Déclaration de Mme Valérie Pécresse, ministre du budget, des comptes publics et de la réforme de l'Etat, porte-parole du Gouvernement, sur l'objectif du gouvernement de faire interdire la culture du maïs Monsanto 810 sur le territoire français, à l'Assemblée nationale le 30 novembre 2011. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Valérie Pécresse, ministre du budget, des comptes publics et de la réforme de l'Etat, porte-parole du Gouvernement, sur l'objectif du gouvernement de faire interdire la culture du maïs Monsanto 810 sur le territoire français, à l'Assemblée nationale le 30 novembre 2011.

Personnalité, fonction : PECRESSE Valérie.

FRANCE. Ministre du budget, des comptes publics et de la réforme de l'Etat, porte-parole du Gouvernement

Circonstances : Séance de questions d'actualité, à l'Assemblée nationale le 30 novembre 2011

ti : Monsieur le Député, hier, le président de la République a demandé à Nathalie Kosciusko-Morizet et à Bruno Le Maire d’examiner tous les moyens permettant d’interdire la mise en culture du maïs Monsanto 810 sur le territoire français avant les prochaines semailles, et ce par l’exercice d’une nouvelle mesure de sauvegarde.

Le Conseil d’État, tirant les conclusions d’une décision de la Cour européenne de justice de début septembre, a annulé la précédente clause de sauvegarde prononcée par le gouvernement français. Qu’a dit le Conseil d’État ? En 2008, quand nous avions pris notre décision, nous n’avions pas assez d’éléments pour étayer nos inquiétudes sur la culture du Monsanto 810. Mais depuis, une série de travaux scientifiques ont porté sur l’impact environnemental des cultures de ce maïs transgénique.

Nous devons renforcer, au niveau européen, l’évaluation de l’impact environnemental des cultures. La France n’est pas isolée, six autres pays ont exercé, eux aussi, la clause de sauvegarde pour empêcher la culture du Monsanto 810 sur leur territoire : l’Allemagne, la Hongrie, la Bulgarie, l’Autriche, la Grèce et le Luxembourg.

L’objectif du gouvernement, je le répète, c’est l’interdiction de la culture du maïs Monsanto 810 sur le territoire français.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 5 décembre 2011

Rechercher