Interview de M. Claude Guéant, ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration, à RMC le 29 août 2011, sur la situation de la sécurité à Marseille, la politique de l'immigration, le phénomène de la délinquance liée aux Roumains et la sécurité routière. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Claude Guéant, ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration, à RMC le 29 août 2011, sur la situation de la sécurité à Marseille, la politique de l'immigration, le phénomène de la délinquance liée aux Roumains et la sécurité routière.

Personnalité, fonction : GUEANT Claude, BOURDIN Jean-Jacques.

FRANCE. Ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration;

ti : JEAN-JACQUES BOURDIN Notre invité Claude GUÉANT, ministre de l’Intérieur. Bonjour.
 
CLAUDE GUÉANT Bonjour Jean-Jacques BOURDIN.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Claude GUÉANT, vous allez partir pour Marseille je crois juste après cette émission.
 
CLAUDE GUÉANT C’est vrai.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Claude GUÉANT, le 19 novembre 2010, mort d’un adolescent de 16 ans, quartier Clos la Rose, quartier nord de Marseille. Un autre de 11 ans, un enfant de 11 ans est grièvement blessé. Nous sommes retournés sur place : rien n’a changé. Le 21 novembre 2010, deux jours après le drame, Brice HORTEFEUX débarquait à Marseille et proposait un plan pour lutter contre le trafic d’armes et de drogue dans les cités marseillaises, 200 opérations coup de poing, 150 CRS qui devaient rester promis juré le temps nécessaire : ils sont tous repartis et le trafic a repris. Pourquoi ?
 
CLAUDE GUÉANT La situation à Marseille, Jean-Jacques BOURDIN, n’est pas satisfaisante. C’est vrai que depuis un an à peu près, il y a une dégradation, il y a une augmentation du nombre des vols à main armée.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN C’est un échec pour vous ? C’est un échec de la politique sécuritaire conduite par le président de la République ?
 
CLAUDE GUÉANT C’est vrai que c’est un échec. Marseille est devenue effectivement le symbole d’un échec. Sur l’ensemble du territoire, la situation en matière de lutte contre la délinquance continue à s’améliorer d’année en année. Je rappelle qu’il y avait en 2010, 500 000 victimes de moins en France qu’en 2002 ; ça, c’est un vrai succès. Et à Marseille même d’ailleurs, la délinquance a reculé de 7,5 % depuis 2002. Il n’empêche qu’il y a une vraie dégradation depuis un an et il faut que cela change. Il faut effectivement que les Marseillais retrouvent la sérénité. Ils ont le droit, comme l’ensemble des Français, à une bonne sécurité.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Alors pourquoi cette dégradation depuis quelques mois ? Pourquoi ?
 
CLAUDE GUÉANT Écoutez, c’est très difficile de l’expliquer. Mon travail ce n’est pas d’expliquer, c’est de faire en sorte que ça change.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Bon. Alors qu’allez-vous faire pour que ça change ?
 
CLAUDE GUÉANT Il faut mettre en place les moyens pour que ça change. Les moyens, ce sont des moyens en effectifs, des moyens en matériels. J’ai promis, en allant à Marseille en mai dernier, qu’il y aurait après les 117 exactement fonctionnaires supplémentaires qui avaient été mis en place par mon prédécesseur, une nouvelle augmentation de 140 fonctionnaires. À ce jour, ma promesse est en passe d’être tenue puisque sur les 140, il y en a déjà 116 qui seront en place au 1er septembre ; il y en aura à la fin du mois de septembre 166. J’ajoute que je mets en place également une compagnie républicaine de sécurité supplémentaire après celle que j’ai ajoutée cet été, qui a suivie les événements de la porte de la porte d’Aix.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN À demeure ?
 
