Interview de Mme Nadine Morano, ministre de l'apprentissage et de la formation professionnelle, à France Info le 16 juin 2011, sur l'âge d'entrée dans l'apprentisage, qui reste fixé à 16 ans, et sur les mesures incitatives pour les entreprises souhaitant recruter des jeunes en apprentissage. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Nadine Morano, ministre de l'apprentissage et de la formation professionnelle, à France Info le 16 juin 2011, sur l'âge d'entrée dans l'apprentisage, qui reste fixé à 16 ans, et sur les mesures incitatives pour les entreprises souhaitant recruter des jeunes en apprentissage.

Personnalité, fonction : MORANO Nadine.

FRANCE. Ministre de l'apprentissage et de la formation professionnelle

ti :
 
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Bonjour, Nadine MORANO.
 
NADINE MORANO Bonjour.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Merci, d’être avec nous, en direct, ce matin. On vient de l’entendre, Rama YADE annonce, qu’elle démissionne de son poste d’ambassadrice de l’UNESCO, choix de la liberté et de la cohérence. C’est ce qu’elle dit. Elle est déçue du sarkozysme ?
 
NADINE MORANOJ e crois tout simplement qu’elle n’avait pas d’autres choix, dès lors qu’elle ne respectait pas le devoir de réserve, que se doit tout ambassadeur, elle a décidé de démissionner, donc c’est son choix.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Vous lui aviez déjà donné ce conseil, il me semble, au mois de novembre 2009, soit on se tait, soit on s’en va. C’est ce qu’elle fait aujourd’hui, finalement, c’est assez logique ?
 
NADINE MORANO Non, là, c’était lorsqu’elle était membre du gouvernement.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN C’était pour une autre affaire.
 
NADINE MORANO C’est une autre chose. C'est-à-dire que lorsque vous êtes membre du gouvernement, vous devez respecter la cohésion de l’équipe gouvernementale. Si vous n’êtes pas d’accord, vous faites le choix de partir, donc vous ne pouvez pas ne pas être en désaccord et rester dans un gouvernement, ce n’est pas possible.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Alors elle part, elle ne va pas n’importe où…
 
NADINE MORANO Là, elle était ambassadeur. Elle était ambassadeur donc elle était comme tous les ambassadeurs, elle devait respecter cette obligation de réserve. Elle ne le faisait pas. Donc elle a démissionné, avant d’être démissionnée en fait !
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Elle part pour s’impliquer davantage visiblement aux côtés de Jean-Louis BORLOO…
 
NADINE MORANO C’est son choix.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Qu’elle a déjà rejoint.
 
NADINE MORANO C’est son choix, je le respecte. On peut faire le choix de la politique…
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Il est très populaire, elle aussi. Elle aussi, ça va peut-être faire un tandem difficile à avoir en face pour la majorité ?
 
NADINE MORANO D’abord, il ne faut pas oublier que nous sommes dans la même famille politique, que l’un et l’autre ont appartenu au même gouvernement, dirigé par François FILLON, et avec un président de la République, Nicolas SARKOZY. Donc ils ont appliqué cette politique gouvernementale, ils font partie de cette famille politique et j’espère qu’ils le resteront jusqu’au bout.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Mais elle n’est plus à l’UMP, Rama YADE et elle s’est impliquée davantage au Parti radical, en faisant des critiques sévères sur les différents débats qui étaient lancés justement par la majorité ?
 
NADINE MORANO Mais encore une fois, c’est son choix. Voilà, à l’UMP, elle n’aurait pas obtenu ce qu’elle souhaitait et elle a décidé de partir vers le Parti radical. C’est un engagement que je respecte. Mais en même temps, je crois qu’il ne faut pas qu’elle oublie, que si elle a pu faire ce parcours politique, c’est parce que Nicolas SARKOZY lui en a donné tous les moyens.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Alors je voudrais qu’on évoque une autre femme qui fait partie, elle aussi, du gouvernement, c’est Roselyne BACHELOT. Il y a 3 députés UMP de la droite populaire, qui réclament aujourd’hui sa démission, parce qu’elle a pris position sur le mariage homosexuel, elle y était plutôt favorable, alors que la majorité vient de redire son opposition à autoriser ce mariage homosexuel. Vous en pensez quoi ?
 
NADINE MORANO J’en pense que sur les sujets de société et dans la réflexion personnelle de chacun, on a le droit d’exprimer son opinion. Elle n’était pas là pour prendre position sur un texte, mais exprimer son opinion personnelle. Elle a très clairement dit, que c’est un sujet qui s’inscrirait dans le débat de 2012. Et que d’ici à quelques années, de toute manière, sans doute, peut-être arriverions-nous à ce que le mariage homosexuel soit adopté dans notre pays. Donc c’est sa position, je la respecte et je ne vois pas en quoi…
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Vous la respectez, vous la partagez ?
 
NADINE MORANO Moi, j’ai toujours été favorable à l’amélioration du PACS et à la signature du PACS en mairie. Je l’ai dit très clairement, je suis favorable également à la modification de l’article 365 du Code Civil, qui permettrait de protéger les enfants, qui vivent, qui sont élevés par un couple de même sexe et donc moi, je suis pour l’adoption dans ce cadre très précis.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Nadine MORANO, aujourd’hui, c’est le jour du Bac, le grand oral, et il y en aura un autre en 2012, devant les Français cette fois, mais il y a beaucoup d’élèves qui sont assis ce matin dans les salles de classes en train de plancher sur la philo. On a tendance à considérer que c’est la voie royale, et qu’il y a à côté des voies qui sont dites « voies de garage » en tout cas davantage voies de garage. Aujourd’hui, vous, vous avez envie qu’on fasse entrer les jeunes, les juniors dans les entreprises, davantage. Il faut pour ça abaisser l’âge, justement, des enfants qui peuvent se permettre de faire une filière d’apprentissage ?
 
