Déclaration de Dominique Bussereau, secrétaire d'État aux Transports, sur les grandes orientations du projet de budget 2010 pour les transports, à Paris le 30 septembre 2009. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Dominique Bussereau, secrétaire d'État aux Transports, sur les grandes orientations du projet de budget 2010 pour les transports, à Paris le 30 septembre 2009.

Personnalité, fonction : BUSSEREAU Dominique.

FRANCE. Secrétaire d'Etat aux transports

ti : 1/ Notre budget transport, que ce soit en 2010 ou dans les années à venir, est marqué par l'accélération rapide des investissements dans les grandes infrastructures alternatives à la route.

L'année 2009 a permis de franchir des étapes décisives pour plusieurs grands projets :

- signature avec les régions d'un protocole d'intentions pour le canal Seine Nord Europe ;
- lancement de la 2ème phase de la LGV Est après la signature de la convention de financement avec les collectivités ;
- lancement du dernier tour de l'appel d'offre pour Bretagne Pays de Loire, Tours-Bordeaux et CDG-Express fin juillet.

En 2010, les grands travaux débuteront significativement ; ainsi, les premiers coups de pioche seront donnés pour la 2ème phase de la LGV Est ; des travaux préparatoires seront conduits pour les autres grands projets, qui débuteront en 2011.

Le budget de l'AFITF, qui portera la part de l'Etat dans ces investissements, s'établira à 2 676 Meuros en 2010 (dont 344 Meuros pour le plan de relance).

2/ Par ailleurs, nous ferons un vrai effort pour réorienter le fret vers des modes de transport durables :

- la réforme portuaire se poursuit, avec 34 Meuros d'investissements nouveaux portés par l'AFITF en 2010 et l'augmentation des crédits d'entretien (+ 6 Meuros) ;
- L'engagement national pour le fret ferroviaire prévoit une montée en puissance du transport combiné dès 2010 (+8 Meuros), l'augmentation des cadences des autoroutes ferroviaires ou encore la création d'opérateurs de proximité.

3/ S'agissant de sécurité, nous poursuivons nos efforts pour :

- la sécurité en mer (+1,4% pour le programme « Sécurité et affaires maritimes »),
- la sécurité aérienne (avec l'augmentation des moyens de la formation aéronautique (+ 10 Meuros) et de la navigation aérienne (+18 Meuros)),
- la sécurité ferroviaire avec la poursuite de la réduction du nombre de passages à niveaux pouvant poser un problème de sécurité et l'action de l'Établissement Public de Sécurité Ferroviaire (EPSF),
- et bien sûr pour la sécurité routière avec notamment 530 nouveaux radars sur les routes, en diversifiant les implantations (un effort particulier portera sur les passages à niveau et les feux rouges).

4/ Malgré ces investissements très importants, le budget des transports est maîtrisé puisqu'il baisse globalement de 3% grâce à la réduction du coût des fonctions support et à l'augmentation des recettes de RFF et de l'AFITF, ce qui permet de réduire les subventions à ces deux organismes qui assurent une part très importante du financement des nouvelles infrastructures.


Source http://www.developpement-durable.gouv.fr, le 1er octobre 2009

Rechercher