Déclaration de M. Brice Hortefeux, ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales, sur les compétences et les missions des officiers de la gendarmerie nationale, à Melun le 30 juin 2010. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Brice Hortefeux, ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales, sur les compétences et les missions des officiers de la gendarmerie nationale, à Melun le 30 juin 2010.

Personnalité, fonction : HORTEFEUX Brice.

FRANCE. Ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales

Circonstances : Baptême de la 116ème promotion de l'Ecole des officiers de la gendarmerie nationale (promotion Colonna d'Istria), à Melun le 30 juin 2010

ti : Mesdames et Messieurs les officiers,
Mesdames et Messieurs,


En entrant ici, à Melun, les élèves de l'école des officiers de la gendarmerie nationale n'ont pas seulement choisi un métier. Ils ont suivi leur vocation, leur désir de s'engager au service du droit, de la sécurité et de la France. Dans ce parcours, la cérémonie qui nous réunit aujourd'hui constitue une étape déterminante.

Pour vous, les élèves-officiers de la 116ème promotion, elle marque l'entrée dans le corps des officiers de gendarmerie. Vous avez décidé de donner à votre promotion le nom du général COLONNA d'ISTRIA. Sa vie, qui vient de nous être rappelée, s'est construite toute entière autour des valeurs d'honneur, de loyauté et de dévouement à la Nation. Sachez vous montrer digne de son illustre exemple.

Pour vous autres, les officiers de la promotion « sous-lieutenant MARTIN » cette cérémonie marque la fin de votre formation initiale. Dans quelques jours, vous allez prendre votre premier commandement, vous allez assumer vos premières responsabilités opérationnelles. Je sais pouvoir compter sur vous pour assurer, partout, la sécurité de tous.

Pour vous tous, pour vos familles et pour vos formateurs, c'est un moment fort et particulièrement solennel, et je suis très heureux de pouvoir le partager avec vous.


I - Vous avez en main tous les outils nécessaires à l'exercice de votre mission. En effet, pour reprendre la formule du philosophe Henri BERGSON, vous avez appris à Melun à « agir en homme de pensée et à penser en homme d'action ».

Que vous soyez entrés à l'EOGN après des études universitaires, après une grande école militaire ou par la voie du recrutement semi-direct, vous avez tous suivi la même formation. Alternant séquences théoriques et stages pratiques, vous avez été pleinement préparés à assumer votre premier commandement.

1. (1) Vous avez reçu, d'abord, une intense formation opérationnelle.

Socle de l'identité militaire de la gendarmerie, cette formation exigeante, reçue tant à Saint-Astier qu'à Saint-Cyr Coëtquidan, vous a appris à gérer des crises complexes, et ce sur tous les terrains, en métropole, en outre-mer ou en opérations extérieures aux côtés des armées.

Je tiens, d'ailleurs, à rendre un hommage tout particulier à vos camarades déployés en Afghanistan et à saluer l'action qu'ils mènent depuis plusieurs mois, pour restaurer la sécurité et l'autorité de l'État dans ce pays. J'en ai été le témoin en me rendant sur place, le 6 mai dernier.

1. (2) Vous avez reçu, également, une solide formation théorique.

Grâce au partenariat développé depuis de nombreuses années avec l'université PARIS II-Assas et grâce aux travaux de recherche que vous conduisez dans ce cadre, vous connaissez la richesse et la complexité des politiques de sécurité locale et nationale que vous devrez, dès demain, mettre en oeuvre sur le terrain. Vous connaissez, en particulier, les très nombreux acteurs de la sécurité, étatiques ou non, avec lesquels il vous faudra travailler.

1. (3) Vous avez appris, aussi, à toujours placer l'humain au coeur de vos missions.

C'est votre devoir de chef, dans l'exercice de votre mission de commandement.

C'est votre devoir de représentant de l'ordre tant vis-à-vis des suspects dont vous aurez la charge que des victimes qu'il vous faudra écouter, assister et conseiller.

1. (4) Votre formation, enfin, vous a spécifiquement préparé à assumer votre premier emploi.

Après 18 mois de formation commune, le choix du premier poste opérationnel marque, en effet, le début d'une période de préparation personnalisée qui comporte, en particulier, un stage pratique sur le terrain.

Grâce à ce dispositif, vous disposez de 6 mois pour acquérir des compétences et des savoir-faire spécifiques, et vous arriverez sur le terrain déjà familiarisés avec le contexte de votre futur emploi.


II - Vous avez choisi d'exercer le difficile art du commandement : ce choix vous honore comme il vous oblige.

1. (1) Commander, c'est avant tout être exemplaire.