NADINE MORANO Non, non, non, ça, c’est totalement faux. D’abord, je voudrais avoir…
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Il y a des pensées qui vont dans ce sens-là ?
 
NADINE MORANOJ e voudrais avoir une pensée pour tous les jeunes qui sont en train de plancher ce matin, et leur souhaiter bonne chance. Parce que je sais que c’est un moment important de leur vie, ainsi que pour leur famille. Ensuite s’agissant de la politique que nous sommes en train de mener, pour l’emploi des jeunes, nous développons, nous développons massivement nos politiques en faveur de l’alternance. C'est-à-dire que tous ces métiers qui permettent d’avoir une formation à la fois théorique et pratique, comme en Allemagne, ce qu’on appelle la formation Dual, permet aux jeunes d’entrer beaucoup plus facilement sur le marché de l’emploi. On voit que les jeunes, après le Bac qui choisissent des formations par alternance, là aussi, entrent plus facilement, sur le marché du travail. S’agissant des jeunes avant le Bac, j’entends le discours, le gouvernement veut baisser l’apprentissage à l’âge de 14 ans. C’est faux !
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN C’est faux ?
 
NADINE MORANO C’est faux ! Voilà. Je dis tout simplement que…
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Ca reste à 16 ans.
 
NADINE MORANO Oui, alors ça reste à 16 ans, mais pour ceux qui ont fini leur 3ème, leur 3ème, parce que l’apprentissage c’est à partir de 16 ans, mais vous devez avoir fini votre classe de 3ème, c'est-à-dire le collège. Pour ceux qui ont 15 ans et qui ont fini leur 3ème, d’accord, qui ont 15 ans, et qui ont fini leur 3ème, ils pourront entrer en apprentissage, mais ceux qui vont avoir 15 ans au mois de novembre dans l’année civile et non pas dans l’année scolaire, ne pourront pas s’inscrire au mois de septembre. Donc nous avons décidé de simplifier tout ça, tout simplement, et ceux qui auront 15 ans, au mois de novembre, et qui choisissent après avoir fini leur 3ème, d’entrer en apprentissage, pourront s’inscrire en apprentissage. Donc c’est tout simplement des mesures de simplification qui existait déjà par dérogation, que nous permettons de mettre en oeuvre pour simplifier la vie des jeunes qui ont envie d’aller vers l’apprentissage, mais non pas du tout à 14 ans.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Et comment ça se passe avec les entreprises ? Est-ce qu’il va y avoir des obligations ? On a entendu parler de bonus-malus, si elles ne s’y soumettent pas ?
 
NADINE MORANO Alors je le dis très clairement, cette politique doit être un objectif national partagé. Donc tout le monde doit faire des efforts. L’Etat, évidemment, en investissant massivement dans les centres de formation. Les entreprises aussi, également, nous allons relever le quota de 3 à 4 %, obligatoire dans les entreprises de plus de 250 salariés. Et pour les entreprises de moins de 250 salariés, nous avons mis en place un dispositif zéro charge pour tout contrat d’apprentissage de jeunes. C’est un dispositif d’incitation, qui est en oeuvre depuis le 1er mars et qui est important pour les entreprises. Notre objectif étant d’arriver à 800 000 alternants d’ici à 2015 et 1 million à terme.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Parce que c’est la bonne piste, pour réduire le chômage des jeunes après ?
 
NADINE MORANO C’est un levier extrêmement puissant. Il suffit de regarder l’exemple allemand. Le taux de chômage des jeunes est de 11 % chez nous, il flirte avec les 20 %, tout simplement parce que vous l’avez dit tout à l’heure, on ne peut pas favoriser une seule filière qui serait la filière du Bac et de l’université. Il faut non pas 80 % d’une classe d’âge au Bac, il faut 100 % de jeunes formés. C’est tout l’objectif du gouvernement, que de développer ces filières de formation par alternance.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Dernière question, Nadine MORANO, puisque l’on parle des jeunes, que pensez-vous de l’idée de Daniel VAILLANT, l’ancien ministre a remis un rapport qui fait beaucoup de bruits, sur la légalisation contrôlée du cannabis. Il dit qu’il y a une vraie hypocrisie sur le sujet. Ce n’est pas totalement faux ?
 
NADINE MORANOJ ’y suis totalement opposée. Et je conseillerai à Daniel VAILLANT, d’aller voir en Hollande, puisque en Hollande, ils sont en train de faire marche arrière, et de fermer les coffee-shop. Tout simplement, qu’on s’aperçoit qu’en légalisant, le cannabis, non seulement, il y a des problèmes graves de santé, d’addiction, de troubles psychiatriques, mais que en même temps, ça développe les drogues dures. Et donc il n’est pas question pour nous, d’entraîner la jeunesse vers ces, voilà, vers ce qui est vraiment dramatique pour leur santé, pour leur avenir.
 
RAPHAËLLE DUCHEMIN Merci, Nadine MORANO d’avoir été en direct avec nous, sur FRANCE INFO.
 
Source : Premier ministre, Service d’Information du Gouvernement, le 16 juin 2011

Rechercher