Interview de M. Brice Hortefeux, ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration, à RTL le 31 décembre 2010, sur la mobilisation des forces de police et de gendarmerie en fin d'année, les chiffres de la sécurité routière et la lutte contre la violence dans les transports en commun. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Brice Hortefeux, ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration, à RTL le 31 décembre 2010, sur la mobilisation des forces de police et de gendarmerie en fin d'année, les chiffres de la sécurité routière et la lutte contre la violence dans les transports en commun.

Personnalité, fonction : HORTEFEUX Brice.

FRANCE. Ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration

ti : C'est donc aujourd'hui, la Saint-Sylvestre. L'année dernière, vous aviez mobilisé 10 000 fonctionnaires de police et de gendarmerie, de plus que l'année précédente. Cela faisait 45 000 personnes en tout. Est-ce que vous renouvelez ce dispositif ?
 
Bon, d'abord traditionnellement, les périodes de fin d'année, sont des périodes à risques. Et il y a 3 types de risques. Il y a le risque terroriste, qu'il ne faut pas sous-estimer, qu'il faut...
 
Plus fort que l'année dernière ?
 
Il faut ni le sous-estimer, ni le surévaluer, mais j'observe ce qui se passe dans d'autres pays d'Europe. Donc ça veut dire, qu'il faut être vigilant et donc le plan Vigipirate rouge renforcé, est donc maintenu, ce qui entraîne la mobilisation, puisque vous parliez d'effectifs, de 3400 policiers et gendarmes et de 1000 militaires. Et il y a un deuxième type de risques, ce sont les risques domestiques. C'est-à-dire de l'incendie du sapin, jusqu'à des déficiences de chauffage et puis il y a les risques naturellement dès lors qu'il y a rassemblement, dès lors qu'il y a foule. Alors face à cela, bien évidemment, on ne reste pas les bras ballant, on agit, on anticipe, j'ai donné des instructions aux préfets à la fin du mois de novembre. J'ai réuni les préfets de zones, je me déplace d'ailleurs toute la journée, pour vérifier sur place à Lyon, à Nantes et puis naturellement cette nuit à Paris, pour vérifier que les instructions que j'ai données sont bien respectées. Et pour soutenir aussi, les policiers, les gendarmes et les pompiers, parce que comme vous, ils travaillent le 31 décembre et le 1er janvier.
 
Sur le nombre, 45 000 c'est ça ?
 
Non, ce chiffre n'est pas bon, le chiffre exact c'est 71 unités mobiles, c'est-à-dire d'escadrons de gendarmerie et compagnies de CRS. C'est-à-dire en réalité 6000 policiers et gendarmes de plus qu'il n'y en a traditionnellement. C'est-à-dire qu'au total, ça fait très exactement, 53 820 policiers et gendarmes et je précise d'ailleurs que c'est 8060 sur Paris auxquels s'ajoutent les 2200 pompiers.
 
Brice Hortefeux, donc 53 000 policiers, l'année dernière, déjà vous aviez doublé le nombre d'interpellations, le nombre de garde à vue, et pourtant, il y avait eu seulement 10 voitures brûlées de moins que l'année précédente. Donc la mobilisation n'empêche pas justement ce petit concours un peu stupide des voitures brûlées comme chaque année ?
 
Oui, effectivement, j'ai constaté qu'il existait, quand j'ai pris mes fonctions, une tradition qui est une tradition malsaine, qui est celle du concours des véhicules brûlés à l'occasion des grandes fêtes. Que ce soit à l'occasion d'ailleurs du 14 juillet, ou des la nuit de la Saint-Sylvestre.
 
Mais là vous dites, vous n'allez pas publier demain matin, le décompte ?
 
 J'ai décidé d'y mettre fin et je l'ai annoncé d'ailleurs dès le 14 janvier dernier et je m'y suis tenu, le 14 juillet, je n'ai pas communiqué, et je ne communiquerai pas demain sur ce sujet.
 
Mais c'est en cassant le thermomètre qu'on fait baisser la température ?
 
