Conférence de presse de M. Frédéric Mitterrand, ministre de la culture et de la communication, sur le bilan de la première année de l'opération "Mon journal offert" pour les 18-24 ans, Paris le 14 octobre 2010. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conférence de presse de M. Frédéric Mitterrand, ministre de la culture et de la communication, sur le bilan de la première année de l'opération "Mon journal offert" pour les 18-24 ans, Paris le 14 octobre 2010.

Personnalité, fonction : MITTERRAND Frédéric.

FRANCE. Ministre de la culture et de la communication

Circonstances : Lancement de la deuxième saison de l'opération "Mon journal offert" à Paris le 14 octobre 2010

ti : Mesdames et Messieurs,
Chers ami(e)s,


« La lecture matinale du journal est la prière de l'homme moderne » : cette prophétie restée célèbre du philosophe Hegel doit aujourd'hui nous interroger. Serions-nous entrés dans un âge post-moderne où la dématérialisation effacerait ce geste rituel, notamment pour les jeunes générations ? Serions-nous dans une époque marquée par le culte de l'immédiateté et par la « fièvre twitter », qui effacerait toute idée de fidélité et d'exigence dans l'accès à l'information ?

Les résultats de l'étude qui viennent de vous être présentés par Patrick KLEIN semblent nous indiquer le contraire. Ils confirment le pari que nous avons fait ensemble avec la presse quotidienne : ce pari s'est avéré un pari gagnant.

Car il y a un an, lorsque je vous ai présenté pour la première fois cette grande campagne d'abonnement, c'était un pari plutôt audacieux : proposer un abonnement à tous les jeunes de 18 à 24 ans au quotidien de leur choix, une fois par semaine pendant un an.

Ce succès prouve que l'attractivité du média presse écrite, et en particulier de la presse quotidienne, est une réalité tangible auprès des plus jeunes. Les faits démontrent également qu'une écoute et un suivi attentif de leurs besoins apportent des réponses à des questions apparemment insolubles à l'échelle d'une seule entreprise.

L'union fait donc la force : en quelques mois, nous avons enregistré plus de 300.000 inscriptions et l'ensemble des 200.000 abonnements co-financés et mis à disposition par l'Etat et la presse ont été épuisés en un temps record, tout en respectant la grande diversité d'une presse nationale, régionale et départementale. Cette diversité de la presse quotidienne française fait sa force et sa richesse. Et il est essentiel qu'à travers la campagne Mon Journal Offert, les jeunes français aient l'occasion de découvrir cette diversité.

300.000 jeunes séduits par l'opération, cela représente près de 6% de l'ensemble des 18 à 24 ans. C'est un résultat exceptionnel ! C'est une performance d'autant plus remarquable qu'elle se double d'un niveau de satisfaction particulièrement élevé auprès des bénéficiaires, mais aussi d'une amélioration très sensible de la perception qu'ils se faisaient de la presse quotidienne. Cela permet d'entrevoir une évolution positive de leurs pratiques d'information.

« L'ennui baisse, la motivation augmente ».... Cette observation tirée de l'étude d'impact que nous avons conduite en mai dernier doit nous encourager.

Elle crée une dynamique favorable à l'achat des éditions papier, en général : celle du quotidien de référence ou celles d'autres publications. Ainsi, plus de la moitié des bénéficiaires qui déclarent acheter d'autres numéros du quotidien auquel ils se sont abonnés ou d'un autre quotidien, ne le faisaient pas auparavant. L'opération « Mon Journal Offert » crée en effet l'opportunité d'une prise en main et un désir d'information ; or sans opportunité, il n'y a pas de désir possible. Elle laisser également à l'habitude de lecture le temps de s'installer.

A l'issue du bilan que nous venons de faire de la première saison, un premier constat s'impose : la lecture des éditions Internet évolue parallèlement à celles du papier. L'abonnement à « Mon Journal Offert » entraîne de nouvelles pratiques d'accès aux médias qui s'enrichissent mutuellement. 62% des abonnés à « Mon journal offert » ont ainsi déclaré lire l'édition web du quotidien qu'ils ont choisi depuis l'opération. Parmi eux, la moitié ne le faisait pas du tout et, en tout état de cause, moins souvent avant de s'abonner.

J'en conclus donc, comme toutes les études d'audience le démontrent d'ailleurs, que les comportements évoluent, que les nouveaux lecteurs sont de grands consommateurs potentiels d'information. Ils « zappent » d'un titre à l'autre et d'un média à l'autre, beaucoup plus facilement que leurs aînés. Dans ce contexte, les quotidiens trouvent une place légitime et ne sont pas négligés, y compris par les plus jeunes.

