Interview de M. Thierry Mariani, secrétaire d'Etat chargé des transports, à Europe 1 le 23 mai 2011, sur les mesures envisagées dans l'espace aérien français et européen face à l'irruption du volcan islandais Grimsvötn et sur la suppression des panneaux routiers avertisseurs de radars. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Thierry Mariani, secrétaire d'Etat chargé des transports, à Europe 1 le 23 mai 2011, sur les mesures envisagées dans l'espace aérien français et européen face à l'irruption du volcan islandais Grimsvötn et sur la suppression des panneaux routiers avertisseurs de radars.

Personnalité, fonction : MARIANI Thierry, CAHOUR Guillaume.

FRANCE. Secrétaire d'Etat aux transports;

ti : GUILLAUME CAHOUR Thierry MARIANI, bonjour.
 
THIERRY MARIANI Bonjour.
 
GUILLAUME CAHOUR Vous êtes secrétaire d'Etat chargé des Transports. Avec ces nouvelles menaces d'un volcan islandais sur le ciel européen, est-ce qu'il va falloir fermer l'espace aérien en fin de semaine ?
 
THIERRY MARIANI C'est trop tôt pour le dire, mais en tout cas, l'année dernière, on a eu un problème qui était totalement nouveau, qu'est-ce qu'on a fait depuis – c'est ça qui est important – qu'est-ce qu'on a fait depuis, eh bien, le mois dernier par exemple, sachez que sous l'égide d'Eurocontrol, qui est l'organisme européen qui regroupe un peu tout ce qui concerne la navigation aérienne, il y avait un exercice au niveau européen pour justement définir ensemble des paramètres en ce qui concerne la nature des centres, définir quand est-ce qu'on reprendrait ou non les vols si cet événement arrive, donc cet événement arrive, aujourd'hui, il est trop tôt pour savoir en fonction de la météo si l'Europe sera touchée. Ce qui est sûr, c'est que le jour où l'Europe sera touchée, d'abord, il y aura des vols annulés, il faut tout de suite le dire, mais surtout, on aura les éléments qui nous permettront cette fois de savoir quoi faire, quand on reprend le trafic, quand les normes de sécurité seront ou non respectées.
 
GUILLAUME CAHOUR L'an dernier, les compagnies aériennes avaient reproché au gouvernement et à l'Europe d'abuser du principe de précaution en fermant vite l'espace aérien, et en tardant à autoriser des vols tests, avec des avions d'AIR FRANCE, KLM ou BRITISH AIRWAYS, qui avaient volé, et qui avaient été analysés ensuite au sol. Est-ce que cette année, on peut envisager d'y aller un peu plus doucement sur le principe de précaution ?
 
THIERRY MARIANI C'est bien pour ça que le mois dernier, nous avons eu cet exercice avec – je le répète – les autres autorités des pays européens, parce que, effectivement…
 
GUILLAUME CAHOUR Mais est-ce qu'on peut voler dans un nuage de cendres modérées ?
 
THIERRY MARIANI Ça dépend de la qualité des cendres, voilà, il y a des cendres qui peuvent se révéler dangereuses, il y a des cendres qui peuvent se révéler sans aucun danger. Cet exercice a permis de mettre au point justement les instruments d'analyse pour ne pas abuser du principe de précaution.
 
GUILLAUME CAHOUR Imaginons jeudi, nuage de cendres au-dessus de la France, quelle est la première décision que vous prenez, est-ce que vous faites voler un avion test à ce moment-là ?
 
THIERRY MARIANI Jeudi, ça veut dire quand il sera arrivé sur la France, s'il arrive, il sera passé sur d'autres pays, les cendres auront été analysées, le niveau de nocivité des cendres sera défini oui ou non, et en accord avec les autres pays européens, si les cendres ne sont pas nocives, on fera voler des avions, si les cendres sont nocives ou présentent un risque, on ne fera pas voler d'avions. La priorité, ça doit toujours rester la sécurité sans abuser effectivement du principe de précaution.
 