Attendez ! Je vais jusqu'au bout. Il ne s'agit pas de cacher ou de masquer, mais d'interrompre, un concours qui est aussi stupide que dangereux. Concours qui consiste à brûler les voitures des honnêtes gens. En revanche, dans le courant du mois de janvier à l'occasion de la présentation des résultats de la lutte contre la délinquance, je communiquerai de manière précise, détaillée, et transparence sur ce sujet.
 
Brice Hortefeux, depuis le remaniement vous êtes également en charge de la Sécurité Routière, le nombre de mort sur la route n'avait quasiment pas baissé, en 2009, par rapport à 2008. Et le Gouvernement avait fixé pour objectif, cette année, moins de 4000 morts. Où en est-on ?
 
D'abord, les résultats sont encourageants. Ils sont naturellement, ils doivent encore s'améliorer, mais les résultats sont encourageants.
 
On est sous les 4000 ?
 
Attendez, j'ai les résultats sur 51 semaines sur les 52, sur 51 semaines, il y a une baisse du nombre de tués de 6,7 % et une baisse de 9,45 % des blessés. Et j'ajoute qu'il y a un élément très positif, aussi, c'est que le nombre des motards tués est là aussi en diminution de près de 20 %, alors que ça constituait vraiment une préoccupation majeure. Ca signifie donc pour répondre, très exactement à votre question, que très vraisemblablement, le nombre de tués, devrait se situer au 31 décembre, donc aujourd'hui, aux alentours de 4000. 4000, c'est naturellement, 4000 de trop, mais c'est à comparer...
 
Sous les 4000.
 
Aux alentours de 4000, c'est à comparer aux 8200 tués qu'il y avait, il y a 10 ans. Ca signifie qu'il y a une capacité de progression, que les résultats sont extrêmement encourageants, et j'ajoute d'ailleurs que sur les 3 jours de Noël, si l'on compare aussi sur la période précédente, c'est avec l'année 2009, le meilleur résultat. En 2001, il y avait 72 tués sur les 3 jours, autour de Noël et là, il y en a eu 18. Donc ce sont des résultats encourageants...
 
On va finir l'année sous les 4000, Nicolas Sarkozy...
 
Aux alentours des 4000.
 
Nicolas Sarkozy avait fixé pour objectif en 2012, 3000 morts et c'est vrai que dans ce contexte, les associations qui luttent contre la violence routière, s'inquiètent du message laxiste envoyé par des députés UMP avec l'assouplissement du permis à points ?
 
En tout cas, ces résultats sont la conséquence d'une politique...
 
Donc il faut la poursuivre cette politique ?
 
Cette politique démontre que la mortalité sur les routes n'est pas une fatalité....
 
Alors pourquoi envoyer un message contraire, comme l'ont fait des députés UMP ?
 
Non, mais attendez, que nous pouvons progresser grâce à l'Education, grâce à la prévention et effectivement grâce à la prévention. C'est grâce à ces 3 éléments que nous pouvons encore améliorer ces résultats très encourageants.
 
Vous regrettez, que les députés UMP soient allés jusqu'au bout, en assouplissant, contre votre avis, ce permis à points ?
 
Ecoutez, ce n'était pas la position du Gouvernement, vous le savez, les parlementaires ont décidé d'assouplir légèrement, le dispositif, en clair, ça permet de récupérer les points sur 2 ans, au lieu de 3 ans. Mais je rappelle que 90 % des conducteurs disposent d'au moins 10 points et 75 % des conducteurs ont la totalité de leurs points.
 
Brice Hortefeux, presque 40 % de violence en plus, dans les transports en commun et franciliens. Vous avez annoncé hier, la distribution de milliers de flyers, de prévention pour donner quelques conseils de prudence, est-ce que c'est ça franchement qui peut convaincre des voleurs qui sont parfois très violents de faire attention, les flyers ?
 
D'abord, j'observe effectivement, il faut savoir tout d'abord de quoi l'on parle.
 
Des smartphones.
 
Il y a une augmentation, prenons, ce qui s'est passé sur le mois de novembre. Le mois dernier, on a les résultats complets. Il y a eu 1071 objets dérobés avec violence dans le métro et là-dessus sur ces 1071, 75 % concernaient des smartphones...
 
