Déclaration de Mme Michèle Alliot-Marie, ministre de la justice et des libertés, sur la poursuite de l'enquête concernant l'attentat du 8 Mai 2002 à Karachi (Pakistan) qui avait provoqué la mort de 15 personnes dont 11 Français employés de la DCN (Direction des constructions navales) dans le cadre d'un contrat pour la construction de sous-marins, Paris le 12 mai 2010. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Michèle Alliot-Marie, ministre de la justice et des libertés, sur la poursuite de l'enquête concernant l'attentat du 8 Mai 2002 à Karachi (Pakistan) qui avait provoqué la mort de 15 personnes dont 11 Français employés de la DCN (Direction des constructions navales) dans le cadre d'un contrat pour la construction de sous-marins, Paris le 12 mai 2010.

Personnalité, fonction : ALLIOT-MARIE Michèle.

FRANCE. Ministre d'Etat, ministre de la justice et des libertés

Circonstances : Réponse à une question d'actualité à l'Assemblée nationale, Paris le 12 mai 2010

ti : Monsieur Fromion, ayant vécu aux côtés des familles et sur place le drame de Karachi, je tiens autant que vous à ce que toute la vérité soit faite. Il ne m'appartient pas de commenter les décisions de la justice pakistanaise ; mais, du côté français, vous pouvez être assuré que tout sera mis en oeuvre pour que toute la lumière soit faite sur ce drame. Vous l'avez dit : nous le devons aux familles, et nous le ferons.

L'enquête est aujourd'hui menée en toute indépendance par deux juges d'instruction nommés à cet effet. Ils ont reçu et continueront de recevoir toutes les aides qui leur seront nécessaires. S'ils ont besoin de poursuivre leur enquête au niveau international et même au Pakistan, ils nous auront à leurs côtés pour leur faciliter la tâche.

Il est vrai que de nombreuses pistes sont étudiées. Aucune hypothèse n'est écartée. Le ministre de la Défense vous l'a dit : de nouveaux documents sont régulièrement mis à la disposition des juges. Tout récemment encore, le 10 mars dernier, mon collègue a déclassifié un document relatif à l'audit de sécurité réalisé à Karachi - d'ailleurs à ma demande - juste après l'attentat.

D'autres documents, relatifs notamment à la problématique globale des ventes de sous-marins, ont été demandés par le juge d'instruction. La procédure de déclassification est en cours.

Soyez assuré que nous voulons savoir ce qui s'est passé. Les familles le réclament, c'est légitime ; nous aussi, parce que c'est notre responsabilité.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 17 mai 2010

Rechercher