Interview de Mme Marie-Luce Penchard, ministre chargée de l'outre-mer, dans "Le Quotidien de La Réunion" du 29 novembre 2010, sur le lancement de la télévision numérique terrestre à La Réunion, la mise en place du dispositif de continuité territoriale et les nominations de commissaires au développement endogène en Outre-mer. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Marie-Luce Penchard, ministre chargée de l'outre-mer, dans "Le Quotidien de La Réunion" du 29 novembre 2010, sur le lancement de la télévision numérique terrestre à La Réunion, la mise en place du dispositif de continuité territoriale et les nominations de commissaires au développement endogène en Outre-mer.

Personnalité, fonction : PENCHARD Marie-Luce.

FRANCE. Ministre de l'outre-mer

ti : - Vous venez d’être confirmée à votre poste de ministre de l’Outre-mer par le président de la République. Après avoir mis en œuvre la Lodeom et une partie des mesures issues du conseil interministériel de l’outre-mer, quelle sera votre feuille de route pour les mois qui viennent ?

En accord avec le Président de la République et le Premier Ministre, je souhaite inscrire mon action en faveur de l’Outre-mer dans la continuité. Nous avons effectivement accompli un important travail au travers de l’application de la Lodéom et des 137 mesures du Conseil Interministériel de l’Outre-Mer. Parmi mes priorités pour la période qui s’ouvre, figurent les évolutions institutionnelles dans quatre territoires : la mise en œuvre d’une collectivité unique en Martinique et en Guyane, l’organisation du futur département de Mayotte, le 101ème département français et la réforme de la loi électorale en Polynésie française. Vous pouvez le constater, le programme de travail est chargé. Comme je le fais pour l’ensemble des territoires, je suivrai avec attention les projets réunionnais, qu’il s’agisse du protocole de Matignon ou du dossier du logement social par exemple. 2011 sera l’année des Outre-mer, décidée par le Président lors du CIOM. J’aurai à cœur de faire évoluer les regards sur les territoires ultramarins afin que leurs richesses soient mises à l’honneur. Et puis, je ne manquerai pas d’inscrire l’outre-mer dans le grand débat sur la dépendance car cette question est aussi un véritable enjeu pour maintenir la cohésion sociale au sein de nos sociétés ultramarines.

- Votre visite à la Réunion colle avec le lancement de la TNT. Les téléspectateurs réunionnais n’auront droit qu’à 10 chaînes contre 18 en métropole. Pourquoi un tel bouquet au rabais ne comprenant ni TF1 ni M6 ?

Permettez-moi de ne pas partager votre approche de l’arrivée de la TNT en Outre-mer. Il s’agit d’une promesse de Nicolas Sarkozy qui se concrétise afin de lutter contre le désenclavement des territoires. Le téléspectateur réunionnais va passer de 4 chaînes analogiques à 10 chaînes numériques. C’est un véritable progrès pour les téléspectateurs. Le Gouvernement a décidé de diffuser toutes les chaînes du service public sur la TNT, ce qui n’est pas le cas en métropole puisque France24 par exemple n’est pas disponible. Par ailleurs, je tiens à rappeler que le choix des chaînes diffusées sur la TNT appartient aux dirigeants de ces chaînes et non au gouvernement.

- Les moyens affectés à RFO dans le cadre de la TNT sont ils suffisants pour lui permettre de tirer son épingle du jeu et de proposer ses propres programmes ?

Oui, car France télévision a mobilisé 30 millions d’euros pour les 3 années qui viennent. Au regard du contexte économique, je salue l’effort qui est fait en faveur de l’audiovisuel Outre-mer. Ce budget permettra à RFO de développer la production locale et de promouvoir les télé-pays, qui mettent en valeur la richesse de l’identité de nos territoires.

- En matière d’aide à l’achat de billets d’avion, la dotation de continuité territoriale de l’Etat sera-t-elle bien, comme annoncé, de 8 millions d’euros en 2010 et en 2011 pour La Réunion ?

Le dispositif de continuité territoriale se met en place avec des critères identiques pour tous les territoires. L’Etat consacrera 45M€ par an à cette politique pendant les trois prochaines années. Depuis la reprise du dispositif en août, et jusqu’à la fin de l’année, l’Etat consacre 4 M€ pour aider les réunionnais dans l’achat de leurs billets d’avion. Pour 2011, l’Etat a prévu 8 Millions d’Euros d’aides, auxquels s’ajoutent un engagement de 8M€ de la Région. Vous pouvez le constater, l’Etat a tenu ses engagements.

- Les 16 millions d’euros économisés par l’Etat en 2008 et 2009 suite à l’interruption du dispositif par la Région pourront-ils venir abonder l’enveloppe 2011 si cette dernière se révèle insuffisante pour faire face aux demandes des Réunionnais ?

Dans l’esprit de la LODEOM, l’Etat reprend en main le dispositif de continuité territoriale afin d’assurer pour tous nos concitoyens ultra-marins un accès équitable à ces aides. Laissons au dispositif le temps de se mettre en place. Nous ferons à l’été prochain une évaluation de son efficacité par rapport aux objectifs que nous lui avons donné : aider à se rendre en métropole les personnes qui ont un projet professionnel et souhaitent se former, les personnes qui veulent étudier et ne trouvent pas leur voie dans leur territoire, ou les personnes qui doivent se rendre en métropole pour des raisons personnelles et n’en ont pas les moyens.

- Trois commissaires au développement endogène viennent d’être nommés afin de réduire la dépendance des territoires ultramarins par rapport à la métropole. Cet objectif est-il réaliste à La Réunion, qui n’a pas rattrapé son retard sur les autres départements et détient le record de France du chômage avec près de 30% de la population active ?

Le commissaire au développement endogène, fonction créée lors du Conseil interministériel de l’Outre-mer, a reçu pour objectif de structurer les filières pour créer les conditions de réussite du développement endogène. Le développement économique des Outre-mer ne réside pas uniquement dans le lien avec la métropole, mais bien dans la capacité à valoriser leurs économies pour conquérir de nouveaux marchés dans leur environnement régional. C’est de cette manière que l’économie locale pour se développer et créer, à terme, des emplois. Car vous avez raison de le souligner, le taux de chômage à La Réunion est élevé et nous devons plus que jamais tout mettre en œuvre pour qu’il baisse. Plus généralement, l’emploi est l’une des priorités que le Président de la République et le Premier ministre ont exprimées pour les mois à venir.

- Le RSA va être étendu à La Réunion au premier janvier 2011. Que répondez-vous au conseil général qui dénonce un déficit de compensation de l’Etat de l’ordre de 40 millions d’euros ?

Les règles de compensation des transferts de compétences sont fixées de longue date. Elles ont été établies lors des premières lois de décentralisation. Le transfert du Revenu de Solidarité Active a été organisé selon ces règles de compensation pour tous les départements de la métropole. Ce sont les mêmes règles qui seront appliquées pour les transferts dans les départements d’Outre-mer à compter de janvier 2011. Il n’y a aucune raison objective de déroger au droit commun.


Source http://www.outre-mer.gouv.fr, le 2 décembre 2010

Rechercher