Le deuxième grand constat que je tire de cette première année d'expérimentation tient à la méthode. Elle rappelle que la démarche collective est un outil extrêmement efficace. Je considère que la mutualisation des moyens d'action et la mobilisation de tous autour d'un enjeu partagé permettent de franchir bien des obstacles. J'encourage donc fortement les nouvelles initiatives, à l'instar de celles présentées récemment par la presse quotidienne nationale et régionale autour de kiosques numériques communs. Ce sont ces démarches innovantes qui contribuent à donner un nouveau visage à la presse quotidienne. Ce sont ces initiatives qui permettent de dessiner les contours d'un nouveau lectorat pour le XXIe siècle. Pour ces projets, comme pour « Mon Journal Offert », je suis convaincu que l'esprit de rassemblement l'emportera sur la tentation de l'isolement.

Je salue donc le dynamisme de tous les titres qui ont « joué collectif » cette année. Je sais l'effort que cela représente pour leurs équipes rédactionnelles et commerciales. Je sais aussi - et nous le démontrons aujourd'hui - que cet engagement sera récompensé, cette année comme l'an passé.

Lorsqu'elle valorise ses efforts en termes de qualité de service et d'écoute de ses lecteurs, lorsqu'elle adapte ses contenus, lorsque qu'elle le fait savoir dans le cadre d'une démarche volontariste, la presse renoue avec la confiance des publics, y compris auprès des plus éloignés, y compris auprès des plus distants.

Pour cette deuxième saison, j'ai souhaité que l'on tire les enseignements de l'année passée.

Nous avons amélioré l'ergonomie du site Internet qui vous sera présenté tout à l'heure. D'importantes modifications ont été également apportées dans le processus d'inscription afin de limiter les déceptions éventuelles de jeunes abonnés qui ne pourraient pas bénéficier de leur premier choix.

La « Saison 2 » est aussi l'occasion d'associer de nouveaux partenaires, qui ont été séduits par le succès de la première année.

Tout d'abord, je tiens à saluer l'arrivée de trois nouveaux quotidiens départementaux dans le cercle des titres associés : Centre Presse à Poitiers, La Dordogne Libre à Périgueux et le Journal de la Haute Marne à Chaumont.

Le ministère de la Culture et de la Communication a par ailleurs étendu ses partenariats par des relais puissants auprès des jeunes de 18-24 ans : le site Internet Waka, les chaînes de France Télévisions et du groupe MTV Networks soutiendront la campagne de communication conçue par l'agence Leo Burnett. La campagne réalisée par l'agence de Jean-Paul BRUNIER, que je salue pour sa fidélité et son engagement, a été récompensé à juste titre l'an passé par deux prix publicitaires nationaux. Elle sera renforcée cette année par la gestion active de réseaux communautaires spécifiquement consacrés à l'opération.

Enfin, nous avons conclu un partenariat privilégié avec l'Agence du Service Civique. Plus de 8.000 jeunes inscrits sur la communauté du Service Civique recevront un courriel, dès aujourd'hui, leur proposant de se connecter sur le site « Mon Journal Offert » afin de bénéficier de l'offre et du plus grand choix de titres disponibles. Je les invite d'ailleurs à répondre rapidement : les premiers inscrits seront les premiers servis ! Car malgré le soin que nous avons apporté pour élargir le cercle des abonnements disponibles, l'offre est limitée.

A travers ce partenariat avec l'Agence du Service Civique, conclu dans le cadre de la collaboration entre le ministère de la Culture et de la Communication et le ministère de la Jeunesse et des Solidarités Actives, je veux rappeler que «Mon Journal Offert» s'inscrit dans une démarche d'éveil à la citoyenneté. C'est le sens que lui avait d'ailleurs donné le Président de la République à l'issue des Etats généraux de la presse écrite. Créer un horizon d'attente commun, former un creuset de principes et de valeurs, susciter un intérêt pour la chose publique - la fameuse Res publica - cela passe aussi par l'accès à une information diversifiée et de qualité.

Enfin, je tiens à saluer la mobilisation exemplaire de tous les partenaires qui ont oeuvré dans les coulisses de l'opération : les équipes de l'agence Leo Burnett, celles de l'Enchanteur qui ont conçu le site Internet, l'institut « Vision Critical » qui nous a permis de réaliser l'étude d'impact de la première année, ainsi que la société A2presse qui a la délicate tâche de gérer l'ensemble des inscriptions enregistrées depuis le site.

Je ne veux pas oublier les soixante-deux quotidiens associés. Je sais combien leurs équipes contribuent avec beaucoup de dynamisme et de détermination au succès de cette deuxième édition.

Puisque j'aperçois plusieurs éditeurs dans la salle aujourd'hui, dont Francis MOREL et avant de passer la parole à Jean-Paul BRUNIER, je profite de l'occasion pour lui demander de faire part de son témoignage personnel et peut-être de ses ambitions pour cette nouvelle saison, que je déclare donc ouverte.


Je vous remercie.


Source http://www.culture.gouv.fr, le 18 octobre 2010

Rechercher