Des iPhone, des choses comme ça.
 
Donc 75 % et pour ce chiffre de 75, c'est d'ailleurs aussi le cas des vols avec violence, 75 % encore une fois, des vols avec violence...
 
Ce n'est pas les flyers qui vont faire baisser des chiffres ?
 
Face à cela, j'ai décidé de prendre plusieurs mesures. D'abord, il y a les mesures concernant les organisations des forces de sécurité. Mais et notamment avec la possibilité pour les agents de la RATP, de la SNCF, de procéder à des contrôles d'identité, de faire interdire un certain nombre de sites, ainsi de suite... mais il y a deux mesures essentielles très concrètes. Première mesure, c'est effectivement de distribuer des documents pédagogiques, en plusieurs langues, de manière à expliquer aux interlocuteurs qu'il ne faut, si possible éviter de téléphoner quand on est dans des espaces publics, et si on le fait par exemple, dans un métro, c'est tout bête, mais éviter de se mettre côté voie, il vaut mieux être côté mur. Parce que les exemples récents, nous montrent qu'il y a danger. Et puis, il y a une deuxième mesure très importante, c'est que nous allons dans le cadre de la LOPPSI 2 qui est la loi, qui sera définitivement votée en début d'année...
 
Sécurité intérieure.
 
La loi sur la sécurité intérieure, nous allons changer le système des téléphones. C'est-à-dire que jusqu'à présent lorsqu'il y avait un téléphone dérobé, on pouvait bloquer la carte SIM et dorénavant on pourra bloquer le téléphone. Ca veut dire que cela sera beaucoup moins attractif naturellement de dérober un téléphone. C'est ce qui s'est passé, il y a 20 ans, avec les autoradios, il y avait des vols d'autoradios et on a trouvé les moyens techniques pour le dissuader.
 
Brice Hortefeux, deux choses : d'abord, Wikileaks, le quotidien espagnol El Pais publie une note diplomatique anonyme, indiquant que le président gabonais Omar Bongo aurait financé des partis politiques de gauche et de droite et notamment Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy ?
 
Oui, c'est une méthode quand même, assez curieuse et assez étonnante, que vous relayez d'ailleurs. C'est-à-dire que l'on commence par affirmer doctement quelque chose, et dans un deuxième temps et quasi simultanément, on explique que naturellement tout ceci n'est pas vérifiable, n'est pas démontrable et qu'il faut être très prudent. Ecoutez, ça ne mérite pas plus.
 
Deuxième chose, un sondage publié par VSD HARRIS, qui vous place 2ème dans les personnalités politiques les plus agaçantes, derrière Ségolène Royal.
 
Ecoutez, j'ai vu que j'étais avec du beau monde. Puisqu'il y a Johnny Hallyday, il y a Alain Delon, beaucoup de personnalités, donc je ne sais pas quel est le critère. J'ai lu que Ségolène Royal s'en était émue. Elle avait donc...
 
Oui, parce qu'elle a dit, qu'il y avait une manoeuvre sondagière.
 
Ecoutez, en tout cas, s'il y a manoeuvre, en tout cas, elle n'est pas à mon profit. Mais je n'en dis rien.
 
20 heures, ce soir, sur RTL et à la télévision, Nicolas Sarkozy, vous allez regarder ? Il y a quelque chose à en attendre ?
 
Ecoutez, je ne sais pas ce qu'il dira. Mais je suis sûr le connaissant, qu'il souhaitera que 2011, soit une année utile.
 
Meilleure que 2010 pour lui ?
 
Oh ! Je ne pense pas que ce soit lui, sa préoccupation. Je pense que c'est notre pays et je suis convaincu qu'il souhaite que 2011, soit une année utile. Qu'est-ce que ça veut dire une année utile ? C'est-à-dire une année, dans laquelle on poursuit les réformes afin de préserver notre mode de vie et d'assurer la cohésion de notre pays.
 
Source : Premier ministre, Service d'Information du Gouvernement, le 4 janvier 2011

Rechercher