Interview de M. Luc Chatel, ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative à Europe 1 le 21 septembre 2011, sur la proposition de l'UMP de faire "allégeance aux armes" et aux valeurs de la République. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Luc Chatel, ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative à Europe 1 le 21 septembre 2011, sur la proposition de l'UMP de faire "allégeance aux armes" et aux valeurs de la République.

Personnalité, fonction : CHATEL Luc.

FRANCE. Ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

ti :
 
BRUCE TOUSSAINT Bonjour Luc CHATEL.
 
LUC CHATEL Bonjour Bruce TOUSSAINT.
 
BRUCE TOUSSAINT Vous êtes ministre de l’Education nationale. Proposition de l’UMP hier : tout Français de 18 ans devra faire allégeance aux armes de la France, un serment un peu à l’américaine. Quelle drôle d’idée non ?
 
LUC CHATEL Pourquoi ?
 
BRUCE TOUSSAINT Je ne sais pas, je vous pose la question.
 
LUC CHATEL D’abord  je voudrais faire une remarque. L’UMP a fait une convention hier sur la défense. Je crois qu’il y avait 29 propositions à la fin sur des sujets aussi variés que l’évolution du budget de la Défense, la question de la dissuasion, de son avenir, sur la question du devoir de mémoire et …Et on n’a retenu que celle là… et on retient la proposition sur l’allégeance.
 
BRUCE TOUSSAINT Ah les médias vous savez !!!!
 
LUC CHATEL … une remarque. S’il s’agit d’une cérémonie au moment de la naturalisation ou au moment de la majorité qui consiste à réaffirmer les valeurs de la République, très bien je veux dire, je crois qu’on a besoin d’affirmer son appartenance à la nation. Je crois que ce qui fait débat ce matin c’est plutôt la formulation de l’allégeance aux armes. Voilà. Donc c’est une proposition, elle va vivre, on verra si elle est retenue au final par notre famille politique, mais au moins je ne critique jamais ceux qui font des propositions.
 
BRUCE TOUSSAINT Votre position à vous ?
 
LUC CHATEL Ce que je dis c’est que s’il s’agit d’une cérémonie où on rappelle el valeurs de la République je suis pour. La formulation « allégeance aux armes », n’est pas forcement la plus adaptée…
 
BRUCE TOUSSAINT C’est ça l’idée, c’est « oui je servirai mon pays, je me battrai au côté de mon armée en cas de conflit », c’est ça l’idée ?
 
LUC CHATEL Nous débattrons du contenu de cette éventuelle cérémonie.
 
BRUCE TOUSSAINT Vous ne voulez pas dire que vous êtes contre ?
 
LUC CHATEL Je ne suis pas contre une cérémonie qui rappelle l’adhésion à la nation et aux valeurs de la République, c’est important.
 
BRUCE TOUSSAINT Et aux valeurs de l’armée ?
 
LUC CHATEL Je suis ministre de l’Education nationale, et je rappelle que nous avons de l’instruction civique tout au long de la scolarité et c’est très important.
 
BRUCE TOUSSAINT Mais là il s’agit des valeurs de l’armée.
 
LUC CHATEL Non mais là en l’occurrence on pourra débattre du contenu de cette cérémonie. S’il s’agit des valeurs de la République je suis pour, la formulation « allégeance aux armes » n’est pas forcément la plus appropriée. Je pense être clair cher Bruce TOUSSAINT.
 
BRUCE TOUSSAINT C’est une façon d’envoyer un petit signe à la droite populaire, ce mouvement dont on parle de plus en plus.
 
LUC CHATEL Non ce n’est pas le sujet, le sujet c’est que … Moi je serais content que les autres familles politiques fassent des propositions dans le domaine de la Défense. Nous nous élaborons notre projet, nous organisons des conventions, il y avait 29 propositions hier sur la Défense, qu’on entende un petit peu les autres sur des sujets aussi importants pour l’avenir du pays.
 
BRUCE TOUSSAINT Le patriotisme, c’est un sujet qui est toujours un peu tabou en France selon vous ?
 
LUC CHATEL Non. Il ne faut pas que ce soit tabou. Je pense qu’encore une fois le sentiment d’appartenance à la nation, les valeurs de la République, c’est quelque chose de très important. Si j’organise aujourd’hui la journée du sport scolaire, c’est aussi pour qu’on partage un certain nombre de valeurs en commun, qu’on les apprenne à l’école.
 
BRUCE TOUSSAINT Quel type de valeurs ?
 
