Interview de M. Luc Chatel, ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative, à RTL le 23 juin 2011, sur la fraude au baccalauréat et la prévention de la violence scolaire. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Luc Chatel, ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative, à RTL le 23 juin 2011, sur la fraude au baccalauréat et la prévention de la violence scolaire.

Personnalité, fonction : CHATEL Luc.

FRANCE. Ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

ti :
 
JEAN-MICHEL APHATIE Le contenu de l’un des quatre exercices de l’épreuve de mathématiques du bac S était visible sur Internet lundi soir dernier, soit à la veille du déroulement de l’épreuve elle-même. La fuite, la triche, donc, au baccalauréat 2011 est avérée, et malgré tout, Luc CHATEL, malgré cette évidence qui introduit une inégalité entre les 165 000 candidats, qui se sont présentés au bac S cette année, vous avez décidé de valider cette épreuve de mathématiques. Pourquoi ?
 
LUC CHATEL Ce qui s’est passé est très grave, et l’Education nationale se devait de riposter immédiatement. Vous savez, les Français sont très attachés au baccalauréat, qui est l’examen qui incarne sans doute le mieux l’école de la République et l’aboutissement de 15 années d’études, et puis qui est un peu un rite initiatique de passage à l’âge adulte, pour tous les Français. Donc, il y a une triche d’ampleur importante, puisque, un des exercices de mathématiques a été divulgué sur Internet, j’ai donc immédiatement pris deux décisions. La première, j’ai déposé une plainte auprès du Parquet de Paris, une enquête judiciaire a été ouverte et je ne doute pas un instant que le ou les coupables de cette fuite, seront sanctionnés. Je rappelle qu’ils encourent trois années de prison. La deuxième décision que j’ai prise, et je réponds précisément à votre question, j’ai pris la décision, il fallait réagir, puisque comme vous l’avez très bien dit, il y avait rupture d’égalité entre les candidats. Je suis le garant de l’égalité de tous les candidats, face à cet examen. Il y avait rupture d’égalité et j’ai pris la décision, qui permettait de léser le moins possible les candidats, c'est-à-dire que la fraude porte sur un des quatre exercices, qui était noté sur quatre points. Il y avait trois autres exercices dans cette épreuve de mathématiques, j’ai donc décidé de noter l’épreuve sur les trois exercices restants.
 
JEAN-MICHEL APHATIE Mais ça lèse les candidats.
 
LUC CHATEL Non, ça lèse…
 
JEAN-MICHEL APHATIE Vous le dites vous-même, vous cherchez à ce que les candidats soient le moins lésés possible, donc ils sont lésés.
 
LUC CHATEL Oui, parce qu’il y a fraude, et mon objectif, c'est que les candidats soient le moins lésés possible et je vais m’en expliquer. Je voudrais apporter un certain nombre de précisions aux candidats et à leurs familles. D’abord, les quatre points seront répartis sur les exercices 2 et 3 de l’épreuve de mathématiques, parce que nous avons fait hier des sondages, des prélèvements de copies-tests, et ce sont les exercices que les candidats ont le mieux réussis. Premièrement. Deuxième point, des instructions ont été données aux examinateurs, qui corrigent les copies, pour que ces quatre points, dans ces deux exercices 2 et 3, soient répartis, redistribués, sur les réponses que les candidats ont le mieux réussi. Et puis, troisième élément, des instructions sont données au jury, pour que – j’entendais tout à l'heure à 07h30 une lycéenne qui a passé le bac hier et qui disait : « Je risque de ne pas avoir mon bac ou je vais être à la limite » – eh bien nous allons, au cas par cas, examiner tous les cas où on serait par exemple à 7, entre 7 et 8, c'est-à-dire au niveau où on peut passer l’oral de rattrapage, entre 9 et 10 pour obtenir le baccalauréat, ou bien entre 15 et 16 pour obtenir une mention « très bien ». Donc, tous ces cas seront examinés dans le détail, par les jurys.
 
JEAN-MICHEL APHATIE Vous allez gonfler les notes, c'est artificiel, c'est-à-dire que…
 
LUC CHATEL Non, nous n’allons pas gonfler les notes.
 
