Déclaration de M. Claude Guéant, ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration, en réponse à une question posée sur la lutte contre l'immigration irrégulière en provenance de Tunisie, à l'Assemblée nationale le 25 mai 2011. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Claude Guéant, ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration, en réponse à une question posée sur la lutte contre l'immigration irrégulière en provenance de Tunisie, à l'Assemblée nationale le 25 mai 2011.

Personnalité, fonction : GUEANT Claude.

FRANCE. Ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration

Circonstances : Question d'actualité posée par M. Christian Estrosi, député (UMP) des Alpes-Maritimes, à l'Assemblée nationale le 25 mai 2011

ti : Le gouvernement est, comme vous, décidé à lutter fermement contre toutes les formes de l'immigration irrégulière, y compris contre celle venant de Tunisie. Il n'y a aucune raison d'accepter sur notre sol des personnes qui quittent la Tunisie, non pour des motifs politiques - ce serait d'ailleurs paradoxal à un moment où la Tunisie s'ouvre à une nouvelle ère de liberté et de démocratie -, mais pour des raisons strictement économiques.

Même s'ils ne sont pas très nombreux, il y a parmi ces migrants, c'est vrai, un certain nombre de ressortissants tunisiens qui se sont échappés des prisons tunisiennes lors de la Révolution, et également un certain nombre de membres de la sinistre police de Ben Ali qui ont préféré fuir la Tunisie plutôt que d'encourir des poursuites judiciaires dans leur pays.

Notre action se développe autour de trois axes.

Premier axe : reconduire tous ceux que nous interpellons et qui sont en situation irrégulière sur notre sol. Plus de 3.200 ressortissants tunisiens ont été reconduits, depuis le mois de février, soit en Tunisie, soit en Italie. Plus de 2.500 sont sous le coup d'un arrêté de reconduite à la frontière. Dans les Alpes-Maritimes, plus de 3.800 personnes ont été interpellées.

Deuxième axe : obtenir de la Tunisie que soit menée une action plus résolue pour conserver les candidats à l'immigration sur son sol. Les choses s'améliorent.

Troisième axe : obtenir de la Tunisie un concours plus actif pour réadmettre ses ressortissants. J'en ai parlé avec mon collègue tunisien, lors de ma visite dans ce pays il y a quelques jours : nous avons trouvé les moyens de gérer les difficultés rencontrées.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 27 mai 2011

Rechercher