Déclaration de Mme Nadine Morano, ministre de l'apprentissage et de la formation professionnelle, sur l'apprentissage et l'enseignement en alternance, Paris le 29 septembre 2011. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Nadine Morano, ministre de l'apprentissage et de la formation professionnelle, sur l'apprentissage et l'enseignement en alternance, Paris le 29 septembre 2011.

Personnalité, fonction : MORANO Nadine.

FRANCE. Ministre de l'apprentissage et de la formation professionnelle

Circonstances : Journée nationale de l'apprentissage à Paris le 29 septembre 2011

ti :


Aujourd’hui, en participant à cette journée nationale dédiée à l’apprentissage, je sais que je m’adresse à des femmes et à des hommes qui partagent avec moi la même ambition pour notre jeunesse. Le Président André MARCON vient de le rappeler : faire le choix d’une formation en alternance, c’est faire le choix de l’excellence en ayant la possibilité d’acquérir des compétences et des savoir-faire reconnus de tous et parfaitement adaptés aux besoins des entreprises. C’est aussi la possibilité de s’insérer plus rapidement sur le marché de l’emploi et d’avoir de véritables perspectives en matière d’évolution professionnelle. Regardez par exemple un homme comme Franck PROVOST qui a commencé par l’apprentissage et qui est désormais à la tête d’un groupe employant plus de 5 000 personnes. Avec le Président de la République, nous voulons que cette possibilité soit offerte à tous !

Dans ce combat que je mène avec Xavier BERTRAND pour offrir à chaque jeune la possibilité de choisir l’apprentissage, le réseau des Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI) a toujours été exemplaire.

Avec le Président André MARCON et les équipes de l’Assemblée des Chambres Françaises de Commerce et d’Industrie (ACFCI), nous partageons la même conviction : il faut développer ces formations, parce qu’elles sont accessibles à tous, quels que soient les parcours scolaires ou professionnels, parce qu’elles constituent l’outil privilégié de la lutte contre le chômage des jeunes.

Je tiens à saluer la tradition, solidement ancrée, du réseau des CCI à promouvoir ces formations. Vous œuvrez en effet depuis longtemps avec force et conviction pour valoriser les parcours en apprentissage. Monsieur le Président, cher André MARCON, vous êtes vous-même, permettez mois de le rappeler, l’un des plus ardents défenseurs de l’apprentissage.

Les résultats de votre mobilisation sont là : chaque année, vous accueillez dans vos 155 CFA près de 100 000 apprentis. Au total, vous enregistrez 50% des contrats d’apprentissage conclus dans notre pays. Mais s’il y a un chiffre plus qu’un autre que je veux saluer c’est celui de l’insertion professionnelle de vos apprentis : en effet plus de 90% des jeunes qui suivent une formation en apprentissage dans vos CFA ont en emploi dans les trois mois qui suivent leur sortie de formation.

A l’origine de ces résultats exemplaires, il y a notamment le travail des 100 développeurs de l’apprentissage. Ces hommes et ces femmes – nous avons eu l’occasion de le constater il y a quelques minutes en écoutant leurs témoignages – se sont engagés avec passion dans la promotion de l’apprentissage auprès des entreprises. Je sais que parmi nous aujourd’hui vous êtes une cinquantaine de développeurs. C’est pourquoi, je souhaite profiter de cette occasion pour rendre hommage à votre travail quotidien. Depuis fin 2009, grâce à votre action, plus de 80 000 entreprises ont été contactées et près de 15 000 contrats d’apprentissage supplémentaires ont été signés. 60% de ces 15 000 contrats, je tiens à le souligner, ont été conclus avec des entreprises qui jusqu’à présent n’avaient pas recours aux formations en alternance. C’est une belle victoire qui doit nous pousser à poursuivre notre mobilisation pour convaincre le plus possible d’entreprises à embaucher des jeunes en alternance.

L’accord-cadre, que Xavier BERTRAND et moi allons signer avec le Président André MARCON, constitue une étape significative pour renforcer l’engagement du réseau des CCI en faveur du développement de ces formations.

Cet accord va permettre d’accroitre la mobilisation des entreprises, des centres de formation ainsi que des développeurs de l’apprentissage. Très concrètement, le réseau des CCI s’engage à augmenter le nombre d’apprentis qu’il accueille dans ses CFA. L’objectif est de parvenir sur la période 2012-2015 à 33 000 apprentis supplémentaires. Cela représente un objectif volontariste compris entre 10 000 et 12 000 apprentis supplémentaires chaque année, soit une hausse de 10 à 12% par rapport à 2011.

Pour y parvenir, de nouvelles formations seront proposées dans les métiers pour lesquels des besoins ont été identifiés auprès des entreprises. Un accent particulier sera mis sur les niveaux IV (Bac) et III (Bac +2). En complément, le réseau des CCI s’engage également à mener une action significative pour favoriser l’ouverture de classes de DIMA (Dispositif d’initiation aux métiers en alternance), le développement des passerelles permettant l’accueil dans les CFA de jeunes désireux de poursuivre leur formation et n’ayant pas encore trouvé d’employeurs, ainsi que l’ouverture de prépa-apprentissage dans les CFA volontaires.