CLAUDE GUÉANT Elle reste effectivement chaque jour pendant un temps déterminé, jusqu’à ce que ce soit nécessaire. Mais à Marseille, il faut que ça cesse de se dégrader. Les Marseillais, je le confirme, je le répète, ont droit à la sécurité et il faut que la peur change de camp. Ce sont les voyous qui doivent avoir peur.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Claude GUÉANT, pour nous résumer, j’ai écouté – ils nous ont appelé – les syndicats de policiers à Marseille. Ils nous disent : « Il nous faut au moins 300 vrais policiers supplémentaires ». 300 vrais policiers ! C’est ce qu’ils disent ! C’est ce qu’ils disent !
 
CLAUDE GUÉANT Enfin, écoutez, c’est leurs évaluations.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN « On manque d’effectifs ».
 
CLAUDE GUÉANT Moi j’ajoute 166 plus deux compagnies républicaines de sécurité qui font chacune 100, ça fait quasiment plus que les 300 qu’ils réclament. Ça fait quasiment 400. Mais de toute façon, la sécurité ce n’est pas seulement un problème de moyens, ce n’est pas seulement un problème d’effectifs. C’est aussi une question d’approche, c’est une question de méthode et c’est la raison pour laquelle du reste j’ai…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Il faut changer de méthode à Marseille ?
 
CLAUDE GUÉANT Écoutez, il y a toujours moyen d’améliorer les méthodes.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN C’est la raison pour laquelle vous avez changé le préfet de police ?
 
CLAUDE GUÉANT Il faut en particulier améliorer sensiblement la présence sur la voie publique. Les patrouilleurs qui se mettent en place à Marseille ont abouti…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Donc une police de proximité.
 
CLAUDE GUÉANT Ce n’est pas du tout une police de proximité parce que la police de proximité, c’est une conception idéologique et la police de la proximité, ça signifie qu’on ne réprime pas. Ça signifie que simplement on entretient des contacts de qualité avec la population. Les patrouilleurs, c’est effectivement des gens qui sont au plus près de la population, qui sont visibles, qui rassurent, qui sont capables de collecter du renseignement mais qui ont aussi la charge de réprimer, d’interpeller pour déférer à la justice. Et depuis qu’ils sont en place en juillet, déjà le nombre de patrouilles à Marseille a augmenté de 10 %. Et puis pour répondre complètement à votre question…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Allez-y.
 
CLAUDE GUÉANT C’est vrai que la nomination d’Alain GARDÈRE qui est le directeur adjoint de mon cabinet comme préfet délégué pour la sécurité à Marseille tient à ma volonté de donner un élan nouveau, de renouveler les approches, les méthodes, en agissant bien sûr avec les patrons de la police locale qui sont d’excellente qualité.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Mais alors comment se fait-il… Je me mets à la place du citoyen marseillais qui voit arriver des CRS dans son quartier, qui est satisfait parce que la sécurité est meilleure, et puis qui voit les CRS repartir au bout de deux mois, trois mois. Pourquoi cela ? Pourquoi ? Parce que l’État n’a pas les moyens ? Pourquoi cela ?
 
CLAUDE GUÉANT Écoutez, l’État a un des moyens de police qui sont tout à fait importants.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Et les trafics reprennent, et les trafiquants s’installent à nouveau à l’entrée du quartier.
 
CLAUDE GUÉANT Il n’y a pas que des actions qui sont de la compétence de la sécurité publique, c'est-à-dire des gardiens de la paix sur la voie publique ou des CRS. Il y a aussi un énorme travail de police judiciaire. Vous aurez observé d’ailleurs que les faits inacceptables qui se sont produits cet été comme par exemple le viol d’une jeune adolescente ; comme par exemple le fait d’avoir, après l’avoir écrasé, laissé un enfant sur la voie publique…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN La mort d’un enfant quatre ans renversé sur la voie publique.
 
