Déclaration de Mme Nadine Morano, ministre de l'apprentissage et de la formation professionnelle, sur l'accès des demandeurs d'emploi aux formations débouchant sur un emploi dans la cadre de la préparation opérationnelle à l'emploi (POE), Paris le 22 mars 2011. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Nadine Morano, ministre de l'apprentissage et de la formation professionnelle, sur l'accès des demandeurs d'emploi aux formations débouchant sur un emploi dans la cadre de la préparation opérationnelle à l'emploi (POE), Paris le 22 mars 2011.

Personnalité, fonction : MORANO Nadine.

FRANCE. Ministre de l'apprentissage et de la formation professionnelle

Circonstances : Signature de la charte d'engagements communs pour le développement de la préparation opérationnelle à l'emploi (POE) à Paris le 22 mars 2011

ti :


Ce qui nous rassemble aujourd’hui, c’est une même ambition au service des demandeurs d’emploi de notre pays.

Chacun d’entre nous, dans nos fonctions respectives, combien de fois avons-nous entendu dire « on m’a proposé une formation, mais sans rapport avec l’emploi que je recherche » ? Ou au contraire « j’aurais bien voulu recruter cette personne, mais elle n’avait pas tout à fait la formation requise » ? Ou encore « il y a des offres d’emploi qui restent vacantes alors qu’il suffirait de donner aux demandeurs d’emploi la formation adéquate » !

Quand on est attaché, comme nous le sommes tous ici, à la valeur de formation professionnelle, de telles interrogations ne peuvent rester sans réponse.

C’est pourquoi je vois dans le développement de la Préparation opérationnelle à l’emploi (POE) une démarche partenariale particulièrement innovante, qui doit être soutenue, encouragée, diffusée le plus largement possible. Permettre à un demandeur d’emploi d’accéder à une formation en lui donnant la certitude qu’elle débouchera sur un emploi, assurer à l’employeur que la personne qu’il recrute a bien les compétences nécessaires pour s’intégrer rapidement dans l’entreprise, tel est l’objet de ce dispositif qui doit beaucoup à la mobilisation des partenaires sociaux. Au moment où ils négocient le renouvellement de la convention d’assurance-chômage, je veux leur dire qu’ils ont fait le bon choix en soutenant la mise en œuvre de la POE. Pour ma part, vous le savez, mon engagement est total. Le 26 janvier dernier, j’ai signé à mon Ministère la première convention-cadre, qui organisait le cofinancement de la Préparation Opérationnelle à l’Emploi (POE), entre Pôle emploi et un Organisme Paritaire Collecteur Agréé (OPCA), l’AGEFOS-PME.

Deux mois après ce lancement, je suis particulièrement heureuse de vous voir réunis aujourd’hui pour ce qui constitue véritablement un engagement exemplaire de votre part en faveur de la formation des demandeurs d’emploi.

Parlons concrètement : notre pays est confronté à un double défi majeur en matière d’emploi. D’un côté, le taux de chômage atteint 9,2% de la population active (au 4e trimestre 2010), et surtout 22,3% pour les jeunes de moins de 25 ans (au 4e trimestre 2010). De l’autre, de nombreuses entreprises rencontrent de réelles difficultés pour recruter car elles n’arrivent pas à trouver de candidats avec les bonnes qualifications.

Face à cette situation, qui préoccupe, vous le savez, l’ensemble de nos compatriotes, la mobilisation du Gouvernement, et celle de l’ensemble des acteurs de l’emploi et de la formation professionnelle, commence à porter ses fruits. Les premiers résultats de 2011 sont encourageants : en janvier dernier, la baisse du nombre de demandeurs d’emploi a été de 19 300 personnes pour la catégorie A (-0,7% par rapport à décembre 2010).

Mais nous devons poursuivre, et accentuer, nos efforts pour continuer à faire baisser le chômage et former plus de demandeurs d’emploi vers les métiers vraiment porteurs d’emplois. Je rends hommage aux désormais quatorze OPCA qui ont signé ce matin cette charte :

* AGEFOS-PME (interprofession : plus de 40 branches représentées)
* OPCALIA (interprofession : 15 branches et 11 secteurs professionnels représentés)
* AFDAS (spectacle)
* AGEFAFORIA (industries agroalimentaires)
* ANFA (construction automobile)
* FAFIH (hôtellerie et restauration)
* FAFSEA (secteur agricole)
* FORMAHP (hospitalisation privée lucrative)
* FORTHAC (textile, habillement, maroquinerie)
* OPCA 2 (coopératives agricoles)
* OPCA TRANSPORTS (transport)
* OPCAIM (métallurgie)
* UNIFAF (métiers du médico-social non lucratif)
* UNIFORMATION (économie sociale)

L’effort conjugué de ces quatorze OPCA représente 3,25 milliards d’euros, soit 52% de la collecte totale des fonds de la formation professionnelle auprès des entreprises.

Je veux aussi publiquement remercier Christian CHARPY pour son engagement sans faille et sa détermination à promouvoir la POE.

Je tiens également à saluer la présence parmi nous de Djamal TESKOUK, qui montre une nouvelle fois tout l’intérêt que le Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels (FPSPP) porte au déploiement de la POE.


La charte que vous signerez tout à l’heure comporte trois objectifs

Le 1er objectif c’est la promotion de la POE au sein des entreprises qui sont confrontées en permanence à la difficulté de recruter des personnels qualifiés à leurs métiers.