Vous devez, en effet, faire preuve d'exemplarité dans votre détermination, car seule une résolution absolue à la tête permet d'obtenir des résultats sur le terrain.

Vous devez aussi faire preuve d'exemplarité dans votre engagement. Cela signifie que vous devez avoir une grande connaissance du terrain pour pouvoir y mettre en oeuvre les politiques décidées au niveau national. Cela signifie aussi que vous ne devez pas avoir peur d'affronter les risques inhérents à vos missions.

1. (2) Commander, c'est aussi être responsable.

C'est être responsable, d'abord, des hommes et des femmes qui seront placés sous vos ordres. C'est à vous, en effet, que reviendra la tâche de les guider dans leur mission, de mobiliser leur énergie et de les aider dans les moments de doute ou de découragement. Je sais que je peux compter sur chacun de vous pour fédérer vos équipes et faire fructifier les talents de chacun.

C'est être responsable, parallèlement, de l'image de la gendarmerie nationale. Vous devrez veiller au respect permanent des règles de déontologie, fondement du pacte de confiance qui unit la gendarmerie à la population. L'autorité dont chaque militaire de la gendarmerie est investi doit être exercée au service de l'intérêt général et ne peut être dévoyée. J'y attache une importance toute particulière, et je sanctionnerai avec la plus grande fermeté tout manquement à ce principe.


III - A votre sortie de Melun, vous n'aurez qu'une mission : assurer la sécurité partout et pour tous.

1. (1) Vous le savez, nous menons une guerre totale contre la délinquance. Ce combat porte ses fruits.

Le combat contre la délinquance est engagé, c'est un combat juste et nécessaire, nous allons donc le poursuivre. Les résultats obtenus, nous allons les amplifier. La baisse de la délinquance, nous allons la pérenniser.

Cela signifie que vous devrez toujours être très attentifs aux résultats que vous obtenez. Vous devrez en permanence évaluer la pertinence de votre action. Vous devrez toujours rechercher le gain d'efficacité.

C'est ce que nous faisons place Beauvau, grâce aux sept plans d'action opérationnels que nous avons construits et mis en oeuvre au service de la sécurité des Français. C'est la voie que vous devez suivre à votre tour sur le terrain.

1. (2) A vous, en effet, de faire preuve d'audace et de réactivité.

Les menaces et la délinquance sont en perpétuelle évolution. Face à cette réalité, nous devons rester fermes sur nos principes et sur le respect des lois et des valeurs fondamentales de notre République. Mais nous devons, aussi, faire preuve de réactivité et d'imagination pour lutter contre les nouvelles formes de délinquance et définir de nouveaux modes d'action pour y remédier.

Sachez-le, je serai toujours à vos côtés pour vous soutenir et vous protéger contre les tièdes partisans de l'immobilisme qui se complaisent dans la critique en oubliant d'agir. Mais je ne tolérerai jamais l'inaction et je la considérerai toujours comme une faute impardonnable.

1. (3) Vous devez, enfin, exercer vos missions dans un souci de proximité avec les territoires et les populations.

Que vous preniez le commandement d'une communauté de brigade, d'un peloton de gendarmerie mobile, d'une unité de sécurité routière ou d'une unité de police judiciaire, vous devrez mettre la population placée sous votre protection au coeur de votre action et ce, de trois manières :

* en prêtant, d'abord, une attention toute particulière aux victimes. Leurs droits sont vos devoirs les plus sacrés : devoir de poursuivre les délinquants, devoir d'écoute et devoir d'accompagnement dans les démarches à entreprendre ;
* en mettant, ensuite, votre expertise et votre connaissance du terrain au service des élus locaux pour qu'aucun territoire, aucune population, ne soient négligés ;
* en faisant, enfin, un effort de communication et de pédagogie. En effet, être capable d'expliquer sa stratégie, de répondre aux interrogations, de justifier la sanction ou l'interdiction, c'est démultiplier l'efficacité de l'action en rassurant et responsabilisant nos concitoyens.

Vous disposez, pour remplir ces objectifs, de l'extraordinaire maillage territorial de la gendarmerie nationale. Appuyez-vous pleinement dessus pour faire triompher, partout, la puissance publique.


Mesdames et Messieurs les officiers,

Vous avez fait le choix d'une carrière au service de la sécurité de tous les Français.

Vous pouvez être fiers de cet engagement. Fiers de ce métier qui, sans doute davantage que d'autres, s'inscrit dans l'intensité, dans la durée et dans le don de soi. Fiers de servir la France et les Français.

Soyez assurés, en retour, de tout mon soutien, de la confiance du Gouvernement et de la gratitude de la Nation.


Source http://www.interieur.gouv.fr, le 2 juillet 2010

Rechercher