Interview de M. Thierry Mariani, secrétaire d'Etat chargé des transports, à France Info le 19 mai 2011, sur l'arrestation à New York de Dominique Strauss-Kahn suivie de sa démission du FMI, le décret sur la suppression des panneaux routiers avertisseurs de radars et l'analyse des boîtes noires du vol Rio-Paris. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Thierry Mariani, secrétaire d'Etat chargé des transports, à France Info le 19 mai 2011, sur l'arrestation à New York de Dominique Strauss-Kahn suivie de sa démission du FMI, le décret sur la suppression des panneaux routiers avertisseurs de radars et l'analyse des boîtes noires du vol Rio-Paris.

Personnalité, fonction : MARIANI Thierry.

FRANCE. Secrétaire d'Etat aux transports

ti : RAPHAËLLE DUCHEMIN Bonjour Thierry MARIANI.
 
THIERRY MARIANI Bonjour.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Merci d'être avec nous en direct ce matin pour commenter l'actualité, et l'actualité elle est évidemment du côté de New-York, puisqu'on a appris ce matin la démission de Dominique STRAUSS-KAHN, elle est effective depuis 6H00 ce matin. Il a envoyé une lettre au conseil d'administration du Fonds Monétaire International. Sa position était intenable en l'état ?
 
THIERRY MARIANI Oui, je crois que sa démission était prévisible, était logique, ça lui permet de mieux préparer, je pense, sa défense, donc depuis dimanche c'était quelque chose d'inéluctable. Je le dis et je le répète, maintenant on a une affaire, une a des accusations qui sont lancées contre Dominique STRAUSS-KAHN, il y a une présomption d'innocence, on attend de voir ce que va nous dire la justice américaine.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Aujourd'hui, avec cette démission, c'est aussi la guerre de succession qui est ouverte au FMI. Vous pensez que Christine LAGARDE, dont le nom circule, est une bonne candidate pour diriger le Fonds Monétaire ?
 
THIERRY MARIANI Je suis persuadé que c'est une bonne candidate. J'ai fait quelques déplacements avec elle, notamment en Asie, j'ai pu vérifier sa popularité auprès des ministres des grands pays émergents d'Asie. Vous savez qu'elle parle parfaitement anglais, moi je pense que ce serait une très très bonne candidate. Ceci dit, ça va être difficile dans le contexte actuel, il n'y a pas que la France, hélas, qui rêve d'avoir la direction du FMI.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Est-ce que l'affaire TAPIE, par exemple, peut l'empêcher d'être une candidate crédible aujourd'hui ?
 
THIERRY MARIANI Je venais il y a quelques secondes de parler de présomption d'innocence, je la respecte pour Dominique STRAUSS-KAHN, j'aimerai par exemple que les socialistes la respectent aussi quand il y a des personnalités de droite. Aujourd'hui je ne sais pas de quoi vous parlez avec l'affaire TAPIE, il n'y a pas de mise en examen, il n'y a pas d'accusation formalisée, il y a des rumeurs. J'attends la suite.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Alors, Dominique STRAUSS-KAHN, on en parlait, c'est évidemment le grand absent aujourd'hui à la tête du FMI, c'est aussi le grand absent des sondages de ce matin, sondage pour RADIO FRANCE, FRANCETELEVISIONS, LE MONDE, sondage IPSOS réalisé sur un échantillon, hier en tout cas, de 1094 personnes, il n'apparaît plus, Dominique STRAUSS-KAHN. Et dans ce baromètre d'intentions de vote pour le premier tour de la présidentielle, c'est soit un ticket AUBRY/ SARKOZY qui est donné en tête, 27/ 21, soit un duel HOLLANDE/ SARKOZY, 29/19. Finalement, il ne faut pas se réjouir du malheur des autres, mais ce qu'on voit c'est une remontée de Nicolas SARKOZY, aussi, qui revient un petit peu plus dans la course que ce qu'il n'était face à Dominique STRAUSS-KAHN.
 
THIERRY MARIANI Vous savez, au-delà des problèmes des uns ou des autres, depuis ce week-end, il y a un président de la République qui est, je trouve, quand même, victime depuis des mois d'une campagne d'hystérie contre lui dans certains médias, quand je vois les couvertures de certains hebdomadaires, et je pense que le travail accompli par Nicolas SARKOZY depuis des années, va finir par payer. Les Français, petit à petit, se rendent compte que par exemple notre pays sort plus vite que prévu de la crise, qu'on a réalisé un taux de croissance de 1%, que personne n'attendait. Ça c'est des résultats concrets. C'est peut-être aussi grâce à ça que Nicolas SARKOZY remonte.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Ça c'est le bilan. Pour l'avenir, c'est une bonne nouvelle l'élimination de DSK ? En termes politique c'était un candidat peut-être plus dangereux pour Nicolas SARKOZY ou pas du tout ? Est-ce que vous pensez que c'est plus simple aujourd'hui face à un François HOLLANDE ou une Martine AUBRY ?
 
THIERRY MARIANI Je pense que ce sera plus clair, parce que le Parti Socialiste n'a pas changé. Son programme, qu'il est en train de ratifier, est exactement, j'allais dire issu des années 80, visiblement ils n'ont pas compris que le monde a changé. Au moins avec François HOLLANDE, ou Martine AUBRY, on sait que c'est le Parti Socialiste, je veux dire l'emballage ne trompe pas.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Mais ça ne sera pas non plus la même stratégie de votre côté, du côté de l'UMP ?
 
