Conseil des ministres du 21 avril 2010. La situation du trafic aérien suite à l'éruption volcanique en Islande. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 21 avril 2010. La situation du trafic aérien suite à l'éruption volcanique en Islande.

Personnalité, fonction : BORLOO Jean-Louis.

FRANCE. Ministre d'Etat, ministre de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat; FRANCE. Parti radical, président

ti : Le ministre d'État, ministre de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat, a présenté une communication relative à la situation du trafic aérien suite à l'éruption volcanique en Islande.

L'éruption du volcan Eyjafjalla en Islande a provoqué la formation d'un nuage de cendres volcaniques sur le nord de l'Atlantique. Compte tenu des risques que présentent ces cendres pour les aéronefs et donc pour la sécurité du trafic aérien, l'ensemble des autorités européennes de l'aviation civile a décidé de fermer les aéroports touchés par le nuage de cendres.

Le Premier ministre a immédiatement réuni l'ensemble des ministres concernés afin de mettre en place la coordination interministérielle de cette crise.

Des réunions régulières lui permettent de suivre la situation et d'adapter le dispositif au plus près de l'évolution du phénomène.

Une cellule de crise a été mise en place au ministère chargé de l'écologie et du développement durable avec les professionnels concernés, depuis le samedi 17 avril, pour assurer la coordination du retour des passagers bloqués à l'étranger, par le renforcement des capacités aéroportuaires encore utilisables et la gestion coordonnée de l'acheminement terrestre des passagers par des moyens exceptionnels de la SNCF et des transporteurs par autocars.

Une réunion exceptionnelle des ministres européens des transports, le lundi 19 avril, a permis la réouverture progressive des aéroports au trafic, en approuvant la procédure proposée par l'agence Eurocontrol. Cette procédure repose sur la définition d'une « zone de prudence » où les vols peuvent être autorisés à nouveau après des tests d'évaluation permettant de garantir la sécurité des passagers.

La France a donc autorisé dès le mardi 20 avril au matin la reprise de vols commerciaux sur l'ensemble des aéroports, dans des conditions strictes de sécurité : tous les vols ont lieu dans des corridors autorisés, empruntés au préalable par un vol d'évaluation (sans passagers), et après vérification approfondie des appareils.

Environ un tiers des vols commerciaux habituels a ainsi pu être assuré dès mardi, avec une priorité aux vols permettant le rapatriement du plus grand nombre de passagers bloqués.

Le ministère de l'économie, de l'industrie et de l'emploi a réuni mardi un groupe de travail afin d'expertiser les conséquences économiques de la situation.

Rechercher