Déclaration de Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement, en réponse à une question sur les progrès réalisés dans la gestion de crise concernant les zones affectées par les éruptions volcaniques islandaises, à l'Assemblée nationale le 24 mai 2011. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement, en réponse à une question sur les progrès réalisés dans la gestion de crise concernant les zones affectées par les éruptions volcaniques islandaises, à l'Assemblée nationale le 24 mai 2011.

Personnalité, fonction : KOSCIUSKO-MORIZET Nathalie.

FRANCE. Ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Circonstances : Question posée par Mme Geneviève Colot, député (UMP) de l'Essonne, lors de la séance des questions d'actualité à l'Assemblée nationale le 24 mai 2011

ti : Madame la Députée, vous l'avez rappelé, l'an dernier l'espace européen était immobilisé par un nuage de cendres, avec des milliers de vols annulés et des millions de passagers bloqués loin de chez eux.

Samedi dernier, les volcans islandais se sont rappelés à notre bon souvenir. C'est le Grimsvötn qui est entré en éruption et qui nous menace aujourd'hui. Mais nous serons mieux préparés cette année, car nous avons tiré les enseignements de l'expérience d'avril 2010.

La priorité, c'est la sécurité. Vous l'avez dit, les cendres risquent d'endommager les moteurs des avions. Pour autant, il ne s'agit pas de fermer inutilement un espace aérien dans lequel il y aurait par exemple une faible concentration de cendres. Le principe que nous avons retenu avec Thierry Mariani est de définir des zones d'exclusion les plus réduites possible. Pour cela, nous nous appuyons sur des outils de simulation et d'analyse améliorés, ainsi que sur des vols tests qui seront menés sous la responsabilité des États. En pratique, nous allons définir des zones dangereuses autour desquelles la circulation sera possible.

Par ailleurs, nous avons aussi progressé à l'échelle européenne : Eurocontrol coordonne maintenant, par le biais d'une cellule de crise, à la fois le partage de l'information et la réponse opérationnelle, afin que celle-ci soit coordonnée entre les États. Il y a justement eu un exercice à la fin du mois d'avril, ce qui tombait bien. Les choses, disons-le, se présentent mieux qu'il y a un an. Qu'en est-il en France ? Les cendres du nuage ne devraient pas toucher notre pays avant vendredi. À ce jour, il n'est pas prévu de fermer l'espace aérien français. Naturellement, Thierry Mariani et moi-même sommes pleinement mobilisés, avec les services de l'aviation civile et de la météorologie, pour adapter ces mesures au fur et à mesure.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 26 mai 2011

Rechercher