THIERRY MARIANI Non, mais ce sera peut-être un combat plus clair. On aura effectivement un vrai candidat de gauche, qui revendique des valeurs à gauche, et je pense que les électeurs s'apercevront que l'intérêt de la France il n'est peut-être pas là.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Venons-en à l'affaire qui fâche en ce moment au sein de la majorité, c'est celle des radars, pour résumer. Une centaine de député, ça fait quand même beaucoup, contre les mesures annoncées par le gouvernement, non, Thierry MARIANI ?
 
THIERRY MARIANI La sécurité routière c'est toujours une politique difficile, mais c'est une politique où depuis 2002 les succès sont phénoménaux. Depuis 2002, je vous rappelle, il y avait 7500 morts, il y en a eu moins de 4000 cette année, c'est-à-dire que…
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Oui, ça veut dire que ce qui avait été fait l'année dernière ça fonctionnait, aujourd'hui c'est tour de vis à nouveau.
 
THIERRY MARIANI Non, ce n'est pas… on a eu une très légère remontée, la sécurité routière c'est une politique où on doit avoir une vigilance extraordinaire, mais c'est aussi une politique qui est difficile par moment, à admettre pour nos concitoyens, parce que quand on dépasse d'un tout petit peu la vitesse, eh bien c'est dur de perdre 1 point ou 2. Depuis 2002 c'est 23 000 décès en moins, je crois que ça aussi il faut s'en souvenir.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Alors, dites-moi, il y a des panneaux qui ont été enlevés, je crois, déjà. Sur la base de quoi précisément ? Est-ce qu'il y a un texte qui autorise les préfets à agir ? Il y a eu un comité interministériel, ça c'est sûr, mais est-ce que ça a valeur de loi aujourd'hui ?
 
THIERRY MARIANI On ne fixe pas la position des panneaux au bord des routes dans une loi, donc pour enlever des panneaux en bord de routes on n'a pas besoin de loi ni de texte. Ce sont des décisions administratives quand c'est panneaux sont en bord de nationales ou bord d'autoroutes.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Les mesures, les nouvelles mesures qui ont été annoncées, ce tour de vis en fait, en termes de sécurité sur les routes, il n'y a pas besoin d'en passer par un texte, il n'y a pas besoin par exemple de demander son avis au Parlement ? Parce que c'est ce que disent les députés.
 
THIERRY MARIANI Il y a quelques points sur lesquels il faudra effectivement demander son avis au Parlement parce que c'est du législatif. La sécurité routière est du ressort du ministre de l'Intérieur, en tant que secrétaire d'Etat aux Transports, bien sûr, j'accompagne toutes ces mesures, il y aura un texte qui passera au Parlement, mais il y a sur ce dossier… je crois que c'est l'illustration du courage de cette majorité, qui consiste à dire par moment, à 1 an des élections, même si c'est impopulaire c'est quand même l'intérêt public et il faut continuer. RAPHAËLLE DUCHEMIN Catastrophe électorale disent vos amis, ceux de la droite populaire notamment, Thierry MARIANI.
 
THIERRY MARIANI Je crois qu'une catastrophe électorale ce serait si, week-end après week-end, on enregistrait encore des catastrophes humaines avec des décès qui remontaient. Je le répète, c'est 23 000 vies économisées depuis 2002, je crois que ça peut expliquer beaucoup de choses.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Et s'ils votent contre, d'éventuels textes, comment allez-vous faire ?
 
THIERRY MARIANI Le Parlement est libre, mais je connais bien mes anciens collègues parlementaires, je pense aussi qu'à un moment on trouve toujours un compromis raisonnable.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN On a beaucoup parlé en tout début de semaine des boîtes noires, on sait désormais que les enregistrements du vol Rio-Paris sont exploitables. Le chef de l'enquête affirmait hier qu'il n'y avait pas eu de dysfonctionnements majeurs de l'appareil. Vous confirmez ?
 
THIERRY MARIANI A ma connaissance le chef de l'enquête n'a rien annoncé. Qu'est-ce qui se passe. D'abord on a retrouvé ces boîtes noires, elles sont exploitables, c'est extraordinaire, extraordinaire, et bravo à la technique française. Qu'est-ce qu'on sait aujourd'hui. Il y a 700 paramètres, enfin, il y a plusieurs centaines de paramètres dans ces fameuses boîtes noires, aujourd'hui une bonne partie d'entre eux a été analysés, mais pas en totalité, et donc effectivement il y a des tendances qui semblent se dessiner, mais je ne donnerai aucun verdict parce que tant que la dernière information n'est pas délivrée, eh bien on ne peut pas dire clairement quelle est la responsabilité dans cet accident. Ceci dit, vous comprenez très bien qu'il y a des enjeux énormes, il y a un fabricant d'avions, avec le Salon du Bourget dans quelques semaines, vous avez une compagnie aérienne, vous avez des familles de victimes, donc j'attends encore d'avoir la totalité des éléments pour me prononcer sur les responsabilités.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN On le saura quand précisément ?
 
THIERRY MARIANI Je pense qu'on le saura courant… fin juin, je pense.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Merci Thierry MARIANI d'avoir été en direct avec nous sur France INFO.
 
THIERRY MARIANI Merci.
 
Source : Premier ministre,  Service d'Information du Gouvernement, le 19 mai 2011

Rechercher