CLAUDE GUÉANT Tout ça a donné lieu à des interpellations. Les actions de police judiciaire se conduisent et ont des succès. De la même façon, vous vous souvenez, il y a eu une tentative de hold-up contre un centre fort de société de transport de fonds ; eh bien cette tentative a été interrompue par la gendarmerie et les auteurs ont été pour l’essentiel arrêtés d’ores et déjà.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Mais si le préfet de police a été sanctionné, c’est parce qu’il avait échoué ?
 
CLAUDE GUÉANT Le préfet de police n’a pas été sanctionné.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Enfin, remplacé.
 
CLAUDE GUÉANT Il trouvera une autre affectation ; c’est un garçon que je connais bien et qui est de grande qualité. Il a été un formidable policier de police judiciaire, en particulier dans la lutte contre les stupéfiants.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Il a été inefficace ?
 
CLAUDE GUÉANT Mais ce qu’il faut, la responsabilité d’un gouvernement et du ministre de l’Intérieur tout particulièrement, c’est de faire en sorte qu’à un moment déterminé il y ait les gens qui soient adaptés. En l’occurrence, il y a besoin d’un sursaut, il y a besoin de reconquérir le terrain. Il faut que la paix publique revienne à Marseille. Eh bien, j’ai choisi pour être à la tête de la sécurité auprès du préfet de région quelqu'un qui a fait ses preuves dans une grande agglomération – à savoir l’agglomération parisienne – puisqu’il a été le patron de la sécurité publique de la préfecture de police puis de l’agglomération, c'est-à-dire de la préfecture de police plus les trois départements de la petite couronne ; il a obtenu d’excellents résultats. La situation est bien sûr différente, on ne peut pas comparer Paris à Marseille mais il faut qu’il obtienne des résultats à Marseille.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN 8 heures 43. Claude GUÉANT est notre invité ce matin. Nous nous retrouverons pour parler sécurité évidemment, pour parler immigration et pour parler de la route aussi.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Claude GUEANT, j’ai entre les mains des photocopies de teeshirts qui sont vendus dans les rues marseillaises. Regardez avec moi, voilà un tee-shirt où l’on voit une Kalachnikov sur le dos d’un homme cagoulé, avec Notre Dame de la Garde en arrière-plan. Vous savez que ça fait fureur dans les rues de Marseille ces tee-shirts, c’est ça Marseille aujourd’hui ? Et puis j’en ai un autre, « Ghetto Shoes », « Dealer quartier », enfin bon, vous savez que ça fait… « Déclare la guerre à mes ennemis », enfin, c’est ça Marseille aujourd’hui ?
 
CLAUDE GUEANT Oui, ces tee-shirts belliqueux, c’est effectivement une très grande tristesse que certains veuillent donner cette image de Marseille. Moi je vais de temps en temps à Marseille, j’y vais pour la 3ème fois depuis que j’ai pris mes fonctions aujourd’hui, et ce n’est pas… ce n’est pas l’image que j’ai…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Mais c’est tolérable les zones de non-droit comme ça existe à Marseille ?
 
CLAUDE GUEANT Il y a…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN C’est tolérable ou pas ?
 
CLAUDE GUEANT Il y a eu effectivement cet été un exemple d’appropriation par des voyous d’un espace public, c’était le parking de la Porte d’Aix, c’est tout à fait intolérable, et on est arrivé au maximum du scandale. La situation a été rétablie, au 1er septembre c’est un parking tout neuf, tout renouvelé qui va être à la disposition des Marseillais, mais c’est tout à fait inacceptable. De la même façon que la façon dont un certain nombre de gangs se conduisent dans certaines cités malgré les efforts de la police, je précise que la police va partout, il n’y a pas de zone dont la police soit bannie, eh bien ! Ce n’est pas non plus acceptable. C’est pourquoi je vais mettre le paquet avec des moyens en personnels, avec des méthodes renouvelées pour que Marseille retrouve la sérénité.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Bien. Claude GUEANT, parlons… on va parler de sécurité à travers les propositions du Parti socialiste, et de quelqu’un que vous connaissez bien puisque c’est le « Monsieur Sécurité » au PS Jean- Jacques URVOAS, qui a fait des propositions dans un livre qui est actuellement publié. Claude GUEANT, c’était l’université d’été du PS ce week-end et il y a un homme, Harlem DESIR qui est le patron du PS par intérim en ce moment compte tenu des primaires, qui vous a interpellé, on regarde et on écoute.
 