Parce que le Gouvernement est pleinement engagé à vos côtés, Xavier BERTRAND et moi allons également signer un avenant pour prolonger d’un an l’action des développeurs de l’apprentissage.

Cet avenant permet de prolonger, jusqu’au 31 décembre 2012, la convention d’objectifs et de moyens pour le développement de l’apprentissage qui a été conclue le 2 juillet 2009. Il prévoit notamment le versement par l’Etat d’une nouvelle subvention de 1,7 million d’euros pour financer, à parité avec votre réseau, la rémunération des 100 développeurs de l’apprentissage. Au total, l’Etat consent donc à un effort conséquent : 6,15 millions d’euros sur l’ensemble de la période, du 2 juillet 2009 au 31 décembre 2012.

En contrepartie, je me réjouis de constater que des objectifs à la fois sérieux et ambitieux sont fixés. En tout, nous souhaitons en effet atteindre le nombre de 150 000 entreprises contactées et de 25 000 contrats signés d’ici le 31 décembre 2012. Afin d’y parvenir, l’action des développeurs sera orientée en priorité vers des entreprises n’employant aucun apprenti et vers celles assujetties à la contribution supplémentaire à l’apprentissage.

Avec cet avenant, nous renforçons l’action et le rôle des développeurs car vous êtes les Ambassadeurs de l’apprentissage sur tous les territoires de la République. C’est grâce à votre travail quotidien sur le terrain pour informer, sensibiliser et accompagner les entreprises que nous pourrons continuer à soutenir l’emploi des jeunes en développant ces formations.

A présent, je souhaite faire un rapide état des lieux de la négociation des COM et du déploiement du volet alternance du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA). Je sais en effet que vous êtes très attentifs à ces deux chantiers majeurs.

Comme vous le savez, l’Etat investit des moyens très importants pour développer l’apprentissage : c’est 1,75 milliard d’euros pour garantir le financement à parité avec les régions dans le cadre des COM apprentissage. En la matière, je peux vous dire que les choses avancent très bien : 8 régions ont en effet d’ores et déjà signé le COM et 5 autres un accord-cadre en matière d’apprentissage. Dans ces régions, l’Etat consacre 752 millions d’euros pour atteindre 230 000 apprentis. Au total, sur les 26 régions, la somme des objectifs annoncés s’inscrit dans la feuille de route fixée par le Président de la République pour atteindre le nombre de 600 000 apprentis au niveau national d’ici à 2015.

Par ailleurs, l’Etat consacre aussi 500 millions d’euros du Grand emprunt pour moderniser l’offre de formation et créer des places d’hébergement supplémentaires. A ce jour, six projets ont été retenus. Ils permettront de créer près de 1 500 places en formation et plus de 500 places en hébergement. Parmi ces projets, je tiens à citer le projet « Campus des Métiers », porté par la CCI de Brest. Il permettra l’installation de l’Institut de Formation par Alternance Consulaire (IFAC) de Brest, qui compte déjà près de 1800 apprentis, dans des locaux neufs avec à la clé la création de 500 places d’apprentissage et une augmentation des capacités d’hébergement. Ce projet bénéficiera d’une enveloppe de 11,1 millions d’euros, ce qui en fait, à ce jour, l’un des deux plus gros projets du volet alternance du PIA. Je tiens d’ailleurs à saluer Monsieur Philippe PORTAL, Directeur de l’IFAC de Brest, – présent parmi nous – que j’ai rencontré le 15 septembre dernier lors de mon déplacement dans ses locaux.

Pour accélérer le déploiement de ce programme, votre mobilisation est essentielle ! Il y a en effet encore un manque d’information au niveau local. Je compte sur vous pour m’aider à y remédier. Le rôle de votre réseau pour diffuser l’information le plus largement possible est essentiel.


Mesdames et Messieurs, en étant avec vous aujourd’hui je suis venue saluer votre démarche peu commune en faveur de l’insertion professionnelle des jeunes. Quel que soit la région dont vous venez, vous vous impliquez avec cœur et conviction pour former et accompagner des jeunes désireux d’avoir un travail avec de véritables qualifications et de solides perspectives d’évolution professionnelle. C’est pourquoi, je vous invite à poursuivre votre action en vous appuyant sur la campagne de communication que j’ai lancée ce matin pour informer les chefs d’entreprises et les inciter à recourir aux aides à l’embauche mises en place par le Gouvernement. Cette campagne à destination des PME de 11 à 250 salariés véhicule un message pragmatique : « il n’y a que des avantages à embaucher en alternance ». Je sais que je peux compter sur vous pour relayer ce message. Il est en effet de notre responsabilité à tous d’aider les jeunes à se construire un avenir grâce aux formations en alternance. Ne l’oublions pas, les Français comptent sur nous. Nous avons une obligation de réussite.


Je vous remercie.


Source http://www.travail-emploi-sante.gouv.fr, le 3 octobre 2011

Rechercher