LUC CHATEL Les valeurs du sport et celles de l’école sont intimement liées. L’idée du respect de l’autre, du respect de la règle, le goût du défi, la récompense du mérite, du travail, de l’effort. Tout ça, ça fait partie de nos valeurs.
 
BRUCE TOUSSAINT La rentrée scolaire maintenant. Alors vous avez dit il y a quelques jours que c’était une rentrée techniquement et administrativement réussie, vous maintenez ?
 
LUC CHATEL Bien sur que je maintiens.
 
BRUCE TOUSSAINT Ce n’est pas ce que dit par exemple la FCPE, la principale fédération de parents d’élèves qui pointe les classes surchargées, le manque d’enseignants, l’absence de remplaçants dès le début de ce mois de septembre.
 
LUC CHATEL Il ne m’a pas échappé qu’il y avait des élections pour les fédérations de parents d’élèves dans quelques semaines, au début du mois d’octobre, comme il y a des élections pour les représentants des professeurs dans quelques jours, donc allez, chacun est dans son rôle, simplement ce qui est important c’est que notre système éducatif se modernise, qu’il y a aujourd’hui plus de professeurs qu’il n’y en avait il y a vingt ans dans le système éducatif, alors qu’il y a moins d’élèves et que nous nous préparons surtout au défi du monde de demain. C’est aujourd’hui la journée de lutte contre l’échec scolaire. Comment lutte-t-on contre l’échec scolaire ? Eh bien en apportant une réponse personnalisée à chaque élève, par exemple en faisant en sorte qu’après 16h au collège les collégiens puissent faire leur devoir dans les établissements scolaires. C’est ce qu’on appelle l’accompagnement éducatif. Vous avez un million de collégiens tous les jours qui en bénéficient. C’est nouveau.
 
BRUCE TOUSSAINT C’était l’enquête de la rédaction avec Noémie SCHULTZ, tout à l’heure à 7h10 sur Europe 1 avec une initiative à Aubervilliers, un internat d’excellence, c’est une bonne idée, ça pourrait se généraliser ça ?
 
LUC CHATEL Bien sur, ça c’est une très bonne idée, et c’est un autre exemple de lutte contre l’échec scolaire. Lorsqu’on propose 10 000 places, 22 internats d’excellence à des jeunes issus de milieux défavorisés, dont on sait que s’ils restent dans leur famille ils auront beaucoup de mal à réussir à l’école, eh bien oui c’est une vraie réponse. On fait plus pour les élèves qui ont plus de difficultés, c’est ça l’idée de … il faut sortir de cet égalitarisme qui a fait tant de mal à l’école pendant vingt cinq ans.
 
BRUCE TOUSSAINT Une grève le 27 septembre. Tous les parents qui nous écoutent ce matin sur Europe 1 ont déjà noté cette date. Vous avez dit que ça répondait à une revendication légitime.
 
LUC CHATEL Nous sommes dans une démocratie sociale et chacun s’exprime comme il l’entend. Ce que je note c’est qu’à la même période l’année dernière il y avait déjà eu deux mouvements de grève. Et puis je veux rassurer les parents en leur disant qu’il y aura un service minimum d’accueil, la semaine prochaine…
 
BRUCE TOUSSAINT Ca marche vraiment ça ?
 
LUC CHATEL Oui ça marche, et nous saurons en fin de semaine – puisque dans le premier degré les professeurs des écoles, les instituteurs doivent se déclarer deux jours avant – donc nous saurons en fin de semaine quel sera l’ampleur du mouvement le 27 septembre.
 
BRUCE TOUSSAINT C’est quand même le signe d’un vrai malaise non, dès la rentrée quand même ?
 
LUC CHATEL Je ne crois pas. Vous savez encore une fois une grève fin du mois de septembre à l’éducation nationale je n’ai pas le sentiment que ce soit quelque chose de révolutionnaire Bruce TOUSSAINT.
 
BRUCE TOUSSAINT Vous vous y êtes fait ? C’est ça.
 
LUC CHATEL Non, mais ça fait partie encore une fois des revendications. Moi je vois beaucoup les syndicats, je les vois encore aujourd’hui, mais nous traçons notre chemin notamment en faisant en sorte qu’on lutte contre l’échec scolaire au quotidien en cette journée consacrée à cela.
 
BRUCE TOUSSAINT Merci beaucoup Luc CHATEL. Merci d’avoir été avec nous ce matin sur Europe 1.
 
LUC CHATEL Merci à vous.
 
Source : Premier ministre, Service d’Information du Gouvernement, le 22 septembre 2011

Rechercher