Interview de Mme Nadine Morano, ministre de l'apprentissage et de la formation professionnelle, à Europe 1 le 15 juin 2011, sur le baccalauréat professionnel et les filières professionnelles, l'apprentissage et l'alternance. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Nadine Morano, ministre de l'apprentissage et de la formation professionnelle, à Europe 1 le 15 juin 2011, sur le baccalauréat professionnel et les filières professionnelles, l'apprentissage et l'alternance.

Personnalité, fonction : MORANO Nadine.

FRANCE. Ministre de l'apprentissage et de la formation professionnelle

ti :
 
 
GUILLAUME CAHOUR Bonjour Nadine MORANO.
 
NADINE MORANO Bonjour.
 
GUILLAUME CAHOUR Vous êtes ministre chargée de l’apprentissage et de la formation professionnelle, journée spéciale Bac aujourd'hui sur Europe 1, demain c’est le début des épreuves avec la philo et puis suivront les autres épreuves la semaine prochaine. 85% des candidats ont le Bac en France en 2010, ça sera probablement autant cette année, est-ce que c’est un diplôme qui a encore de la valeur le Bac ?
 
NADINE MORANO Oui évidemment et d’abord je voudrais souhaiter bonne chance à tous les jeunes qui nous écoutent ainsi qu’à leur famille parce qu’on sait que c’est un moment important dans leur vie et voilà. D’abord bonne chance ! Oui évidemment le Bac ça reste un diplôme qui est important, mais notre objectif au gouvernement c’est de proposer aux jeunes toute une palette de formation qui permet d’avoir 100% de jeunes formés. Nous ne sommes plus dans un dogmatisme qui consiste à dire 80% d’une classe d’âge au Bac. 100% de jeunes formés…
 
GUILLAUME CAHOUR Mais ce n’est plus uniquement une valeur symbolique, ça a une vraie valeur ensuite pour entrer sur le marché du travail dans l’enseignement supérieur.
 
NADINE MORANO Ca a une valeur pour ensuite si vous le souhaitez, suivre des études supérieures, mais on sait très bien et on le voit, que les formations professionnalisantes et par alternances, permettent plus facilement d’entrer sur le marché de l’emploi. C’est tout l’objet d’ailleurs de mon ministère.
 
GUILLAUME CAHOUR Alors le Bac professionnel, qui dépend notamment de votre ministère, a attiré 63% de bacheliers supplémentaires l’an dernier, pourquoi, l’image change ?
 
NADINE MORANO Oui je crois que par rapport à la réalité tout simplement, la prise de conscience des familles, au moment de l’orientation, les jeunes qui ont envie d’ailleurs en général d’avoir une filière courte et d’entrer plus rapidement sur le marché de l’emploi, choisissent le Bac Pro par exemple avec une augmentation, je le rappelle, de près de 37%, parce que c’est plus de 36% d’augmentation pour cette année, on voit que c’est un choix.
 
GUILLAUME CAHOUR Longtemps ça a été la voie de garage le Bac Pro.
 
NADINE MORANO Mais à tort, à tort, c’est comme l’apprentissage, là aussi on disait, orienté par défaut parce que voilà, incapable de ; eh bien tout ça…
 
GUILLAUME CAHOUR Mais pourquoi ça change ? C’est parce qu’on se rend compte qu’ensuite peut-être à l’université, parfois on sort de l’université avec rien, sans diplôme et sans travail, c'est pour ça ?
 
NADINE MORANO Oui certains jeunes vont errer dans l’université, je le dis. Donc on voit bien qu’aujourd'hui l’envie des jeunes c’est d’entrer plus facilement sur le marché de l’emploi, c’est aussi le souhait des familles et puis c’est notre rôle à nous, pouvoir public, de bien les guider. C’est pour cela que nous avons lancé une campagne sur toutes les radios, chez vous d’ailleurs pendant plus de trois semaines pour valoriser la formation par alternance et notamment l’apprentissage et tous les jeunes, toutes les familles qui souhaitent des informations complémentaires peuvent aller sur le site emploi.gouv.fr.
 
GUILLAUME CAHOUR Alors quand on voit le caractère concret du Bac Pro, est-ce qu’il faudrait intégrer dans le Bac général justement plus de concret, de la technologie, des arts plastiques, de la compta ?
 
NADINE MORANO On est dans le général, en revanche dans les formations professionnalisantes, je voudrais, au-delà du Bac Pro, parler du CAP et de dire aux familles, parce que c’est important. On peut commencer par un CAP, on peut aller vers un Bac Pro, on peut terminer ingénieur et chef d’entreprise. On oublie très souvent de le dire, mais les jeunes qui ont choisi une formation par alternance, c'est-à-dire professionnalisante, comme c’est le cas depuis des décennies en Allemagne où le taux de chômage des jeunes est beaucoup plus faible que chez nous parce que cette formation duale à la fois pratique et théorique, permet aux jeunes de rentrer plus facilement sur le marché d’emploi.
 
GUILLAUME CAHOUR Nadine MORANO, ministre chargée de l’apprentissage, de la formation professionnelle et vos témoignages au 3921. Merci Nadine MORANO.
 
Source : Premier ministre, Service d’Information du Gouvernement, le 16 juin 2011

Rechercher