Déclaration de M. Frédéric Mitterrand, ministre de la culture et de la communication, sur la danse et l'Opéra, Paris le 23 septembre 2011. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Frédéric Mitterrand, ministre de la culture et de la communication, sur la danse et l'Opéra, Paris le 23 septembre 2011.

Personnalité, fonction : MITTERRAND Frédéric.

FRANCE. Ministre de la culture et de la communication

Circonstances : Réception des American friends of the Paris Opéra and Ballet, Paris le 23 septembre 2011

ti :

Vous connaissez mon engagement pour sensibiliser nos concitoyens à la vaccination et c’est pourquoi je tenais à m’impliquer personnellement dans le lancement de cette campagne de vaccination contre la grippe, qui s’ouvre aujourd’hui et durera jusqu’au 31 janvier 2012.

Voici plus de vingt ans que l’Assurance Maladie s’engage à protéger les populations les plus fragiles contre la grippe saisonnière. Cette année, ce sont près de 12 millions d’assurés qui vont pouvoir bénéficier gratuitement du vaccin contre la grippe saisonnière.

En effet, la grippe n’est pas la maladie bénigne que beaucoup imaginent. Il s’agit d’une maladie infectieuse sévère, qui peut conduire à des formes graves chez les sujets à risques, ou sans conduire jusqu’à une forme grave, elle participe à l’épuisement des organismes déjà fragilisés de ces personnes à risques et dans les 2 cas, un risque de décès existe.

Il faut savoir que l’année dernière, 18% des personnes qui ont développé une forme grave sont décédées, soit 150 décès directement imputables à la grippe, sans compter les milliers de décès indirects (789 cas graves) dont elle est responsable tous les ans. Oui, la grippe peut entraîner la mort (5 à 6 mille décès indirects).

La vaccination contre la grippe est donc un acte important à ne pas oublier ou sous-estimer.

En effet, elle constitue le moyen le plus simple et le plus efficace de se prémunir contre cette pathologie aussi bien à titre individuel que collectif. D’ailleurs l’OMS recommande une couverture vaccinale de 75% des populations cibles et nous en sommes encore loin.

C’est pourquoi il est essentiel que nous nous mobilisions tous sur la vaccination contre la grippe, car celle-ci est en très net recul. L’année dernière, en effet, sur les groupes ciblés, nous avons à peine atteint un taux de couverture vaccinale de 52%. C’est bien loin des 75% nécessaires pour une protection collective mais aussi en très net recul par rapport aux années précédentes. Nous étions à 60% en 2009 et 58% en 2008.

Nous sommes ainsi, en 2010, revenus au niveau de la couverture vaccinale de 2006. Je vous laisse faire le calcul, nous avons perdu 5 ans.

Il est fondamental que nous nous mobilisions tous pour la vaccination. En disant cela je ne pense pas seulement aux groupes définis comme étant à risque. Je pense aussi et surtout aux professionnels de santé, qui doivent se faire vacciner, afin de limiter les risques de transmission de la maladie à leurs patients et qui ont aussi un rôle d’exemplarité. Les professionnels de santé doivent se sentir concernés. Eux aussi peuvent être malades et subir les conséquences de la grippe.

Quelques précisions sur cette nouvelle campagne de vaccination :

* Le vaccin utilisé suivra les recommandations de l’Oms.
Je laisserai à Jean-Yves GRALL le soin d’apporter les précisions.

* Qui doit se vacciner ?
Avant tout les populations les plus à risques. Le Haut conseil de santé publique a formulé des recommandations de vaccination pour certains groupes de personnes.

Parmi ces groupes, nous retrouvons les plus classiques, c’est-à-dire les personnes âgées de plus de 65 ans, certaines ALD, les patients porteurs de pathologies cardio-respiratoires et pulmonaires, les personnes qui présentent un asthme. Les récentes recommandations du HCSP de juillet dernier nous ont conduits à inclure deux nouvelles catégories de population cette année, à savoir les femmes enceintes à partir du 2nd trimestre et les personnes obèses.