HARLEM DESIR Nous ne pouvons accepter – et nous n’accepterons jamais – aucune forme de complicité ni d’alliance dans les idées ou dans les urnes entre l’extrême droite et la droite qui se dit républicaine. Il faut que cesse cette dérive, il faut passer Claude GUEANT de grand commis de l’Etat à triste copie de Bruno GOLLNISCH.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Vous seriez une triste copie de Bruno GOLLNISCH Claude GUEANT ?
 
CLAUDE GUEANT Ecoutez, je dirai d’abord que cette intervention de Monsieur Harlem DESIR est vraiment le reflet des universités d’été du Parti socialiste, puisqu’il n’y a eu aucune proposition, aucune idée. Donc Monsieur Harlem DESIR insulte, il insulte Claude GUEANT, il insulte Jean-François COPE, il insulte le député de la droite populaire et puis voilà. Ce n’est pas parce qu’on n’est pas d’accord avec Monsieur Harlem DESIR sur un certain nombre de points qu’on est forcément d’extrême droite. Monsieur Harlem DESIR est favorable à une augmentation de l’immigration en France, il est favorable – comme son parti, c’est écrit dans le projet – à la régularisation des immigrés qui sont en situation irrégulière. Quand je fixe des objectifs plus ambitieux en matière de reconduite des immigrés en situation irrégulière dans notre pays, Monsieur HOLLANDE fait un communiqué pour s’indigner, alors que je ne fais qu’appliquer la loi de la République qui a été votée par le Parlement. Nous, nous ne sommes pas sur cette ligne, nous, nous voulons maîtriser les flux migratoires parce qu’il faut à la fois lutter contre l’immigration irrégulière, je veux réduire l’immigration légale. Tout le monde peut bien comprendre…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN On va en parler.
 
CLAUDE GUEANT Que c’est plus facile d’intégrer des immigrés moins nombreux que des immigrés plus nombreux, et nous voulons que la France reste la France…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Claude GUEANT, vous vous sentez plus proche d’Harlem DESIR ou plus proche de Bruno GOLLNISCH ?
 
CLAUDE GUEANT Ecoutez, je me sens proche de moi-même, je rappellerai à Monsieur Harlem DESIR que jamais la droite n’a pactisé avec le Front National, au risque de perdre des élections. Alors que le Parti socialiste, c’est de notoriété publique, a favorisé la montée du Front National pour avoir le pouvoir.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Et vous pensez que le Parti socialiste est en train de rééditer ce positionnement, cette posture, sincèrement ?
 
CLAUDE GUEANT Ecoutez, le Parti socialiste veut le pouvoir parce qu’il en a été privé depuis longtemps, et j’ai l’impression qu’il ne regarde pas sur les moyens.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Bien. Claude GUEANT, parlons d’immigration, combien de reconduites à la frontière à la fin de l’année, où est-ce…
 
CLAUDE GUEANT J’ai fixé…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Où est-ce que vous en êtes ?
 
CLAUDE GUEANT J’ai fixé l’objectif de 30.000 après qu’il ait été fixé en début d’année par mon prédécesseur à 28.000, parce qu’une nouvelle loi a été votée par le Parlement qui s’appelle « la loi immigration intégration »…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN C’est une question de chiffre…
 
CLAUDE GUEANT Non…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Une année on fait 28.000, l’autre année 30.000…
 
CLAUDE GUEANT Non, non, c’est simplement…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN L’année suivante je ne sais pas, 29.000 ou 32.000 ?
 
