Déclaration de M. Brice Hortefeux, ministre de l'Intérieur, de l'Outre-mer et des collectivités territoriales, sur le dialogue entre l'Etat et la communauté juive et sur la lutte contre l'antisémitisme, à Paris le 15 septembre 2009. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Brice Hortefeux, ministre de l'Intérieur, de l'Outre-mer et des collectivités territoriales, sur le dialogue entre l'Etat et la communauté juive et sur la lutte contre l'antisémitisme, à Paris le 15 septembre 2009.

Personnalité, fonction : HORTEFEUX Brice.

FRANCE. Ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales

Circonstances : Cérémonie de voeux organisée par le Consistoire central israélite de France, à Paris le 15 septembre 2009

ti : Monsieur le Président, cher Jean KAHN,
Monsieur le Président du Consistoire central, cher Joël MERGUI,
Monsieur le vice-président, cher Jacques-Yves BOHBOT,
Monsieur le Grand Rabbin de France, cher Gilles BERNHEIM,
Monsieur le Grand Rabbin de Paris, cher David MESSAS,
Messieurs les Grands Rabbins et Rabbins,
Mesdames, Messieurs les ministres,
Mesdames et Messieurs,
Chers amis,


C'est pour moi un très grand honneur mais également un véritable moment d'émotion que de prendre la parole, pour la première fois comme ministre de l'intérieur chargé des cultes, dans cette enceinte de la grande synagogue de la rue de la Victoire.

Depuis 1875, la communauté juive de Paris, d'Ile-de-France et d'ailleurs s'y rassemble, dans les moments de joie, comme dans les moments d'épreuve.

Je suis particulièrement heureux de pouvoir m'adresser à vous à l'occasion de la cérémonie de voeux organisée par le Consistoire central à quelques jours de Roch ha-Chanah, qui marquera vendredi soir le nouvel an juif, le 1er Tishri de l'année 5770 dans le calendrier israélite.

Je sais l'importance que revêt pour chacune et pour chacun d'entre vous cette fête qui, dans la tradition juive, rappelle la création du monde mais se veut également le jour du jugement, dix jours tout juste avant Yom Kippour, le jour du Pardon, le jour des Expiations, que vous célèbrerez le 28 septembre.

Comme tous les ans, ces fêtes seront l'occasion de vous retrouver en famille, de vous réunir entre amis autour d'une même foi partagée. A tous, à chacune et à chacun d'entre vous, je tiens à présenter, dès à présent, mes voeux les plus chaleureux, ainsi qu'à vos familles et vos proches, et à travers vous, à tous les Juifs de France.

Ces voeux n'ont rien de formel. Ils sont l'expression profonde et sincère du respect, de l'estime et de la reconnaissance de la République envers les Juifs de France, qui ont tant oeuvré pour elle.


I. Ma présence parmi vous ce soir se veut, d'abord, le signe de l'attachement des pouvoirs publics à ces grandes institutions que sont le consistoire central et son réseau de consistoires régionaux.


L'Etat a trouvé en eux des interlocuteurs stables et responsables, et dont l'histoire bicentenaire se confond désormais avec l'histoire de France.

Je n'oublie pas, en effet, que le consistoire central constitue aujourd'hui la plus ancienne institution représentative juive du monde.

Soucieux de renforcer les acquis des Lumières et de donner toute sa consistance au principe de liberté religieuse, c'est en 1806 que Napoléon Ier convoqua le Grand Sanhédrin, avant de réunir les grands rabbins l'année suivante.

Le 17 mars 1808, il tranchait de manière définitive la question de la représentation du culte israélite en ordonnant, par décret impérial, la création des consistoires.

Ces consistoires sont les témoins de cet engagement des juifs de France dans le cadre politique et civil de notre pays, sans reniement de leur foi.

