Déclaration prononcée au nom de M. Pierre Lellouche, secrétaire d'Etat aux affaires européennes, et Mme Valérie Pécresse, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, sur le projet du réacteur ITER, à Cadarache (Bouches-du-Rhône) le 28 juillet 2010. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration prononcée au nom de M. Pierre Lellouche, secrétaire d'Etat aux affaires européennes, et Mme Valérie Pécresse, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, sur le projet du réacteur ITER, à Cadarache (Bouches-du-Rhône) le 28 juillet 2010.

Personnalité, fonction : LELLOUCHE Pierre, PECRESSE Valérie.

FRANCE. Secrétaire d'Etat aux affaires européennes; FRANCE. Ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche

Circonstances : Conseil extraordinaire ITER, à Cadarache (Bouches-du-Rhône) le 28 juillet 2010

ti :
Monsieur le Président du Conseil, Cher Evgueny Velikhov,
Monsieur le Directeur général, Cher Kaname Ikeda,
Mesdames et Messieurs les Membres du Conseil ITER,


C'est un honneur, mais aussi un plaisir, de souhaiter au Conseil exécutif d'ITER la plus cordiale des bienvenues, sur le site même de la construction du réacteur, à un moment décisif dans la réalisation de ce programme scientifique de très grande envergure.

Nous avons souhaité nous adresser à vous aujourd'hui pour vous dire tout le soutien que la France, et l'ensemble des Etats membres de l'Union, apportent à ce grand projet international.

Nous mesurons donc à quel point ITER est un projet exceptionnel, pour des raisons à la fois scientifiques, technologiques et politiques :

- au plan scientifique, ITER est le projet de coopération scientifique le plus ambitieux jamais proposé à l'échelle mondiale, loin devant la station spatiale internationale. Maîtriser la fusion thermonucléaire à l'horizon 2050 est un enjeu de long terme majeur, à l'heure où le développement durable, l'épuisement des énergies fossiles, la protection de l'environnement sont au centre des débats sur l'avenir de la planète : permettez-nous, à ce sujet, d'exprimer toute notre solidarité envers nos amis américains, durement touchés par la marée noire qui ravage actuellement les côtes de Louisiane ;

- au plan technologique, ITER permettra de réaliser des percées décisives dans de nombreux domaines, en particulier dans le domaine de la technologie des matériaux ;

- au plan politique, ITER est l'un des "projets phares" de l'Union européenne : vitrine technologique de chacun des pays participants, il est l'exemple de ce que nous souhaitons promouvoir, une Europe de projets concrets dans des domaines stratégiques, tournée vers l'innovation. Comme vous le savez, la France et l'Europe disposent de compétences anciennes dans le domaine de la fusion contrôlée qu'il importe de valoriser au service de ce projet commun.

Dans ce contexte, le soutien des collectivités et des populations locales pour assurer le meilleur accueil à tous ceux qui contribueront au projet est décisif.

La France a mis au service du projet ITER l'environnement scientifique exceptionnel de Cadarache et les équipes du Commissariat français à l'énergie atomique et aux énergies alternatives.

L'avancement des travaux de préparation du site et de l'itinéraire depuis le port de Fos jusqu'à Cadarache, et le soutien apporté par la France à l'installation dans les meilleures conditions possibles de l'Organisation ITER et de ses personnels, démontrent, si besoin était, la volonté sans faille de la France de servir le projet et d'en assurer la réussite et la viabilité.

L'Europe est, également, particulièrement consciente de ses responsabilités, en tant que fournisseur de plusieurs des composants critiques du programme, comme les bâtiments, des éléments de l'enceinte à vide ou des bobines supraconductrices.

Vous savez à quel point le contexte budgétaire est tendu : nous subissons la crise économique et financière la plus grave depuis 1929, et tous les Etats européens se sont engagés dans des politiques destinées à nous redonner la pleine maîtrise de nos finances publiques. Des choix difficiles et douloureux doivent être quotidiennement réalisés.

Nous souhaitons vous redire que ces contraintes, et ces défis, n'ont en rien infléchi la détermination et la volonté de l'Europe de mener le projet à son bon terme. En surmontant les difficultés, nous avons fait la preuve de la constance de notre implication dans le projet ITER et de notre souhait répété de faire d'ITER un succès scientifique, technologique, industriel et politique.

Nous souhaitons donc désormais nous tourner vers l'avenir, et que vous puissiez définir, ensemble, les scénarios les plus à même de garantir le succès de la construction du réacteur.

Ceci devra bien évidemment s'accompagner d'efforts accrus de nous tous pour renforcer la bonne gouvernance du projet et assurer la maîtrise d'oeuvre de la construction du réacteur, afin d'atteindre l'objectif que nous nous sommes fixé, qui est la mise en oeuvre opérationnelle du réacteur lui-même, dans les délais et dans le budget assignés.

Permettez-nous de conclure. Nous voudrions vous remercier chaleureusement, Monsieur le Directeur général Ikeda, pour votre action, depuis trois ans, à la tête de l'Organisation ITER, et ce au moment où vous êtes appelé à de hautes fonctions dans votre pays. Nous souhaitons tout aussi chaleureusement la bienvenue en France à votre successeur, le professeur Osamu Motojima, en qui nous mettons tous nos espoirs pour qu'il conduise avec toute l'autorité nécessaire le projet sur la voie tracée par votre Conseil. Nous voudrions enfin souligner qu'ITER est l'exemple de ce que nous sommes capables d'accomplir lorsque nous nous rassemblons, Européens et partenaires internationaux. Oui, nous pouvons et devons être fiers de participer à cette formidable aventure, nous pouvons être fiers de porter ensemble cette ambition pour la France, pour l'Europe et pour le monde.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 30 juillet 2010

Rechercher