GUILLAUME CAHOUR Est-ce que d'ores et déjà, vous pensez qu'il faut conseiller aux passagers de reporter leur billet s'ils le peuvent ?
 
THIERRY MARIANI Non, non, non, c'est bien trop tôt, c'est bien trop tôt, il y a des éléments météo que personne ne contrôle et que personne ne connaît, a priori dans les prochaines 48h, il n'y a pas de problème sur la France. Mais la météo est par moments imprévisible.
 
GUILLAUME CAHOUR Est-ce que vous demandez aux compagnies aériennes de prévoir des plans B en terme de chambres d'hôtel, pour les dix jours qui suivront après jeudi ?
 
THIERRY MARIANI Le plan B maintenant, j'allais dire, est quasiment prévu, puisque suite à l'épisode neigeux dans le cadre d'événements exceptionnels, eh bien, il y a un plan de réservations exceptionnel donc, on n'en est pas encore là, on verra dans 48h.
 
GUILLAUME CAHOUR Thierry MARIANI, vous êtes secrétaire d'Etat, chargé des Transports, vous êtes aussi le fondateur du collectif « La Droite Populaire », vos collègues députés ont menacé le gouvernement, notamment – on lit entre les lignes – de perturber les votes à l'Assemblée nationale si les panneaux qui indiquent les radars sont retirés, est-ce que les radars pédagogiques ont calmé les ardeurs de vos collègues ?
 
THIERRY MARIANI Ecoutez, je crois que les radars pédagogiques, c'est un point qui peut faire l'unanimité. Est-ce qu'il faut lutter contre la délinquance routière ? La réponse est oui. Est-ce que le bilan du gouvernement dans ce domaine est bon ? La réponse est oui. On a épargné quand même plus de 20.000 vies humaines depuis 2002, il faut continuer dans ce sens. Mais je pense que ces radars pédagogiques sans sanction, c'est un bon élément, quand on traverse une commune et qu'on voit qu'on est à 65 à l'heure…
 
GUILLAUME CAHOUR Donc c'est un bon compromis.
 
THIERRY MARIANI Oui, c'est une bonne solution, il n'y a pas de sanction, on est dans la prévention, on est dans l'information, et je pense quand même que le conducteur est responsable quand il voit qu'il roule trop vite par exemple dans une commune.
 
GUILLAUME CAHOUR Invités du lundi 23 mai 2011 Département Veille et Ressources d'informations – 01.42.75.54.58 10 Mais à côté, malgré tout, il y aura plus de sanctions, plus de PV, plus de permis qui vont sauter dans les mois qui viennent avant les élections.
 
THIERRY MARIANI Si jamais les automobilistes ne respectent pas les règles de sécurité, oui, il y aura peut-être aussi moins de morts.
 
GUILLAUME CAHOUR Des députés vont perdre leur siège à cause de ces mesures ?
 
THIERRY MARIANI Non, je ne pense pas. Franchement, je suis l'un des fondateurs du collectif de « La Droite Populaire », je crois quand même qu'à l'origine, c'était aussi pour certains grands engagements concernant notamment la sécurité, l'immigration, la justice, certes, c'est important les panneaux de circulation, mais ce n'est pas l'alpha et l'oméga de la politique française. Et ce qui est important, c'est de savoir, dans le domaine de la sécurité routière, est-ce que ça reste une priorité, et est-ce qu'il y a eu des résultats ? La réponse est doublement oui.
 
GUILLAUME CAHOUR Les radars pédagogiques vous incitent-ils à lever le pied ? Ils existent déjà dans des communes. 39 21, vous nous le dites sur le répondeur d'EUROPE 1. Merci Thierry MARIANI…
 
THIERRY MARIANI Merci.
 
GUILLAUME CAHOUR Secrétaire d'Etat chargé des Transports.
 
Source : Premier ministre, Service d'Information du Gouvernement, le 23 mai 2011

Rechercher