Oui, je le pense sincèrement, les consistoires sont fondamentaux. Ils structurent les communautés. Ils sont l'expression de l'unité et de la diversité de la communauté juive. Ils offrent surtout l'intérêt de permettre une gestion adaptée du culte dans le cadre offert par la loi du 9 décembre 1905 et d'organiser ainsi la représentation de votre culte auprès des pouvoirs publics.

Je vous le dis, notre pays n'a pas à choisir entre la laïcité et la communauté car la communauté, ce n'est pas le communautarisme. Chacun d'entre nous peut appartenir à une communauté, garder son histoire propre, garder en mémoire ses racines, honorer ses ancêtres, se retrouver lors des fêtes et conserver sa propre identité. Mais dans notre République, chacun appartient aussi à une communauté, la communauté des citoyens.

Ministre de la République, je respecte les communautés, comme je combats le communautarisme. La communauté, c'est le partage des valeurs. Le communautarisme, c'est le repli sur soi et c'est le refus de la communauté des citoyens.

Notre République est une et indivisible, mais elle est également riche et diverse.

II. Je dois ajouter, Monsieur le Président MERGUI, que sur chacun des dossiers liés à la pratique du culte, les consistoires ont toujours été des interlocuteurs à la fois privilégiés et exemplaires.

Permettez-moi d'évoquer brièvement quatre dossiers parmi ceux que nous avons en commun.

Tout d'abord, comme vous l'avez rappelé, le travail mené avec vous pour stabiliser la réglementation européenne relative à l'abattage rituel a été fructueux.

Je n'oublie pas que le Grand Rabbin de France avait appelé dès 2006 l'attention du Gouvernement sur cette question sensible. Nicolas SARKOZY, alors ministre d'Etat, ministre de l'intérieur, s'était engagé à en préciser les règles juridiques afin de sécuriser les pratiques. Comme Président de la République, il a tenu ses engagements en faisant en sorte qu'il existe des règles européennes qui correspondent aux souhaits que vous aviez exprimés.

Je pense, ensuite, à la participation active du consistoire à la réflexion sur les suites à apporter au rapport MACHELON, commandé par Nicolas SARKOZY alors qu'il était ministre de l'intérieur. Monsieur le Président MERGUI, je n'oublie pas le concours actif que vous aviez alors apporté à cette commission. S'agissant des édifices du culte, une circulaire du ministère, publiée en mai dernier, est venue rappeler le droit applicable. Le même travail a été mené pour préciser les conditions de création des carrés confessionnels au sein des cimetières communaux, et il faut en dresser, avec les préfets et les collectivités locales, le bilan d'application sur le terrain.

Je connais aussi votre attachement à une pratique apaisée de votre culte dans le cadre de la République. Je connais, par exemple, les difficultés que rencontrent vos étudiants à concilier parfois les obligations liées à leurs études et celles que leur impose leur foi.

Je ne manquerai pas, dès lors, de relayer votre préoccupation auprès des ministres de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur, afin qu'un dialogue constructif se noue avec les autorités universitaires et que de brillants éléments ne soient pas tentés d'abandonner leurs études en France, pour cause de collusion entre le calendrier universitaire et celui de vos fêtes rituelles.

Monsieur le Président, Monsieur le Grand Rabbin de France, il n'est pas d'institution vivante s'il n'y a pas de projets. Ce dynamisme, c'est bien ce qui caractérise le consistoire central actuellement.

Le ministère de l'intérieur soutiendra autant que possible ces projets, pour les faire aboutir dans le cadre des principes juridiques qui gouvernent notre action. Ce fut le cas pour la fondation du patrimoine juif de France, récemment créée au sein de la fondation du judaïsme. C'est le cas pour votre projet de centre européen du judaïsme dont j'ai demandé qu'il soit porté désormais rapidement à l'ordre du jour d'une réunion interministérielle afin d'en mesurer tous les enjeux.


III. Enfin, je suis venu vous dire, ce soir, à quel point la communauté juive peut compter sur l'engagement de l'Etat comme sur mon engagement personnel pour agir sans relâche contre les violences antisémites.