Pour ces groupes à risques, la vaccination est indispensable pour éviter les complications.

* Comment se faire vacciner ?
Au jour d’aujourd’hui, la quasi-totalité des personnes qui sont directement concernées par un facteur de risque de la grippe ont reçu :
- Pour les personnes qui ont déjà été vaccinées (5.5 millions de personnes), soit un bon de prise en charge, qui permettra de recevoir en pharmacie un vaccin, afin de se faire vacciner directement par une infirmière libérale.
- Pour les personnes qui n’ont jamais été vaccinées, elles recevront un courrier les invitant à prendre rendez-vous avec leur médecin, afin d’obtenir une prescription pour aller chercher gratuitement leur vaccin en pharmacie.

Pour les personnes qui n’auraient pas reçu de courrier, de bon, ou pour les nouvelles catégories de personnes à risque (femmes enceintes, obèses), elles doivent se mettre en relation avec leurs médecins traitants.

Dans tous les cas, je les engage à se faire vacciner le plus rapidement possible. Et les vaccins seront disponibles en pharmacie dès le 29 septembre. La campagne de vaccination se terminera le 31 janvier 2012, je le rappelle.

Le Dr Bismuth, de la CNAM, pourra répondre à toutes vos questions sur les modalités de délivrance des vaccins.

Au-delà de leur rôle direct dans la vaccination, je souhaiterais redire avec force que les professionnels de santé doivent être mobilisés sur leurs propres vaccinations, car eux aussi reçoivent des bons de vaccination- médecins, infirmiers et sage-femmes- et ils doivent montrer l’exemple en se faisant eux-mêmes vacciner. C’est pourquoi, j’ai souhaité que cette vaccination gratuite soit également étendue cette année aux pédiatres, pharmaciens et masseurs-kinésithérapeutes.

Enfin, je tiens aussi à cette occasion à rappeler que si la vaccination est le seul moyen de prévention, cela ne doit pas nous faire oublier la prévention à travers les pratiques élémentaires d’hygiène, qui bien que valables toute l’année, sont particulièrement efficaces pour lutter contre les épidémies hivernales comme les gastro-entérites ou la bronchiolite : se laver les mains régulièrement, se protéger la bouche en cas de toux… Ces mesures d’hygiène simples sont essentielles pour la protection de chacun d’entre nous. La baisse de la prévalence en 2009 est essentiellement liée au lavage des mains.

Il est en effet important de rester mobiliser car comme vous le savez, nous avons observé une certaine désaffection des Français pour la vaccination, c’est pourquoi nous devons continuer à marteler notre message !

Car le cas de la rougeole est emblématique, nous constatons en effet une légère progression des ventes de vaccins de la rougeole sur les derniers mois. Si nous obtenons ce premier signal c’est grâce à notre action conjointe d’alerte et de relais que vous avez joué !

Je profite aussi de cette occasion pour vous dire que les travaux que j’avais annoncés en avril dernier en lien avec les professionnels de santé afin de donner un nouvel élan à la vaccination se poursuivent. Des réunions de travail ont déjà eu lieu et des axes concrets se dessinent maintenant.


Mesdames et Messieurs les journalistes,

Vous l’aurez compris, cette campagne qui s’ouvre aujourd’hui doit marquer la mobilisation générale de tous pour se faire vacciner contre la grippe.

Faites-vous vacciner, inciter vos proches, les personnes que vous aimez, les personnes fragiles à se faire vacciner : c’est le message que je donne à chacun d’entre vous, à chaque Français car cet enjeu majeur de santé pour chacun est non seulement un enjeu de santé publique, mais également une question de responsabilité individuelle et collective.


Je vous remercie.


Source http://www.sante.gouv.fr, le 26 septembre 2011

Rechercher