CLAUDE GUEANT Ecoutez, dans une entreprise… dans une entreprise on fixe des objectifs, sinon l’entreprise va à vau-l’eau. Quand on veut vendre des voitures, on se fixe un objectif dans une concession automobile. Bon ! Je ne veux pas comparer des objets avec des personnes, mais il n’empêche que si on veut être efficace, il faut bien se fixer des ambitions. Et il me paraît tout à fait possible d’être plus performant que les années précédentes en matière de reconduite de personnes qui se trouvent en situation irrégulière.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Bien, irrégulière…
 
CLAUDE GUEANT Et nous sommes en ligne avec l’objectif…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Alors je reprends… je reprends les propos d’Harlem DESIR : « il y en a assez de cette droite rance qui compare les homosexuels à des animaux, qui demande des tests ADN à des immigrés ».
 
CLAUDE GUEANT Ecoutez, je ne sais pas où il est allé chercher ça, il a replongé dans des petites phrases du passé tenues par des personnes…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN De l’UMP.
 
CLAUDE GUEANT A titre individuel. On pourrait faire le même exercice à propos du Parti socialiste, je pense.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Bien. Donc revenons à l’immigration illégale irrégulière. Les Roms, je me souviens de cet été 2010, il y a un peu plus d’un an, où on nous disait et votre prédécesseur nous disait : « mais les Roms, nous allons agir, ils vont être reconduits à la frontière », et ils sont revenus les Roms.
 
CLAUDE GUEANT Oui…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Claude GUEANT, aussi nombreux et aussi délinquants pour certains.
 
CLAUDE GUEANT Des actions très nombreuses ont été menées…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Inefficaces.
 
CLAUDE GUEANT Des actions très nombreuses ont été menées…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Non mais d’accord mais…
 
CLAUDE GUEANT Et je pense que si elles n’avaient pas été menées, les conséquences eussent été plus importantes encore en termes de présence…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN On nous a menés en bateau il y a un an Claude GUEANT ?
 
CLAUDE GUEANT Et en termes… on ne vous a pas menés en bateau du tout parce que les intentions…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Parce qu’on nous a dit… annonce pour rien…
 
CLAUDE GUEANT Les intentions qui ont été annoncées ont été suivies d’effet. La totalité des camps de Roms en région parisienne par exemple ont été démantelés. Alors cela étant…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Ils ne sont plus dans les camps, ils sont sur les bords…
 
CLAUDE GUEANT Vous avez raison…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Du périphérique…
 
CLAUDE GUEANT Vous avez raison, ça…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Ou dans des terrains vagues.
 
CLAUDE GUEANT Ça reste, je le dis très clairement et je l’ai dit déjà en prenant mes fonctions même voici quelques mois, la présence de Roumains délinquants dans notre pays est quelque chose de préoccupant. Il faut savoir que 2 % de la délinquance en France sont le fait de Roumains, c’est un phénomène qui est spécialement marqué à Paris, à Marseille. J’ai entrepris une action de coopération forte avec les autorités roumaines, nous avons des policiers de liaison à Paris qui vont nous permettre de remonter vers les filières criminelles, vers les villages qui, spécialisés d’ailleurs par type de délinquance, envoient des équipes en France. Et il y a un aspect particulier qui est celui des mineurs, parce que presque la moitié des délinquants roumains sont des mineurs qui, évidemment, bénéficient d’une protection particulière. Nous allons faire en sorte que les mineurs rentrent en Roumanie dans les services d’aide à l’enfance de Roumanie.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Est-ce que ce sont les immigrés qui sont majoritairement responsables de la délinquance en France ?
 
