'est quelque chose de particulier pour vous ?

Non il se trouve que je fais toujours attention à Périgueux, à la Dordogne. Où je suis souvent venu avec mes enfants.

Dordogne Libre : Faites-vous un choix particulier en venant ici, ou allez-vous partout ?

Non je vais passer partout. Dans toutes les régions, et j'essaye aussi dans tous les départements.

Dordogne Libre : Auriez-vous fait de même si votre dernier livre n'avait pas rencontré un tel succès, vous servant de levier ?

Oui je l'aurai fait mais c'est une grande chance de toucher tout un pays par un livre, dont tout le monde s'accorde à dire qu'il est différent d'un ouvrage politique. Je crois même que la France est un des rares pays où l'on puisse ainsi toucher à l'essentiel.


Source http://europe.lesdemocrates.fr, le 29 mai 2009

Rechercher