JEAN-MICHEL APHATIE … l’épreuve de maths n’a plus de réalité, Luc.
 
LUC CHATEL Jean-Michel APHATIE, quelle était l’autre solution ? Annuler l’ensemble de l’épreuve ?
 
JEAN-MICHEL APHATIE Et la repasser, bien sûr.
 
LUC CHATEL 165 000 candidats, vous ne trouvez pas ça injuste pour ces 165 000 candidats, alors que, l’enquête le dira, mais manifestement la fuite a été circonscrite, elle a été diffusée sur Internet à 21h00, quelques centaines, peut-être quelques milliers d’élèves y ont accès, mais elle a été circonscrite. L’enquête le précisera.
 
JEAN-MICHEL APHATIE Vous pensez que la fuite a été très faible, qu’elle a concerné…
 
LUC CHATEL Nous verrons.
 
JEAN-MICHEL APHATIE … peu de candidats.
 
LUC CHATEL L’enquête le précisera. Le sujet a été diffusé à 21h00 lundi soir, l’épreuve était à 08h00 mardi matin. Mais, imaginez, dire à tous ces élèves qui ont terminé leur épreuves du baccalauréat : « Nous vous convoquons la semaine prochaine, en début de semaine ». Certains auront d’autres examens à passer, d’autres commencent à travailler pour les vacances, et autres, ça aurait été la pire des injustices, que pour…
 
JEAN-MICHEL APHATIE C'est impossible pour vous.
 
LUC CHATEL Non, ce n'était pas impossible.
 
JEAN-MICHEL APHATIE De réorganiser une épreuve de mathématiques.
 
LUC CHATEL Non, ça n’était pas impossible. C’était très difficile mais ça aurait été possible. Simplement, j’ai pris cette décision, parce que je considérais que repasser cette épreuve, lésait systématiquement les 165 000 élèves qui ont travaillé pendant une année, qui attendent ce baccalauréat avec impatience, et qui auraient du revenir pour un individu qui a voulu s’amuser sur Internet. C'est inacceptable, c'est inadmissible.
 
JEAN-MICHEL APHATIE Des associations de professeurs, de parents d’élèves, voire des parents d’élèves, eux-mêmes, à titre individuel, menacent de saisir la justice administrative pour une rupture d’égalité. Vous redoutez ou pas leurs actions judiciaires ?
 
LUC CHATEL Ecoutez, nous verrons. Je pense que les professeurs, comme les parents, et je pense évidemment aux familles, on est toujours inquiet par rapport aux examens et au baccalauréat de ses enfants, attendent d’abord des précisions. Je pense avoir donné ce matin, à RTL, un certain nombre de précisions…
 
JEAN-MICHEL APHATIE Elles sont importantes.
 
LUC CHATEL Qui sont importantes, sur la répartition des points, de manière à ce que les élèves ne soient pas lésés.
 
JEAN-MICHEL APHATIE Il semble, Luc CHATEL, que les fuites n’aient pas concerné la seule épreuve de mathématiques du bac S, on parle aussi de l’anglais ou des sciences physiques, toujours dans la série S, encore de l’histoire géo dans la série E-S. RTL apporte plusieurs témoignages troublants, ce matin, sur ces fuites possibles. Ecoutez le témoignage d’un lycée, recueilli par le journaliste de RTL, Cédric LIETO.
 
TEMOIGNAGE Physique de ce matin, texto reçu le 21 juin 2011, c'est-à-dire la veille de l’épreuve, encore. En chimie : détartrant à base d’acide lactique. Physique : chute verticale d’un boulet. Et en sujet commun : le laser mégajoule. Si ça c'est pas que tous les sujets tournent, c'est qu’il y a un problème.
 
JEAN-MICHEL APHATIE Voilà, ce lycéen avait les sujets, visiblement, avant l’épreuve, c’était…
 
LUC CHATEL Ecoutez, je n’ai pas d’information ce matin qui confirme ces déclarations.
 
JEAN-MICHEL APHATIE Personne ne vous a parlé de fuites dans d’autres secteurs, d’autres sujets ?
 