CLAUDE GUEANT Je ne dirai pas cela, nous n’avons d’ailleurs pas de statistiques de ce genre... je ne suis…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Il y a un grand débat autour de cela, vous le savez…
 
CLAUDE GUEANT Il y a un grand débat…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Et l’extrême droite dit…
 
CLAUDE GUEANT Mais je dis…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN « C’est parce qu’il y a une immigration forte qu’il y a une insécurité forte dans notre pays ».
 
CLAUDE GUEANT Je dis claire…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Vous êtes d’accord ou pas avec ça ?
 
CLAUDE GUEANT Moi je dis clairement, pour ce que je sais, que la délinquance roumaine est une réalité qu’il faut que nous combattions, et ça parce que je le sais parce que c’est chiffré.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Est-ce que la délinquance est plus forte chez les immigrés ?
 
CLAUDE GUEANT Ça, je n’ai pas d’élément pour le dire.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Vous n’avez pas d’élément pour le dire ?
 
CLAUDE GUEANT Je n’ai pas d’élément pour le dire.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Vous le pensez ?
 
CLAUDE GUEANT Je n’ai pas d’élément pour le dire.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Mais vous le pensez ou pas Claude GUEANT ?
 
CLAUDE GUEANT Mais de toute façon, toute personne…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Oui, vous le pensez…
 
CLAUDE GUEANT Toute personne qui est délinquante…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Ou pas Claude GUEANT…
 
CLAUDE GUEANT Non, je…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Je vous repose la question, franchement est-ce que vous le pensez ?
 
CLAUDE GUEANT Mais écoutez, moi… un ministre, un ministre…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN En tant que citoyen français, est-ce que vous le pensez ?
 
CLAUDE GUEANT Mais je ne suis pas seulement citoyen français, je suis aussi un ministre…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Vous êtes responsable oui.
 
CLAUDE GUEANT Par conséquent, j’ai une parole qui doit être responsable. S’agissant de la délinquance roumaine, j’ai des chiffres et donc j’en parle…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Oui, on est d’accord.
 
CLAUDE GUEANT S’agissant de la délinquance étrangère, nous n’avons pas de statistiques et donc je n’en parle pas. Je dis simplement que toute la délinquance doit être combattue avec la même sévérité. Et j’ajoute, s’agissant des étrangers, que nous avons une arme supplémentaire contre la délinquance étrangère, qui est précisément la reconduite dans le pays d’origine.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Donc vous le pensez ou pas ?
 
CLAUDE GUEANT Je dis que je n’ai pas d’opinion personnelle parce que je suis ministre.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Bien, j’ai une autre question à vous poser, je change complètement de sujet. La route, puisque vous avez en charge la Sécurité routière…
 
CLAUDE GUEANT Sécurité routière.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Ce qui est très important. L’alcool au volant, est-ce que vous allez rendre obligatoires les éthylotests dans les voitures des particuliers ?
 
CLAUDE GUEANT Alors il existe déjà une disposition qui permet de rendre obligatoire un éthylomètre anti-démarrage, pour les personnes qui sont les auteurs d’infractions graves en matière d’alcoolémie, une décision judiciaire permet cela. Le dernier comité interministériel de Sécurité routière a prévu que la France proposerait à l’Union européenne, parce que c’est de la compétence de l’Union européenne, de généraliser les dispositifs d’éthylomètres anti-démarrage. Mais ce n’est pas quelque chose qui sera pris par la France seulement, ce n’est pas une décision solitaire de la France…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Décision européenne mais…
 
CLAUDE GUEANT Et ce n’est pas pour tout de suite.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Il y aura bientôt des éthylomètres dans tous…
 
CLAUDE GUEANT Ecoutez si la France…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Les véhicules que nous achèteront ?
 
CLAUDE GUEANT Si la France arrive à convaincre ses partenaires, c’est effectivement une orientation vers laquelle nous nous dirigerons.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Donc pour bientôt, si je comprends bien ?
 
