Déclaration de M. Frédéric Mitterrand, ministre de la culture et de la communication, sur la musique et la SACEM, Paris le 14 novembre 2011. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Frédéric Mitterrand, ministre de la culture et de la communication, sur la musique et la SACEM, Paris le 14 novembre 2011.

Personnalité, fonction : MITTERRAND Frédéric.

FRANCE. Ministre de la culture et de la communication

Circonstances : Remise des grands prix 2011 de la SACEM à Paris le 14 novembre 2011

ti :


Je suis très heureux de célébrer avec vous ce soir ces Grand Prix de la Sacem - vos grands prix- qui se distinguent de toutes les autres récompenses par une qualité particulière, un charme spécial, né de la rencontre entre l’histoire de la musique et l’histoire d’une immense famille, celle des auteurs, compositeurs et éditeurs sociétaires de la Sacem.

Dans le palmarès de ces Grands prix, les poètes du XXe siècle – Jean Tardieu, Pierre Seghers, Andrée Chédid – côtoient les classiques contemporains, Tristan Murail, Michaël Levinas, Philippe Manoury, et bien sûr Henri Dutilleux, Olivier Messiaen et tant d’autres ; les musiciens de films - Georges Van Parys, Maurice Jarre, Antoine Duhamel.. - y rencontrent les jazzmen Michel Petrucciani, Stéphane Grappelli, Michel Portal, sans oublier les éditeurs de musique, Gérard Davoust, Francis Dreyfus, Nicolas Galbert, Pierre Lemoine…

L’âme de ces prix, c’est aussi, depuis plus de 80 ans, la transmission, le lien tissé entre les lauréats d’hier, Jacques Prévert, Serge Gainsbourg, Claude Nougaro, Barbara, et les leur descendance protéiforme, Benjamin Biolay, Abd al Malik, Grand Corps Malade, Angélique Kidjo, Gaëtan Roussel…

Ces grand Prix Sacem, qui sont un hommage à la chanson française, un hommage aux créateurs de musique sous toutes ses formes, sont aussi l’occasion de vous dire à quel point je suis à vos côtés dans la défense de ceux qui inventent, de ceux qui composent, de ceux qui comme vous prennent le risque de la création.

Soyez ainsi assurés que le ministre de la Culture ne se résignera pas à une remise en cause désastreuse des fondements de la copie privée, ce pilier de la rémunération des créateurs depuis plus de près de 25 ans, qui permet également de donner vie à plus de 5 000 projets artistiques chaque année. Vous avez été témoins de ma réactivité sur le sujet ; vous pouvez compter sur mon engagement sans faille pour soutenir une fois encore le droit d’auteur et le financement de la création à travers le projet de loi que je défendrai dans quelques jours au Parlement concernant la rémunération pour copie privée.

Soyez assurés également de ma détermination à porter le projet historique de Centre national de la musique. Je souhaite que cette institution constitue le fer de lance d’une politique ambitieuse au service de la diversité musicale, adaptée à l’ère numérique, et bénéficiant à l’ensemble de la filière, notamment aux auteurs, compositeurs, éditeurs de musique, dont nous connaissons les difficultés, les fragilités - en particulier lorsqu’il s’agit des premiers projets d’écriture, de composition ou d’enregistrement. La mission de préfiguration conduite par Didier Selles travaille d’arrachepied pour que cette ambition formidable se concrétise dès 2012.

Sur tous ces sujets, et sur tant d’autres, je tenais à vous exprimer ce soir ma reconnaissance pour le travail efficace accompli de concert avec la Sacem et ses dirigeants, au service du bien commun, au service de « la musique, toutes les musiques », pour reprendre un refrain bien connu.

Place justement à la musique.

Je vous remercie.


Source http://www.culture.gouv.fr, le 16 novembre 2011

Rechercher