Entretien de Mme Michèle Alliot-Marie, ministre des affaires étrangères et européennes, avec le quotidien "The Times of India" (site Internet) le 23 février 2011 à Paris, sur les relations franco - indiennes, notamment en matière de coopération technologique ou de lutte contre le terrorisme. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Entretien de Mme Michèle Alliot-Marie, ministre des affaires étrangères et européennes, avec le quotidien "The Times of India" (site Internet) le 23 février 2011 à Paris, sur les relations franco - indiennes, notamment en matière de coopération technologique ou de lutte contre le terrorisme.

Personnalité, fonction : ALLIOT-MARIE Michèle.

FRANCE. Ministre d'Etat, ministre des affaires étrangères et européennes

ti : Q - In what specific ways can France and India carry out the «joint work» mentioned in the President Sarkozy-Prime Minister Singh statement in Delhi last month within the UNSC and G20? What type of reform of the UNSC would France like to see?

R - La présence de l’Inde au Conseil de sécurité depuis le 1er janvier et la Présidence française du G20 constituent un contexte exceptionnellement favorable. Il nous offre une occasion historique d’approfondir les échanges entre nos deux pays sur l’ensemble des grandes questions internationales.

Le Sommet du G20 sera un rendez-vous très important pour l’économie mondiale. Le président de la République l’a dit : il veut un G20 d’actions et de résultats. Les trois principales priorités de la Présidence française seront : la réforme du système monétaire international, la lutte contre l’instabilité des prix des matières premières, et la réforme de la gouvernance mondiale. L’Inde et la France peuvent contribuer ensemble à apporter des solutions originales et efficaces. Je pense en particulier à la régulation des marchés des produits alimentaires, ou à la diversification des monnaies de réserve.

En ce qui concerne la réforme du Conseil de sécurité des Nations unies, la France soutient depuis longtemps la candidature de l’Inde à un siège permanent. Il faut désormais traduire ce soutien dans les faits, et donner l’impulsion politique décisive sans laquelle le processus de réforme progressera trop peu ou trop lentement. Aussi nous proposons que le G20, dans le cadre de ses réflexions sur la gouvernance mondiale, puisse discuter de la réforme du Conseil de sécurité.

Q - Has an agreement been reached for Dassault to upgrade the fleet of Mirage 2000s in the Indian Air Force? Roughly, to what extent would Dassault benefit financially from such an agreement?

R - Les négociations se sont déroulées tout au long de l’année 2010. Elles ont atteint un niveau de maturité qui laisse espérer une signature très prochaine des contrats. L’offre de rénovation des 51 Mirage 2000 de l’armée de l’air indienne consiste en une profonde refonte de leurs équipements électroniques. Il s’agit de redonner aux avions des capacités opérationnelles de premier plan et leur permettre de remplir des missions polyvalentes pour une vingtaine d’années supplémentaires. Ce projet est mené par les industriels Thales et Dassault pour la modernisation des avions et par l’industriel MBDA pour la fourniture des missiles.

Q - What would the SRSAM and Kaveri programmes between France and India entail?

R - Ces deux programmes sont des programmes de co-développement : un missile de défense aérienne courte portée pour le programme SRSAM (également baptise Maitri) et un moteur d’avion de combat pour le programme Kaveri.

Dans les deux cas, il s’agit de capitaliser sur les savoir-faire techniques indien et français pour développer ensemble, et dans des délais courts, de nouveau équipements de pointe destinés à répondre au plus vite aux nouveaux besoins des forces armées.

Q - The Sarkozy-Singh statement cited counter terrorism as a «core issue» of bilateral strategic co-operation between France and India. In what ways can this co-operation be enhanced?

R - Cette priorité accordée à la lutte contre le terrorisme résulte d’un constat simple : l’Inde et la France font face à une même menace, que ce soit sur nos territoires nationaux ou contre nos présences respectives en Afghanistan.

Le Premier ministre Singh et le président Sarkozy ont convenu que nos deux pays devaient échanger de manière plus systématique et approfondir leurs analyses sur les menaces, sur les mouvements terroristes et leurs modes de fonctionnement en particulier. Nous allons encore développer nos échanges d’expérience et d’expertise dans tous les domaines d’intérêt commun: formation, équipements, techniques d’investigation, etc. Notre coopération dans la lutte contre le terrorisme s’inscrit également dans les enceintes multilatérales, comme les Nations unies ou le GAFI, auquel l’Inde a adhéré récemment.

Q - Could you outline how joint operations between the French and Indian navies in the Indian Ocean to combat piracy will work?

R - La lutte contre la piraterie, dans le Golfe d’Aden et au-delà, constitue un thème de coopération privilégié. Nous avons identifié des pistes pour approfondir notre collaboration : complémentarité opérationnelle, participation conjointe au développement des capacités régionales, et traitement judiciaire des auteurs d’actes de piraterie.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 28 février 2011

Rechercher