CLAUDE GUEANT Pour… connaissant les rythmes de la décision européenne, je pense qu’il faut malheureusement attendre quelques années encore. Mais c’est vrai que les dispositifs de sécurité passifs sont des dispositifs efficaces. Prenez en matière automobile les limiteurs de vitesse, quelqu’un qui a sur sa voiture un limiteur de vitesse et qui veut bien se soumettre à la discipline du limiteur de vitesse est quelqu’un qui ne fait plus d’excès de vitesse.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Et les appareils embarqués, les fameux… fameux… oh ! Je ne vais pas donner de marque, mais vous savez les avertisseurs de radars embarqués…
 
CLAUDE GUEANT Oui.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Alors, ils vont toujours être embarqués et ils vont toujours nous avertir de la présence des radars Claude GUEANT !
 
CLAUDE GUEANT Je crois que c’est assez sensiblement différent de ce que vous dites. Il y avait autrefois les appels de phares, on n’empêchera pas qu’il y ait des téléphones…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Toujours des appels de phares…
 
CLAUDE GUEANT Des appels de phares ou des coups de téléphone qui s’échangent…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Ou sur nos appareils embarqués…
 
CLAUDE GUEANT Ou bien des messages informatiques…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Des messages d’alerte.
 
CLAUDE GUEANT Mais en revanche, j’ai passé un accord avec la Fédération française de ce type d’appareil, et cet accord c’est que la présence de radars ne sera plus signalée par ces avertisseurs communautaires. Cela, c’est le pendant si vous voulez, c’est la traduction pour ce type de matériel…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Mais comment ne plus signaler ?
 
CLAUDE GUEANT De l’interdiction des panneaux. Hein ?
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Mais comment… mais un conducteur qui remarque un radar sur le bord de la route va pouvoir toujours…
 
CLAUDE GUEANT Oui mais…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Avertir un autre conducteur !
 
CLAUDE GUEANT Les fonctionnalités des avertisseurs ne comporteront plus cela. En revanche, les avertisseurs vont comporter d’autres fonctionnalités de sécurité routière et par exemple, toutes les zones dangereuses seront signalées, par exemple les accidents seront signalés, tous les obstacles qui peuvent se présenter sur la route. Il y aura même de nouveaux dispositifs comme des dispositifs anti-endormissement, vous savez que c’est un élément fort la fatigue au volant de l’accidentologie routière, eh bien ! Nous sommes en train de faire de ces avertisseurs communautaires un élément fort de notre politique de sécurité routière.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN On va bientôt les rendre obligatoires !
 
CLAUDE GUEANT Ce sera…
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Claude GUEANT ?
 
CLAUDE GUEANT Nous sommes un pays libéral.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Oui, mais on doit les rendre obligatoires, non mais parce que les avertisseurs, pardon, je suis au volant, je constate un radar, avec mon appareil je préviens d’autres conducteurs de la présence de ce radar mobile, vous le savez bien Claude GUEANT !
 
CLAUDE GUEANT Mais cette fonctionnalité n’existera plus.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Comment, on va…
 
CLAUDE GUEANT Pas sur les avertisseurs.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Zone dangereuse, zone dangereuse, une zone dangereuse ça peut tout dire.
 
CLAUDE GUEANT Mais il y a bien d’autres zones dangereuses que celles où il y a les radars.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Mais il y a aussi celle-là.
 
CLAUDE GUEANT Il y a aussi celle-là, je suis bien d’accord, je suis bien d’accord. Mais c’est… d’ailleurs c’est normal puisque les radars contrôleurs de vitesse se trouvent dans des zones dangereuses.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Oui, enfin pas toujours mais pour l’essentiel. Allez, 8 h 57, merci d’être venu nous voir Claude GUEANT ce matin.
 
CLAUDE GUEANT C’est moi qui vous remercie.
 
JEAN-JACQUES BOURDIN Merci beaucoup.
 
Source : Premier ministre, Service d’Information du Gouvernement, le 30 août 2011

Rechercher