Déclaration de M. Alain Juppé, ministre de la défense et des anciens combattants, en réponse à une question sur la signature d'un accord entre la France et la Russie pour la construction de batiments de prospection et de commandement de classe Mistral destinés à la marine russe, à l'Assemblée nationale le 25 janvier 2011. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Alain Juppé, ministre de la défense et des anciens combattants, en réponse à une question sur la signature d'un accord entre la France et la Russie pour la construction de batiments de prospection et de commandement de classe Mistral destinés à la marine russe, à l'Assemblée nationale le 25 janvier 2011.

Personnalité, fonction : JUPPE Alain.

FRANCE. Ministre d'Etat, ministre de la défense et des anciens combattants

Circonstances : Questions d'actualité à l'Assemblée nationale, le 25 janvier 2011

ti :
Monsieur le Député, j'ai accueilli en effet, ce matin, à Saint-Nazaire, M. Igor Setchine, qui est le premier vice-Premier ministre russe. Cela m'a permis de lui exprimer la compassion et la solidarité du gouvernement français - et au-delà, j'en suis sûr, du peuple français - devant l'acte barbare de terrorisme qui a été perpétré à Moscou.

Nous avons ensuite signé, en présence de M. le Président de la République, l'accord intergouvernemental qui prévoit la construction de quatre bâtiments de projection et de commandement, de classe Mistral, destinés à la marine russe. Les deux premiers de ces bâtiments seront construits en France, les deux suivants en Russie, sur la base d'un partage de la charge de travail équilibré, moitié-moitié.

Cet accord prévoit le transfert des technologies de la construction des coques. Ces bateaux seront livrés non armés. L'accord prévoit aussi le transfert de technologies dans le domaine de la gestion de l'information et des communications, à l'exclusion de celles qui relèvent de l'OTAN ou qui sont nécessaires à la sécurité de nos forces.

L'accord sera complété par un protocole d'accord signé entre les industriels, DCNS d'un côté, et son équivalent russe de l'autre.

Comme vous l'avez dit, cet accord, qui a été négocié dans un temps relativement court, de dix-huit mois, illustre l'excellence de la construction navale française, qui était confrontée à une concurrence internationale sévère.

Ses retombées sont considérables. Ce sont 6,2 millions d'heures de travail et 1 200 emplois garantis pendant quatre ans, pour STX et pour DCNS. Et je dois dire que les ouvriers des chantiers navals qui étaient là, devant nous et devant le président de la République, étaient heureux de la confirmation de cette commande.

On évoque parfois quelques risques, notamment celui d'une concurrence russe à l'exportation. Nos industriels ont confiance en leur capacité à maintenir leur avance technologique.

Quant au risque politique, on ne peut pas à la fois dire aux Russes qu'ils sont nos partenaires et ne pas leur faire confiance.


Source http://www.defense.gouv.fr, le 27 janvier 2011

Rechercher