Je ne me lasserai jamais de le répéter : l'antisémitisme est un poison. Il est la négation même des valeurs de la République. C'est une insulte à notre société et aux valeurs qui la fondent.

Chaque fois qu'un citoyen, quelles que soient ses origines ou sa religion, est atteint dans son être, ses convictions ou se religion, c'est l'ensemble de la communauté nationale qui s'en trouve offensée. Je fais mienne cette phrase très juste d'Elie WIESEL : « Quand un homme ou une femme est persécuté en raison de sa race, de sa religion ou de ses opinions politiques, la place où il se trouve doit devenir, à ce moment précis, le centre de l'univers ».

Sachez, dès lors, que les pouvoirs publics seront toujours à vos côtés pour combattre ces délits et ces crimes. Vous le savez, le Président de la République et l'ensemble du Gouvernement seront toujours à vos côtés. Au début de l'année, notre pays a connu, hélas, une forte montée des actes antisémites pendant les événements de Gaza. En janvier 2009, on a ainsi déploré 352 actes antisémites de toutes sortes.

Il y a eu, ce mois-là, 50 actions violentes caractérisées, contre une dizaine en moyenne mensuelle les années précédentes. Depuis lors, le niveau de ces actes est encore très élevé. Cela n'est naturellement pas acceptable.

Chaque fois que de tels actes se sont produits, j'ai donné des consignes les plus fermes à l'ensemble des forces de sécurité placées sous mon autorité afin que tous les moyens soient mis en oeuvre pour que leurs auteurs soient interpellés et mis à la disposition de la justice.

Je connais les doutes qui, au début des années 2000, avaient pu saisir certains d'entre vous, lorsqu'un antisémitisme larvé refaisait surface et que les pouvoirs publics, à l'époque, n'en avaient sans doute pas suffisamment pris conscience.

Eh bien, je veux vous le redire avec force ce soir, en particulier à l'adresse de la jeune génération.

Oui, les juifs ont un avenir en France.

Ils ont un avenir, parce qu'ils n'abdiqueront jamais devant la menace ou la violence.

Ils ont un avenir, parce que la République n'abdiquera jamais devant ceux qui trahissent ses valeurs.

Vous avez un avenir, parce que la République ne vous abandonnera pas.

Elle sera toujours à vos côtés.

Elle sera toujours là pour vous protéger.

J'ai demandé au Préfet de Police, dans l'agglomération parisienne, et à l'ensemble des préfets de France, une mobilisation totale des services de police et de gendarmerie pendant la période des fêtes. Comme vous le savez, 2009 a aussi vu se poursuivre le programme de sécurisation des bâtiments communautaires, dans le cadre des conventions passées depuis 2005. En quatre ans, ce sont près de 7 millions d'euros que l'Etat a investis pour vous protéger.

En quatre ans, ces conventions ont, d'ores et déjà, permis de sécuriser 349 bâtiments, dont 107 écoles et crèches, 81 associations et centres communautaires et 161 synagogues.

Je ne voudrais pas terminer seulement sur ces enjeux de sécurité car la période qui s'ouvre pour la communauté juive doit, d'abord et avant tout, demeurer une période de fête pour tous les juifs de France.

Mes derniers mots seront donc des mots de confiance et d'espérance, que vous me permettrez de vous emprunter, Monsieur le Grand Rabbin de France, qui les prononciez à l'occasion de votre investiture le 1er février dernier. Comme vous, je voudrais inciter tous les « hommes et les femmes de bonne volonté à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour construire en France la fraternité entre tous ceux et toutes celles qui y vivent, quelles que soient leur religion, leurs convictions politiques et leurs opinions ».

Cette période des fêtes de Tishri nous y invite, je crois, tout particulièrement. Sachez qu'à travers moi, c'est toute la République qui vous adresse son estime, sa reconnaissance et sa confiance.

Bonne fête, Chana Tova, bonne et douce année à toutes et à tous !


Source http://www.interieur.gouv.fr, le 18 septembre 2009

Rechercher