LUC CHATEL Non, je n’ai pas d’information. Vous savez, chaque année, vous avez des rumeurs de fuites, de sujets qui sortent et autres, chaque année. Il faut faire la part de choses, entre les faits et les rumeurs. Les faits, c'est ce qui s’est passé lundi soir, c'est-à-dire qu’il y a un des 4 exercices de mathématiques qui est sorti sur Internet. Ça, c'est avéré, et j’ai décidé de riposter. Les rumeurs, nous allons vérifier un certain nombre de points, j’ai demandé une enquête administrative sur ce que vous venez d’indiquer. Et puis, deuxièmement, je pense que, j’ai entendu les fédérations de parents d’élèves, les organisations lycéennes, nous dire « est-ce que ce n'est pas l’occasion de réfléchir à l’organisation du baccalauréat, à la sécurisation avec les nouveaux modes de technologies, de cette épreuve ». Donc, j’ai demandé à l’Inspection générale de l’Administration de l’Education nationale, de travailler sur l’organisation du baccalauréat et sur la sécurisation de ces épreuves.
 
JEAN-MICHEL APHATIE Vous pensez que les auteurs de la fuite au bac… l’épreuve de maths du bac S, peuvent être facilement retrouvés, Luc CHATEL ?
 
LUC CHATEL Ecoutez, l’enquête judiciaire a été ouverte, les services spécialisés de la gendarmerie et de la police, sont à l’oeuvre, et je crois savoir qu’ils sont particulièrement efficaces.
 
JEAN-MICHEL APHATIE Et donc vous avez l’espoir qu’on retrouve rapidement les auteurs de la fuite.
 
LUC CHATEL Et qu’ils soient sanctionnés. Trois ans de prison, je le rappelle, c'est une fraude et la loi est très sévère pour les fraudeurs.
 
JEAN-MICHEL APHATIE Je voudrais évoquer avec vous, d’un mot, cette terrible affaire de Carla, jeune collégienne de 13 ans, qui a été tuée lundi à coups de poing à la sortie de son collège, à Florensac, dans l’Hérault. L’auteur des coups, un adolescent de 15 ans, a été écroué hier dans une prison pour mineurs. Cette scène, d’une violence extraordinaire et qui a beaucoup choqué, vous incite-t-elle, Luc CHATEL, à prendre des mesures pour mieux sécuriser la sortie des collèges, par exemple ?
 
LUC CHATEL C'est un drame épouvantable, et toute la communauté éducative a été bouleversée par la mort de cette jeune fille, j’allais dire « pour rien », une simple peine de coeur, un conflit entre deux collégiennes, qui tourne mal et qui se termine par la mort de l’une d’entre elles. Face à cela, je crois que nous devons continuer dans la direction que nous avons initiée il y a un an et demi, à la suite des états généraux sur la sécurité à l’école, c'est-à-dire, sur la sécurité, travailler à la fois sur la pédagogie, sur la formation de nos enseignants. Je rappelle que tous nos professeurs stagiaires, les nouveaux enseignants, auront, à partir de la rentrée, un module à la tenue de classe, pour les préparer à des situations difficiles…
 
JEAN-MICHEL APHATIE Mais on vous reproche d’avoir supprimé trop de personnel d’encadrement, et que ça peut…
 
LUC CHATEL Non, vous savez, à la sortie de ce sortie de ce collège, il y avait un assistant d’éducation qui était là. Il y avait un personnel d‘Education nationale, mais que voulez-vous faire face à un jeune collégien qui met trois coups de poing dans la figure d’une collégienne ? Elle a essayé de s’interposer, l’assistante d’éducation. Donc, le sujet des moyens n'est pas approprié à cette situation, par contre nous avons une démarche beaucoup plus globale sur la réforme des sanctions dans les établissements scolaires, elles seront revues à la rentrée, sur la formation de nos chefs d’établissement, nous avons formé à la gestion de crise, 200 de nos proviseurs, c'est comme cela que nous obtiendrons des résultats en matière de sécurisation de nos établissements.
 
JEAN-MICHEL APHATIE Luc CHATEL, ministre de l’Education, était l’invité de RTL, ce matin. Bonne journée.
 
LUC CHATEL Merci à vous.
 
Source : Premier ministre, Service d’Information du Gouvernement, le 7 juillet 2011

Rechercher