Je connais les difficultés du secteur des transports, où il n’est pas évident de recruter des ouvriers qualifiés en manutention et des conducteurs de véhicules. (OPCA TRANSPORTS)

Je connais aussi les tensions qui apparaissent dans l’hôtellerie et la restauration, pour recruter des employés et des cuisiniers. (FAFIH)

Je pense aussi aux difficultés pour recruter des aides à domicile (UNIFORMATION) et des aides soignants (FORMAHP).

Je veux que les entreprises de notre pays, dans chaque branche, dans chaque secteur d’activité, dans chaque territoire, aient connaissance de ce dispositif innovant et de l’intérêt qu’il représente.

Pour y parvenir, vous vous êtes notamment engagés à établir et diffuser un plan de communication sur la POE à destination de vos entreprises adhérentes. C’est un engagement concret dont je me félicite !

Mais je souhaite aussi que vous mobilisiez vos équipes pour qu’elles portent au quotidien ce dispositif auprès des entreprises.

Le 2e objectif de la charte c’est de mobiliser la POE à bon escient pour permettre aux demandeurs d’emploi d’accéder à un emploi durable

Je tiens à le rappeler, ce sont les partenaires sociaux qui sont à l’origine de la POE, telle qu’elle a été reprise par la loi du 24 novembre 2009 relative à l’orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie.

Le déploiement de la POE doit donc se faire dans le respect cette loi et dans l’esprit de ce que les partenaires sociaux ont voulu construire.

La POE est en effet un dispositif individualisé et personnalisé qui répond à la fois aux besoins de l’entreprise et du demandeur d’emploi.

Concrètement, cela veut dire que la première condition à la conclusion d’une POE, c’est l’existence d’une offre d’emploi réelle et durable. Grâce à la POE, le demandeur d’emploi doit accéder à un CDD de plus d’un an, à un CDI, ou à un contrat de professionnalisation en CDI.

C’est pourquoi, nous devons être particulièrement attentifs :

* aux caractéristiques de l’emploi qui est proposé à l’issue de la formation
* et à la bonne adéquation de la formation à l’emploi proposé

Par ailleurs, les publics les plus en difficulté, notamment les demandeurs d’emploi de longue durée et les jeunes, doivent pouvoir accéder à la POE.

Je compte donc sur votre mobilisation pour favoriser le déploiement de la POE également à destination de ces publics plus éloignés de l’emploi.

Le 3e objectif de la charte, c’est d’assurer l’évaluation et le suivi de la POE

A ce jour, 738 POE mono financées par Pôle emploi et 160 cofinancées avec un OPCA ont déjà été enregistrées. C’est la preuve que la POE connaît un succès grandissant !

Et ce succès, j’ai par exemple pu le mesurer, le 15 mars dernier, en cosignant la convention-cadre nationale entre Pôle emploi et Uniformation « pour le placement, le développement des compétences et l’accompagnement des transitions professionnelles des demandeurs d’emploi », qui mettait en œuvre la POE.

Mais pour apporter des résultats concrets en matière d’emploi et de formation des demandeurs d’emploi, le déploiement de la POE doit aussi s’accompagner d’une véritable politique de suivi et d’évaluation.

Dans notre pays, l’évaluation des dispositifs publics, en particulier en matière d’emploi, est trop souvent laissée de côté. Et je le regrette !

C’est pourquoi, j’ai tenu à ce que la charte que nous signons aujourd’hui prévoie la mise en place de véritables outils d’évaluation. Un bilan à la fois quantitatif et qualitatif devra donc être réalisé aux mois de juin et de décembre de chaque exercice.

Ce bilan permettra notamment de vérifier la qualité de l’emploi obtenu par les demandeurs d’emploi qui ont bénéficié de la POE. Il permettra également de connaitre les secteurs d’activité ainsi que le type de formation où la POE aura été particulièrement utile. Je pense en particulier aux métiers en tension, pour lesquels la POE constitue une mesure efficace afin de répondre aux besoins des entreprises qui recrutent.


Aux côtés des quatorze OPCA, qui sont en première ligne pour déployer la POE, je veux saluer le rôle central que joue le fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP).

Cette année, vous le savez, le FPSPP a en effet prévu d’engager 164,3 millions d’euros pour le financement de formations pour les demandeurs d’emploi. Dans ce cadre, je le rappelle, 25 millions d’euros sont directement consacrés au financement de la POE dans le cadre d’un appel à projets destiné aux OPCA. Cet appel à projets permettra de diriger davantage de fonds de la formation professionnelle vers les publics qui en ont le plus besoin.

Dès qu’il aura été lancé, il renforcera la mobilisation des OPCA en faveur du déploiement de la POE. C’est pourquoi, je sais pouvoir compter sur la mobilisation du FPSPP afin que cet appel à projets soit lancé très prochainement.

Car, à terme, je veux qu’un maximum d’OPCA viennent nous rejoindre dans notre mobilisation en faveur de la formation et du retour à l’emploi des demandeurs d’emploi.

Car la formation professionnelle n’est pas seulement une condition du retour à l’emploi. C’est la clé de tout progrès social. Ce matin, ensemble, nous avons fait un pas de plus dans cette voie.


Je vous remercie.


Source http://www.travail-emploi-sante.gouv.fr, le 23 mars 2011

Rechercher